Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Article

Date de mise en ligne : mardi 16 avril 2013 - 5 262 vues

Ken Boothe, Johnny Osbourne & Lone Ranger @Paris

Le Cabaret Sauvage avait fait le plein, jeudi dernier, pour accueillir Lone Ranger, Johnny Osbourne et Ken Boothe. Une affiche splendide qui a tenu toutes ses promesses.

  Réactions
(2)   


Il ne fallait pas arriver en retard au Cabaret Sauvage, car le programme était chargé. Non seulement Ken Boothe et Johnny Osbourne se partageaient l'affiche, mais Lone Ranger se chargeait de faire monter la température dès le début de la soirée. Accompagné par le sound system Soul Stereo dans une formule que l'on connaît bien, le deejay égrène ses nombreux hits : Barnabas Collins, Style & fashion, Love Bump, Can't stand it Dance a fee cork (Throw me corn riddim), You too greedy (Real Rock riddim), et même sa combinaison avec le Français Guive, qui le rejoint sur scène pour New start.

Un retour en lettres capitales
A l'exception de sa prestation au Garance Reggae Festival l'été dernier, Johnny Osbourne ne s'était plus produit en France depuis vingt ans. Le retour de Mr Buddy Bye à Paris était donc un événement en lettres capitales. Comme à Bagnols-sur-Cèze, Johnny Osbourne déroule un set qui va du reggae roots à sa période dancehall en passant par le digital. Sa voix préservée est magnifiée par le travail du Homegrown Band. La section cuivres (avec Stepper) se charge même des chœurs, donnant un relief appréciable aux titres.

Après Rock it tonight et What a Lala (sur le Stalag), il fait chavirer la salle en lançant Truth & Rights. Il faudra plusieurs pull ups pour calmer les ardeurs du public, et sur le dernier, Lone Ranger vient lui faire l'introduction, inna rub a dub style ! Jah Promise, Can't leave Jah, Righ Tracks… En une heure, on ne rate pas un de ses classiques. Embrayant sur son segment dancehall, il enchaîne Ice cream love, Folly Ranking, Purify your heart jusqu'à l'incontournable Buddy Bye sur le Sleng Teng dont le refrain est repris par le public. Vingt ans après, Johnny Osbourne n'a pas raté son retour !

Le récital de Ken Boothe
L'événement de la soirée était peut-être le retour de Osbourne, mais le vibrant accueil que réserve le public parisien à Ken Boothe laisse entendre qu'il est d'abord venu applaudir Mr Rocksteady. Avec le Homegrown Band, la complicité est parfaite. Ils se connaissent bien pour jouer ensemble depuis de nombreuses années, et comme à chaque fois, la prestation tourne au récital. Ken Boothe n'a qu'à piocher dans ses innombrables succès (surtout la période 1967-1971) pour enchanter un public conquis.



This is rocksteady, Crying over you, Silver Words, When I fall in love, The train is coming, Tell you goodbye, Don't want to see you cry, The girl I left behind, Moving Away… La sélection a des allures de best-of. Il entonne même New World Order, chanson tirée de son dernier album, "The Journey", où il interpelle les dirigeants mondiaux ("Trop de guerres, trop de souffrances"). Certes, on pourra toujours regretter qu'il n'ait pas chanté You're no good (pourtant prévue), Set me free ou encore Puppet on a string, mais ce serait faire la fine bouche et cela montre surtout la profondeur de son répertoire.

Après Speak softly love, Artibella déclenche une ovation. Toute la salle reprend en chœur Everything I own, son plus gros hit enregistré pour Lloyd Charmers, avant qu'il ne quitte la scène. Le pic de la soirée sera pour le rappel, avec Is it because I'm black. Sur le titre de Syl Johnson, repris par Ken Boothe en 1978 (également pour Lloyd Charmers), il est rejoint sur scène par Johnny Osbourne et Lone Ranger. Ensemble, ils réinterprètent le refrain en chantant : "Something is sweet in here tonight / It's because you're nice" (à revoir plus bas en vidéo). Le ska entraînant de Freedom Street conclut cette soirée magique où tout aura été parfait. Les commentaires enthousiastes et les sourires accrochés aux visages, alors qu'on regagne la sortie, sont des signes qui ne trompent pas.





Article écrit par la rédaction
Photos : Ratiba Hamzaoui

Tags : Ken Boothe (71), Johnny Osbourne (16), Lone Ranger (18)

  Réactions
(2)   

Réactions

Date de mise en ligne : 16/04/2013
Ken Boothe, Johnny Osbourne & Lone Ranger @Paris

2 réactions
Appréciation générale :

C'était tout simplement magique, une soirée magnifique !

What a lala = In the area (Jammy$)
bête d'affiche, mais je pensais qu'Osbourne passerait en dernier...


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Votre pub sur Reggaefrance
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2017