Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Focus

Date de mise en ligne : vendredi 20 mai 2011 - 7 441 vues

Dudus : un an après, la Jamaïque dans l'impasse

Dudus : un an après, la Jamaïque dans l'impasse


Le 23 mai, la Jamaïque commémorera l’anniversaire d’un des évènements les plus tragiques de son histoire. Il y a presque un an, jour pour jour, la traque de Christopher "Dudus Coke" a fait au moins 73 morts et des milliers de blessés. A l’heure du bilan, le gouvernement peine toujours à se défaire d’une relation historique avec les chefs de gang et la présence nouvelle de la police dans les ghettos semble insuffisante à supplanter le pouvoir des Dons.


Voir l'album photo      Réactions
(4)   


Le ministre jamaïcain de la Sécurité affiche un large sourire. « Le taux de meurtre a baissé de 44% au premier trimestre 2011 par rapport à l’an dernier, soit 238 meurtres contre 426 », annonce Dwight Nelson lors d’une conférence de presse. « Et les estimations pour le deuxième trimestre ? » Dwight Nelson perd brutalement son sourire. Dans la salle, tous savent que le bilan de la traque de Christopher Dudus Coke fin mai 2010 pèsera très lourd lors de la prochaine conférence.

Surnommé le Président, Christopher « Dudus » Coke a régné sans partage sur l’ouest de Kingston jusqu’à son extradition vers les Etats-Unis en juin 2010. Washington recherchait Dudus depuis près d’un an pour trafic de drogues et d’armes. Depuis, les « Wannabe Dons », anciens hommes de main de Dudus, sèment la terreur pour pouvoir occuper ce trône vacant. « Avec Dudus, le pouvoir était centralisé, et nous nous sentions en sécurité », confie un habitant de Tivoli Gardens. « Tous prétendent le remplacer, et pas pour protéger la population. »

Les quartiers à l’Ouest de Kingston sont réputés violents avec plus d’un quart des homicides du territoire jamaïcain, mais les habitants se plaignent de plus en plus d’une recrudescence de la violence et d’un fort sentiment d’insécurité. Braquages, viols, attaques à main armée… « Ce n’était pas comme ça au temps de Dudus. »

Bavures policières
La présence de la police et de l’armée, maintenue après la fin de l’état d’urgence, n’y change rien. « Les lois et le gouvernement n’ont aucun pouvoir dans ces zones », rappelle Peter Phillips, ancien ministre de la défense. « Le projet du gouvernement de remettre la main sur ces quartiers ne sera efficace seulement si les habitants ont confiance en la police. » Pour Carolyn Gomes, directrice de Jamaica For Justice, cela ne risque pas d’arriver. La brutalité policière est un véritable fléau sur l’île, qui compte le taux le plus élevé de bavures policières du continent américain. Selon l’organisation spécialisée dans les affaires de violence policière, les attaques par balles de la police sont en nette augmentation depuis ces six derniers mois.

Entre janvier et la première semaine de novembre 2010, 340 personnes sont mortes sous les balles policières. « Cette brutalité policière remonte au temps du colonialisme, et rien n’a évolué depuis. Il s’agit encore de protéger les classes les plus riches contre les plus pauvres », explique Carolyn Gomes.

Les habitants de ces ghettos risquent donc de continuer à se tourner vers un chef de gang jusqu’à ce que la police soit capable de les aider à se sentir en sécurité. En attendant, les bavures policières décrédibilisent l’État et ne font que croître le pouvoir de ceux qu’on surnomme les Dons.

Associé à la mafia italienne, le terme ‘Don’ correspond en Jamaïque au chef communautaire. Depuis l’indépendance en 1962, la population des ghettos ne répond qu’à ce seul homme. Ceux dont l’existence a été révélée lors de la traque de Dudus font figure de père, de policier, de juge.

Un lien inévitable
« Chaque quartier a un fonctionnement triangulaire », explique Rational, membre d’un gang. « En haut se trouve le gouvernement qui remet une enveloppe au Don et celui-ci le redistribue aux habitants. Ces derniers continuent alors de voter pour le candidat choisi. ». Selon un parlementaire, « personne n’arrive au pouvoir sans l’aval du Don ». À Tivoli Gardens, Bruce Golding a remporté plus de 95% des voix. « Grâce à Dudus », assure le quotidien conservateur Gleaner. Suivent alors des gratifications colossales et des avantages en nature, contrats et visas.

Grâce à une immunité judiciaire et aux visas qu’ils obtiennent facilement, certains ont développé un trafic de drogues et d’armes vers les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. « Le danger est qu’ils se sont émancipés du gouvernement », prévient Peter Phillips. Pris au piège, le Premier ministre promet d’en finir avec le lien entre criminels et gouvernement. « Si ce lien existe », précise sans rire et devant le Parlement celui qui a déboursé 50.000 dollars américains à un cabinet d’avocats pour éviter l’extradition de Dudus vers les Etats-Unis.

Depuis, les affaires ont repris. Si Dudus ne risque pas de revenir en Jamaïque, c’est son petit frère Leighton ‘Livity’ Coke qui s’apprête à prendre la relève lors de sa prochaine sortie de prison. Son procès, pour détention illégale d’arme, a été encore été repoussé, mais sur place, le cousin de Christopher Dudus Coke, exécute les ordres, et confirme qu’il est toujours en contact avec le gouvernement.

A Kingston, les contrats gouvernementaux continuent d’affluer mais discrètement. Tailler les buissons, nettoyer les canalisations, repeindre des façades… « Pour faire ça, un gouvernement honnête aurait engagé des professionnels », a rétorqué un chef d’entreprise qui subit cette loi des ghettos. « Lorsqu’un mec est arrivé avec ses copains et ont exigé d’être payés, en plus pour ne rien faire, j’ai cru à une blague. Le lendemain j’ai bien compris que c’en était pas une et que rien n’avait changé ! »



Article écrit par Ratiba Hamzaoui


Voir l'album photo      Réactions
(4)   

Photos

01. Jim Brown, père de Dudus, l'un des Dons les plus puissants que la Jamaïque ait connu. 02. Le quartier de Tivoli Gardens, fief de Dudus, était la cible des combats. Une habitante montre ce qu'il reste de sa maison. 03. Le marché central, ou ce qu'il en reste 04. Un mur de Tivoli Gardens criblé d'impacts de balles. 05. Le commissariat de Hannah Town, West Kingston. Ses images en feu ont fait le tour des télés, et son attaque a poussé Bruce Golding à instaurer l'état d'urgence à 16h le 23 mai 2010. 06. West Kingston pendant l'état d'urgence, en 2010. 07. West Kingston pendant l'état d'urgence en 2010. 08. West Kingston pendant l'état d'urgence en 2010. 09. West Kingston pendant l'état d'urgence en 2010.

Réactions

Date de mise en ligne : 20/05/2011
Dudus : un an après, la Jamaïque dans l'impasse

4 réactions
Appréciation générale :

Il faut dire que Dudus avait des infos croustillantes concernant les politiques mais vu la pression qu'exercait les USA (dénie de la souveraineté nationale de la Jamaique sur son territoire). Dudus a du "se livrer" (peut etre, est ce un sosie qui fut appréhendé) pour que sa famille en récupérant ses dossiers sur les politiques puisse reprenne le biz sans etre inquiétée...

Des le début c'était le sentiment des locaux que j'avais croisé alors...

Merci pour l'info

pourquoi nous les black ont aiment la violence non la paix ni richesse quand tes que un black pilote une navette quand un black crée quel chose de bon guerre seulement soudan cote d'ivoire toujours nous sommes dernier réfléchissez construit des écoles

Ca me fait penser à un bouquin de Vargas Llosa sur le dictateur Trujillo, "La fête au bouc", où il y a une femme qui dit à son père « Après avoir servi le Chef durant tant d’années, tu avais perdu tout scrupule, toute sensibilité, toute trace de rectitude… Était-ce la condition sine qua non pour se maintenir au pouvoir sans mourir de dégoût ? Perdre son âme, devenir un monstre comme ton Chef … »


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Publicité
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2017