Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

INTERVIEW : JUNIOR KELLY

Junior Kelly

 
Propos recueillis par : Benoit Georges
Photos : Benoit Collin
le mardi 01 avril 2008 - 14 152 vues

 Imprimer 
 
    Réactions
 (16)   

On n'avait plus croisé Junior Kelly depuis la sortie de son dernier album, "Tough Life", en 2005. Toujours aussi chaleureux et disponible, Junior Kelly a indéniablement gagné en maturité. Prenant son temps pour bien développer ses analyses, il évoque avec nous son refus de la fuite en avant dans les sorties d’album ou sa conception de la religion. C’est avec un intérêt certain que nous abordons avec lui quelques sujets brûlants en Jamaïque : la recrudescence de la violence, l'hypocrisie de l'industrie du disque sur son exploitation par les artistes, la protection du patrimoine musical jamaïcain... Fait plutôt rare dans une interview, Junior Kelly n’hésite pas à donner son avis sur les initiatives du nouveau gouvernement ou sur la politique du label VP qui distribue ses albums, et milite même pour la création d'un syndicat d'artistes.


Reggaefrance / Pourquoi a-t-il fallu attendre trois ans pour découvrir ton nouvel album ?
Junior Kelly / C'est lié au contexte des sorties d'albums en Jamaïque. Je ne veux pas sortir albums après albums sans pouvoir les soutenir de manière appropriée sur différents continents et territoires. La plupart du temps, quand un artiste réalise un album, il en fait un autre pour un producteur différent et les deux disques se concurrencent. Je trouve que c’est avoir un bien mauvais sens des affaires que d'avoir deux albums qui sortent à six ou douze mois d’intervalle. Tu sors un premier album, construit sur un momentum, un moment idéal, et un autre paraît six mois après. Par conséquent, tu changes de point de vue sur l’album le plus vieux alors qu’il n’a que six mois ! Tu ne peux pas le considérer comme un vieil album mais tu te concentres sur l’album le plus récent. Je préfère ne pas éparpiller mon énergie, je préfère construire le momentum, pour un album, le défendre partout et ensuite je suis prêt pour un nouvel album.

C'est pourtant ce que tu faisais jusque-là : ''Tough Life'' en 2005, était ton huitième album en cinq ans…
C’est vrai. Parce qu’au début, tu es jeune et tu veux percer, tu es débordant d'énergie, je le suis toujours ceci dit… Mais dans le reggae aujourd'hui, il y a différents producteurs, en tant que jeune artiste, tu veux chanter mais quand tu en as la chance, tu ne sais pas lequel va sortir tes morceaux, donc tu veux enregistrer pour un maximum de gens et tu te donnes au maximum. Mais ces morceaux peuvent revenir hanter les artistes. C’est ce qui s’est passé pour moi. Tes anciens producteurs attendent que tu perces et décident ensuite de dépoussiérer de vieux albums, ils les remixent et les ressortent. Au final l'album sonne complètement différemment, parce qu'il a été enregistré dix ans plus tôt ! J’arrive à un âge où je dois contrôler et économiser mes ressources et mon énergie et la concentrer à promouvoir un album à la fois. C'est aussi la raison pour laquelle je n'ai pas beaucoup de singles qui sortent en ce moment. Je ne crois pas au principe qui veut que tu enregistres des singles que tu empiles, et douze mois plus tard tu les compiles sur un album. C'est petit, et tu triches avec tes fans et ton public.

Parlons donc de ce nouvel album
Il s'appelle ''Prince of Roots''. Je vais te dévoiler un secret sur la pochette. Je suis dans une tenue royale africaine traditionnelle, et autour de moi, il y a un Amérindien, un Indien d’Indes, un Européen blanc, une femme noire, un Chinois et un Japonais. Ils sont tous habillés en tenues traditionnelles. Quand je pense à un album, je pense aussi à la pochette. Je voulais qu’ils m'entourent, on se tient la main. C'est un symbole du monde, des différentes cultures du monde. La musique de cet album s’adresse à toutes les cultures : je touche les cœurs et les esprits de tous. Je chante des thèmes, des histoires qui touchent tout le monde. C'est pourquoi, je pense que le titre et la pochette sont très importants. Je ne crois pas qu’un album puisse ne pas avoir de concept qui domine le tout.

Qui sont les producteurs ? Je sais que tu produis toi-même.
Je produis un morceau sur l'album, tout comme Joel Chin de VP. Sly & Robbie en produisent deux. Un ami à moi, Senior, celui qui avait produit Receive, en produit trois. Dusty de Firehouse aussi… C'est d'ailleurs le Firehouse Crew qui joue les riddims et qui a produit certains titres. Il y aura un featuring avec ma sister des Etats-Unis, Bar-Bee (Missing You). Ca sera le seul duo. Nous avons enregistré un duo avec Queen Ifrica, produit par Al Ta Fa An, Too Late. Je ne sais pas s'il est trop tard, justement, pour la mettre sur l'album ! En vérité, je n'ai pas peur de le dire, VP, la plupart du temps, ne construit pas de carrière. Ils ne veulent pas prendre le risque de choisir et de promouvoir une chanson. Ils préfèrent te laisser promouvoir seul ta chanson et si elle devient numéro un, ils la mettent sur un album. Je trouve cela petit. Ca ne joue pas en faveur de l'artiste ou du produit, pas même pour eux : quand ils font ça, c'est comme s'ils ne croyaient pas en l'artiste, jusqu'à ce qu'il rencontre le succès... Cette chanson est un numéro 1 potentiel, je peux le dire, et je ne la mettrais pas sur l'album. Je minimise le nombre de 45 tours que je fais pour m'assurer que mes efforts soient concentrés. Après cette tournée, je vais aller à New-York pour une séance de photos pour ''Prince of Roots'', et pendant ce temps on fera la promotion de ce titre avec Queen Ifrica. L'album sortira mi-avril et la chanson avec Queen Ifrica sortira avant je pense.

Revenons sur ''Tough Life'', le titre éponyme était produit par Frenchie.
Cette chanson fait partie de deux morceaux superbes que j’ai faits pour Frenchie (Maximum Sound). Ce que j’aime quand je travaille pour des producteurs européens, c'est qu'ils passent du temps sur la qualité des productions, des harmonies, des percussions, du mix… de tous les aspects. Malheureusement, les producteurs jamaïcains sont souvent trop occupés à se débrouiller, pour trois francs six sous, ça et là, pour penser aux bénéfices à long termes ou aux répercussions de leur mentalité de « hustling ». C’est vraiment dommageable de leur part. Quand je reçois un riddim de Dready (Soul Vybz) ou d'un producteur européen, il fait ressortir des émotions : le riddim me parle. Il donne une énergie différente, une inspiration pour écrire. Les producteurs jamaïcains ont tendance à trop s'écouter les uns les autres, à manquer d'imagination et à ne plus être assez créatifs. C'est pourquoi les oldies, du temps de Coxsone par exemple, sont si riches en termes de qualité. Les producteurs européens chérissent ces œuvres. Je ne peux pas dire que nous ne pouvons pas faire mieux qu'à cette époque. Bien sûr que nous pouvons. Tout ce qu'il nous faut faire, c'est revenir aux fondamentaux, être concentré, donner de l'importance aux détails et être plus créatif.

Rasta should be deeper était aussi produite par un label européen. A qui s'adresse cette chanson ?
Aux soi-disant philanthropes, aux soi-disant défenseurs de l'hUmanité, de la nature. Ils disent une chose et en font une autre. Selon moi, le mot « rasta » n'est pas une image dont tu sers pour avoir des filles, des armes, de l'argent, des richesses… Ce n'est pas ça, c'est bien plus que ça. Le mot rasta ne veut pas dire que tu as besoin d'être noir pour être rasta, tu dois être un hUmaniste, tu dois aimer les gens, aider les autres, ta famille. C’est ce que j’ai fait et cela me fait du bien. C'est ce qui fait de toi un homme du monde, un philanthrope, un rasta. Ce ne sont pas que tes cheveux ! C'est ce que je dis dans la chanson, « it’s more than the robe and the natty hair » (ça dépasse la tenue et les dreadlocks, ndlr), c'est ce que tu es, ce qui jaillit de toi, l'amour ! J'ai vu beaucoup d'artistes jamaïcains se prétendre rasta, mais ne pas vivre en suivant ces préceptes. Ce sont de bons préceptes, ils ne sont pas restrictifs. Bien sûr que tu peux aller dans un bar et boire un verre, bien sûr que tu peux jurer « bomboclaat », ça ne fait de mal à personne. Mais quand tu manques de respect aux femmes ou quand tu ne respectes pas la culture des autres ou ce qu’ils sont, comment vont-ils t'accepter si tu ne les acceptes pas ? Bien sûr, il y a des préceptes et des frontières, des standards moraux. Ces jeunes - je ne suis pas vieux, je suis encore jeune mais j'ai vu ce qu'est rasta - ont tendance à parler d'une chose et à en faire une autre en même temps. Cela me fait mal, car je représente les rastas, le côté hUmaniste et philanthropique.

Des journalistes me posent de telles questions sur ce qui se passe en Jamaïque - ils vont sur internet, aux concerts, ils lisent, ils savent ce qui se passe- donc je suis jugé par rapport à aux aspects les plus négatifs. Et ça me fait vraiment mal. C’est au point que je ne parle pas trop de ce sujet : je chante l'amour, la camaraderie. J'essaie d'éviter ces sujets, parce que je ne veux pas être jugé par rapport au mode de vie d’autres personnes, qui se prétendent rastas ou hUmanistes. Je veux être jugé par rapport à mes standards, à ce que je fais. Quelque fois des journalistes ont un agenda caché, donc en général j’évite ce genre de conversation. Je considère maintenant que ma conception de la religion et mon affiliation politique, quelle qu’elle soit, sont d'ordre privé. Je ne parle donc pas beaucoup du rastafarisme, cela m’embarrasse.

Je suis allé au Japon, où j'ai lu un livre sur Buddha. Tu l'as remarqué, je porte ce symbole sur moi, une tête de Buddha. Pourquoi je te le montre ? Quand je suis allé là-bas, je n’avais jamais été éduqué sur Buddha ou le bouddhisme auparavant, j’ai acheté et lu le livre. Buddha avait des qualités, dont beaucoup de gens manquent : ils devraient écouter ou lire sur lui. Ils verraient que cet homme aimait les gens, il partageait. C'était un prince couronné qui a quitté le palais de son père pour vivre avec les pauvres de son pays. Il parle de philosophie, de comment les gens devraient vivre. Je porte ce symbole aujourd'hui, mais si tu me vois un autre jour, je porterai un autre symbole d'un autre homme, pas d'un être surnaturel, mais d'un être humain béni par le don de l’amour. Yuh understand ? Donc tu vois que je ne peux pas être un rasta d’extrême-droite (« right-wing extremist ») et dire que mon chemin est la seule voie. On peut apprendre par différents moyens, et par d'autres cultures. Et si tu regardes suffisamment en profondeur, tu verras qu'elles disent toutes les mêmes choses.

Que penses-tu du concept Gangsta Ras qui perce en Jamaïque ?
C'est un mensonge, un « gangsta rasta » n'existe pas. J’ai lu sur Scarface, Lucky Luciano et tous ces gangsters, mais je n’ai jamais vu un « rasta gansta ». Ils devraient donc vérifier ce qu’ils disent avant de le dire. Je pense que c’est une image ou un personnage qu’ils aimeraient endosser. Mais il faut faire attention à ces images et ces personnages que nous voulons incarner. Si tu es un « gansta ras », tu dois vivre la vie d’un gangster, et tu te retrouveras… ou plutôt les gens te retrouveront un jour la tête dans le caniveau. Comme le dis la Bible, tu vis par l’épée, tu meurs par l’épée. Je sais qu’il n’existe pas de « gangsta ras », juste des individus qui incarnent des personnages et se proclament ainsi.

La violence en Jamaïque a encore une fois explosé ces derniers temps, les chiffres viennent de tomber…
C’est un sujet important. Je dois dire que depuis l’installation de la nouvelle administration, quelques tueurs notoires ont été capturés et c’est un signe. Ce n’est peut-être pas un pourcentage significatif mais cela pourrait le devenir : quand on attrape deux tueurs notoires, cela ne parait pas beaucoup, mais la Jamaïque a presque 2,5 millions d’habitants et si on arrête deux individus qui sont des tueurs sans foi ni loi, je considère que c’est un progrès. Même si la nouvelle ne se répand pas dans le monde et que les gens considèrent que cela ne compte pas, pour moi, qui vis en Jamaïque avec mes enfants et ma famille, c’est vraiment un plus. C’est ce qui arrive avec la nouvelle administration. Et il n’y pas que ça : le progrès, c’est qu’on ne les a pas tué. Partout dans le monde, tu vois des endroits comme la Colombie, où il existe des unités de la mort (« death squads ») au sein même de la police, tu constates que beaucoup de meurtres sont imputés à la police. Pour moi, c’est un aveu de faiblesse, quant à leurs méthodes d’investigations et à leur travail. Même si un homme est un meurtrier sans pitié, tu dois essayer d’obtenir la capture. Tuer la personne doit être le dernier recours, réservé à la légitime défense. En Jamaïque, historiquement, les forces de polices ont des méthodes très directes et violentes : ils tuent sans sommations. Ils luttent contre la violence avec une violence extrême. Or, je constate qu’il y a maintenant des règles, des procédures dans la police.

Evidemment, les gangsters ne respectent aucune règle et la violence reste à un niveau alarmant. Un nouveau rapport a été publié dans nos journaux en Jamaïque : nous sommes classés 70ème mondial au niveau de la corruption (Dans le rapport annuel de Transparency International 2007, la Jamaïque est classée 84ème au niveau monde et 19ème au niveau régional - Amériques, ndlr). Et en tant que Jamaïcain j’ai honte bien sûr. Souvent je dis que notre démocratie est morte, parce que dans d’autres sociétés, même des sociétés communistes, la corruption est à des niveaux plus bas. En Chine, la corruption est très faible, parce que pour certaines fautes, on te pend ou on te fusille. Il faudrait parfois faire peur à certains individus et leur dire que s’ils faisaient ce qu’ils font dans d’autres pays, ne serait-ce que fumer un joint, ils seraient condamnés à mort. Je ne dis pas que nous devons être aussi extrêmes, nous devons nous adapter. Mais de nombreux cas me démontrent que la démocratie est seulement pour l’élite et n'arrive pas jusqu’aux pauvres, ceux qui souffrent le plus et ont justement besoin de la protection de l’Etat, des gangsters. Je pense qu’il n’y a pas de management du crime en Jamaïque, cela devrait être l’éradication du crime. C’est un problème très complexe, mais je suis optimiste. Je pense que les mentalités des citoyens changent graduellement et que tout le reste devrait suivre : nous avons besoin de plus de fierté civique, de plus de devoirs civiques, nous devons prendre soin de notre magnifique pays, qui est visité par des dizaines de milliers de personnes chaque année, même avec cette criminalité. Il faut savoir que la criminalité est très localisée, et non pas étendue à toute la Jamaïque, sinon les gens ne viendraient pas. C’est donc un problème isolé dans certaines zones mais cela n’en reste pas moins un sujet brûlant qui doit être combattu.

Certains prétendent, que cela a à voir avec la « gangster music » et son influence, d’autres disent que cela vient de l’histoire violente de la Jamaïque, à commencer par Port-Royal, Henry Morgan et les boucaniers. Je dis non. Les enfants vivent ce qu’ils apprennent et cela ne changera pas. C’est à nous de prêcher le bon message. Le gouvernement doit être irréprochable quand il s’agit de corruption. Ils ont augmenté les salaires de l’administration et ils devraient encore les augmenter avant la fin de l’année. Ils ont de l’argent et des activités professionnelles annexes : ils devraient donc être irréprochables, incorruptibles parce qu’ils sont aisés. S’ils sont corrompus, les gens qui sont sous la coupe de cette corruption seront évidemment corrompus car ils se disent que si les personnes qu’ils ont mises au pouvoir sont corrompues, il n’y a pas d’intérêt à être irréprochable. Le système entier a besoin d’une grande remise en question. Et ce besoin d’une nouvelle vision de ce qu’est la Jamaïque et d’où nous voulons aller ne concerne pas un seul secteur de la société.

Le problème est que ce climat de violence continue à contaminer la musique.
Bien sûr ! Big time ! Je lisais récemment une interview d’un artiste connu qui disait qu’il chantait ce type de musique parce que c’est ce que les gens veulent entendre dans les clubs et les dancehalls. Selon lui, ils ne veulent pas entendre parler de bonheur, de joie, de plaisir, quand ils sortent, ils ne veulent pas entendre parler de moralité… C’est un mensonge ! C’est lui qui vend ce genre musical particulier et qui se vend lui-même comme un artiste qui fait des « gun songs ». Je sais que les « gun songs » font des dégâts. Par exemple, un jeune prend le micro et dit qu’il brandit son arme depuis qu’il va à l’école. Maintenant, la violence à l’école augmente en Jamaïque : contre les professeurs, les autres élèves et cela provient de certains idiots qui disent qu’ils portent leur flingue depuis qu’ils vont à l’école. Des élèves ont des I-Pod et écoutent cette musique dans les classes ou les cours de récréation. Ils pensent qu’ils ont besoin d’une arme, c’est ce qu’ils comprennent de telles chansons. Bien sûr la musique contribue à modeler la société, aucun doute. Aidonia a été poursuivi l’autre jour pour port d’arme illégal et un magistrat a publié une tribune dans les journaux en disant que les « gun songs » devraient être interdites et que tous ceux qui étaient pris à les chanter devraient aller en prison et payer une amende. C’est radical, mais nécessaire. Il faut que cela les blesse pour qu’ils voient les erreurs de leur conduite. Je ne dis pas cela parce que je suis rasta et que je chante certains types de chansons. Je pense cela depuis bien longtemps, avant même que je ne commence à faire pousser mes locks. Cela n’a rien à voir avec moi et avec ce que je fais : je peux écrire des bonnes chansons sur des beats dancehalls. Je n’ai pas besoin de chanter sur les flingues ou traiter les femmes de salopes, de putes. Je ne veux pas faire de l’argent avec la pornographie, car c’est de la pornographie verbale. Je ne veux pas empêcher les gens de faire de l’argent ou de prendre soin de leur famille. Mais il doit y avoir une limite à ne pas dépasser, même pour l’argent ou pour la célébrité. Il y a une voix que tout le monde a à l’intérieur de soi, il faut juste écouter cette voix.




 Imprimer       Réactions
(16)   

Part 2

Junior Kelly

Propos recueillis par : Benoit Georges
Photos : Benoit Collin
le mardi 01 avril 2008


 Imprimer 
 
    Réactions
 (16)   


Retournons à la musique. Tarrus Riley vient juste de gagner quatre « reggae academy awards », quelle est ta réaction et que penses-tu de l’organisation de ces awards jamaïcains ?
C’est formidable, c’est un pas dans la bonne direction. Il était temps ! Ce n’est pas nouveau mais c’est frais. Il est peut-être trop tôt pour le dire, mais cela a à voir avec la nouvelle administration et surtout « Babsy » Grange, la Ministre du sport et de la culture, qui est l’une des personnes ayant aidé à ce que cela se passe. Bien sûr, c’est formidable pour Tarrus. Cela montre que le reggae n’est pas mort et ne le sera pas : trop de gens s’en nourrissent, et je ne parle pas financièrement. Les gens se nourrissent de sa substance et de sa pertinence. Je n’ai pas reçu d’invitation à cette cérémonie mais quand je vais retourner en Jamaïque, je vais le mentionner, pas seulement pour moi mais pour d’autres artistes aussi. Donnez-moi cette invitation et laissez-moi la décliner si je suis en tournée. Ils doivent faire attention. Je ne suis pas du genre rancunier, pas du tout. Mais nous avons besoin d’être là dans le public pour partager avec ces personnes qui reçoivent des awards. Je veux faire cela. Ce n’est pas de l’égoïsme, mais je veux être là. J’ai beau ne pas avoir eu de hits cette année, je suis toujours là et aimé partout dans le monde. Je veux partager cet instant avec les jeunes stars, je veux défendre la musique.

En février, la Jamaïque a déclaré le « reggae month », penses-tu que cette impulsion du gouvernement aura un effet sur la vie culturelle en Jamaïque ? C’est un pas de plus de reconnaître qu’il existe un patrimoine à promouvoir.
Il était temps. Espérons que ce n’est pas juste un effet d’annonce et qu’ils ont vraiment une stratégie. S’ils ont cette stratégie, ils devraient inviter dans leurs meetings des acteurs de l’industrie : producteurs, promoteurs, artistes, musiciens. Parce qu’ils ont aussi des idées à partager qui sont d’un grand intérêt pour le peuple jamaïcain. C’est aussi un pas dans la bonne direction donc il ne faut pas trop le dénigrer. Mais c’est un petit pas. La scène politique jamaïcaine est telle que quand une nouvelle administration arrive après 8 ou 10 ans, en général, elle détruit ce que l’autre parti a fait auparavant, même si c’était bon pour le pays. Ils devraient plutôt construire sur les réussites et les améliorer. C’est une vraie attitude patriotique, une vraie mentalité patriotique : construire sur les bonnes choses et non pas critiquer systématiquement et tout remettre en question dans les six premiers mois. Si c’est bon, c’est pour le bénéfice du peuple jamaïcain. Nous avons besoin de protéger nos produits et de les déclarer comme produits nationaux.

Quand je vois quelqu’un comme Burning Spear… Je ne connais pas sa situation financière. Mais le hip-hop est une jeune industrie et tu vois des artistes hip-hop qui décident de prendre leur retraite parce qu’ils ont gagné assez de millions. Je vois des gens comme Burning Spear ou Israel Vibration, qui se déplacent avec leurs béquilles, qui travaillent sans relâche. Je doute sincèrement qu’ils aient une sécurité financière suffisante pour se dire qu’ils sont assez vieux et ont besoin de se reposer. La musique sera toujours en nous mais je ne crois pas qu'ils aient même l’option de se mettre à la retraite. C’est parce que le gouvernement jamaïcain dans le passé - aujourd’hui heureusement ils ont une autre vision -  voyait cette musique comme étant associée à la ganja, aux rastas, au ghetto… Ils ne la reconnaissaient pas comme notre musique. Notre patrimoine doit être protégé, il doit être régulé, de façon qu’il ne puisse plus y avoir de personnes qui piratent notre musique, qui font des millions sans que cet argent ne revienne en Jamaïque, pas pour des individus mais pour la trésorerie du pays, pour réparer les routes, acheter des livres pour les élèves, rénover les écoles vétustes… Aider à faire que la Jamaïque soit plus autosuffisante, qu’elle dépende moins de la Banque mondiale. C’est ce sur quoi le gouvernement doit se focaliser : considérer ce produit, le déclarer, protéger l’héritage de la Jamaïque.

Je ne dis pas que nous devons empêcher tous les autres de faire du reggae : c'est notre cadeau au monde. Nous accueillons les Gentleman, les UB40 etc. Mais ils doivent se rappeler qu’ils ne doivent pas tourner le dos aux origines du reggae. Il y a ce site internet au Canada qui pirate nos produits (Audiomaxxx, fermé depuis, news du 06/03/2008, ndlr) et les vend pour rien et il dit que nous sommes des idiots parce que nous avons la meilleure chose au monde et nous ne savons pas la vendre. Le gouvernement doit trouver cet individu et le condamner sous une forme ou une autre. Ils nous insultent, le peuple de Jamaïque. Le gouvernement doit cesser avec ses anciennes conceptions et considérer que cette musique appartient à la Jamaïque : il n’y a pas de différence entre « downtown » et « uptown » (le ghetto et les beaux quartiers ndlr), tout le monde écoute du reggae, tous les parlementaires ont au moins un cd de ska ou de reggae chez eux. C’est un produit national et nous devons le protéger avec tous les moyens de la loi. Crois-moi, ils le reconnaissent. Nous pouvons avoir des revenus qui reviennent en Jamaïque, avec tous ces artistes qui ont fait des chansons pendant des années et qui ont été volés par d’autres personnes qui ont pris leur pourcentage, leur copyright. Je sais que dans certains endroits, une close de limitation fait que si un artiste ne réclame pas son argent après plusieurs années, celui-ci retourne à la personne qui a frauduleusement édité des contrats le déclarant propriétaire de cette musique. Le gouvernement doit traquer ces individus avec une armada d’avocats et faire que l’argent nous revienne, pas à des individus, mais pour la Jamaïque. Cette administration doit considérer la question. La musique n’est pas comme l’or ou le pétrole, elle ne s’épuisera pas.

Tu sais que dans certaines écoles de musique jamaïcaines, dans ces institutions, tu as besoin d’un certain niveau scolaire pour être accepté et apprendre à jouer. Dans ces écoles, ils n’apprennent pas le reggae dans les cursus. C’est des conneries ! Comment peut-il y avoir une telle institution en Jamaïque qui s’appelle « Jamaica school of music » où les gens apprennent uniquement la musique classique ? Bien sûr ils doivent l’apprendre, Mozart, Beethoven… mais il faut un cursus de reggae, s’ils veulent changer totalement la vision du reggae, je ne suis pas le seul à penser cela. Ils n’ont personne pour enseigner le reggae. Les personnes de l’extérieur ne nous reconnaitront pas, ne nous respecterons pas à notre niveau. Il faut éliminer ces critères : il faut avoir un A en anglais ou en maths pour aller dans cette école, c’est stupide. La musique n’a pas besoin de critères, ce sont les hommes qui mettent des critères. Tu as des aveugles qui jouent de la musique : Stevie Wonder n’a jamais eu besoin d’un A en maths pour faire de la musique. Pourquoi mettons-nous ces limites sur les jeunes qui veulent apprendre la musique ? En plus, tu as quelqu’un comme Iboo Cooper, membre fondateur de Third World, qui enseigne à la Jamaica School of Music : il doit prendre ses élèves hors de la classe, pour aller chez lui ou sous un arbre pour leur enseigner le reggae. Il ne peut même pas leur enseigner dans la classe parce que ça ne fait pas partie du cursus ! C’est embarrassant, prétentieux et stupide à mon avis.

Une autre initiative du gouvernement a été de créer cette RIIA Jam pour protéger ce patrimoine. Nous avons appris le vol des archives, il y a aussi le problème de la protection physique du patrimoine.
Exactement. J’avais prévu de faire une classe avec des jeunes diplômés de cette école de musique qui viendraient enseigner à ceux qui justement n’ont pas le niveau requis. Je pense toujours : que puis-je faire pour aider et offrir un autre choix pour ces jeunes qui aiment jouer des percussions, du piano, de la guitare et ne peuvent pas aller à cette école de musique ? Je suis prêt à mettre mon propre argent pour permettre à ces jeunes diplômes de venir enseigner à ces enfants. Je sais qu’ils me diront que je n’ai pas assez d’autorité pour le faire, mais ils ne peuvent pas me dire que je n’ai pas l’autorité d’éduquer ces jeunes : ils le veulent, ils en ont besoin. Dans un pays où il n’y a pas assez d’emplois, apprendre aux jeunes à jouer d’un instrument est une opportunité pour eux de voir le monde, nourrir leurs enfants et leur famille. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Comme tu vois, ce sujet me passionne. Merci de me donner la possibilité d’en parler.

VP a racheté Greensleeves, vois-tu ce rachat comme une menace pour la diversité musicale ou comme une opportunité ? Peut-être que tu ne souhaites pas aborder ce sujet…
Non, bien sûr que non. Je fais partie de cette industrie et je souhaite participer le plus possible au développement et à l’amélioration de la musique. Je ne pourrais pas vivre en ayant quelque chose à dire pour le bénéfice de la musique et en le gardant pour moi. Je répondrais donc à cette question. Il y a deux facettes, c'est une opportunité pour VP d'agrandir son catalogue. En rachetant Greensleeves, leur catalogue devient bien plus important que celui de Coxsone, Gussie Clarke ou d'autres. La question est de savoir ce qu'ils vont faire de ça. Vont-ils faire disparaître Greensleeves ou la faire tourner comme une filiale ? Cela reste à voir. La question n’est pas prématurée mais il serait prématuré pour moi d’y répondre définitivement. Wait and see…

On peut espérer que cela donne plus de moyens pour la promotion du reggae…
J'aime la concurrence productive, quand il n'y a pas de monopoles. Les producteurs, artistes et musiciens ont le choix, quand un tel rachat arrive. Disons que VP décide de racheter Jet Star, puis Stingray… Si c'est cette route que nous empruntons, c'est très dangereux. C'est pourquoi l'union des artistes, musiciens, producteurs est primordiale, il nous faut des syndicats artistiques. Même si tu es un producteur européen, tu as vocation à faire partie de ce syndicat. De cette façon, on peut avoir une voix collective, unie, pour dire ce que nous avons à dire sur certains problèmes qui peuvent affecter notre industrie. On peut prendre des mesures, décider d'actions communes. C'est ce qui manque à notre industrie. Par exemple, les responsables économiques en Jamaïque condamnent d’un côté la violence du dancehall et de l'autre côté, ce sont ces artistes dancehall qui sont dans les charts et qui font de la publicité pour des produits de grande consommation ! Espérons que cela changera dans le futur, mais tu ne vois pas des figures comme Luciano, Burning Spear ou moi-même faire de la publicité pour des produits. C'est pour ça qu'un syndicat est important, pour que l'on puisse aller au Ministère de la Culture, et réclamer une réunion avec tous les pontes de l'industrie à cause de tel ou tel problème. Ce n'est pas juste, cette musique est plus importante. C'est la beauté et l'efficacité d'un syndicat.


Page précédente


 Imprimer       Réactions
(16)   

RÉACTIONS


16 réactions
Appréciation générale :

yes i bretren and sistren nuff lov and respect fi all di massive dem me gwan fi tell someting a true dat kelly is one of di most conscious reggae singer in dis ya time big up to kelly selssie i bless this light.............
pour celui ki parl des discours haineux de sizzla sa oci c conscious mé d1 otr level c le blazin faya blaze sa c le judgment...faya brule tou les opresseurs blancs ou noirs.....
mo faya pon dem get ready fi judgement
jah bless dis light inside us all selassie ..jah...

Une grande interview...Peut-être la meilleure qu'il m'ait été donné de lire cette année sur un support voué à la musique, tout style confondu. Si tous les artistes possédaient la même sagesse et faisaient preuve d'autant d'indépendance d'esprit, la musique et la presse qui en découle se porteraient infiniment mieux.

C'est clair que Junior Kelly a un discour qui fait plaisir pour un chanteur de reggae. Car ne nous voilons pas la face , beaucoup se proclomment rasta et compagnie mais sont très loin des préceptes de la foie rasta. Les lives de kelly témoignent de cet etat d'esprit; c'est le seul jamaican que j'ai vu descendre dans le public, le remercier à plusieurs reprises, bref etre généreux et respectueux du public. Grand artiste et grand homme, respect a jamais!

Yes !! Belle interview de Junior Kelly !
Enfin quelqu'un qui represente Rasta comme il se doit... avec une ouverture d'esprit et un bon raisonnement !
Jsalu aussi son show plutot réussi à Mulhouse...
Respect

big respect a junior kelly beaucoup de lumiere dans son interview

Je me rajoute à cette liste de commentaires, pour dire que ça fait bien plaisir d'entendre tout cela. En tant que fan de reggae roots, en tant qu'educ spé, c'est ce genre de gars qu'il faut promotionner dans la jeune génération (toute proportion gardée). Le message est beau, loin d'être ringard à mon sens. A nous aussi dans notre entourage de dire à ceux qui kiffent les "gun-songs" qu'ils se réveillent et se rendent comptent de leur "inconsciousness".
Respect à reggaefrance de faire de tels interviews.

yeess je croi kil ny a rien a rajouté.toute la vérité est dite dan cete interview.nuff respect and love fi junior kelly!
blessed love

yes rasta,ca cet un big message!big up

Ahhhhhh voila un message positif et conscient comme on l'aime!!! Big junior Kelly!!
Y 'en a mare des gun tunes et des dejay qui crachent leur haine alors qu'ils se prétendent Ras!..comme le dis Kelly être Ras c'est etre humaniste! alors arretons d'acheter des guns tunes et autres bad songs car c'est comme ca qu'on cautionne les artistes à dire des conneries..voyons si ces prétendues stars arrivent à nous faire kiffer sans insultes, sans dire qu'ils sont les plus beaux et qu'ils ont le plus gros flingue....
Big respect aux amateurs de musique et non de hype!
big respect a reggaefrance pour promotionner des messages positifs!!
kim

Franchement ca fait trop plaiz ce genre de discours , les sizzla , tt ça commencent à souler avec leurs discours haineux, je me rends de plus en plus compte. en tout cas , big up Junior Kelly , son concert à l'Elysée Montmartre était non seulement good vibes , mais trop BAD !!!!!

yeah man c vrai!!!!more love & respect!!!!!

Big interview.. .. ...j'ai découvert entre autre le Reggae grace a cet artiste avec Tough Life.. ..mais après avoir bien écouter cet album je trouvait qu'il faisait un peu artiste de grosse série.. ...comme Sizzla en somme.. ...mais sa a l'air d'avoir changé ou c'est moi qui m'etait donné un peu une illusion. ...mais j'avais lu quelques trucs sur internet qui le confirmait.. ...mais a pres c'est internet. ...mais la big discours.. ..si les gens aime les gunlyrics et la violence c'est qu'ils entendent ce message dès leurs plus jenue âge. ....les gens naissent neutres, on nait pas violent on le devient....

Ca fait du bien d'entendre ce genre discours!!!!!!!

big respect a lui! voila 1 réél discourt d'un réél rasta, sa nous change des sizzla etc! il a raison en tous points! le blem avc les gun lyrics c'est que les gens aime sa, les gens aime tous squé violent, vulgaire etc! pr la majorité sa en jéte détre 1 caide! et au contraire davoir des messages consients de proné lamour et lunité c'est ringard o yeux de tout c'est gogol! prq? baaaa pasqe les gens son comme sa! c'est la nature humaine! une bien triste nature! si les gens sré moin con, yoré moin dartiste comme sa c'est une évidence! les artistes hypocrites la mm! sizzla pffffff ya pas plus hypocrites que smec la, ba sé se genre dartite qui sont le plus aprécié! prq??? pasqe les gens se reconnaisse en lui! apré yen na qaime sa vybz mais aisse sufisen pr écouté 1 artiste? bref... respect a tout les gens vrai si peu soi t'ils! et une penssé pr tout les otres qui mfont dla peine, ce qui vont minsulté pasqe jé critiqué le dieu vénéré sizzla pfff garde la péche

yes i kelly c du respect avan tout!!! big artiste avc des show liv énorme!!!! longue route a l'artiste

  Suivant   
1 2

Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

   
Abijah Sons à l'écoute
  Admiral T Sons à l'écoute
  Admiral Tibet Sons à l'écoute
  Aidonia Sons à l'écoute
  Alaine Sons à l'écoute
  Alborosie Sons à l'écoute
  Alkaline
  Alkaly Sons à l'écoute
  Alozade Sons à l'écoute
  Alpha Blondy
  Alpheus Sons à l'écoute
  Alton Ellis
  Anthony B Sons à l'écoute
  Anthony Cruz Sons à l'écoute
  Anthony Johnson Sons à l'écoute
  Apach Sons à l'écoute
  Assassin Sons à l'écoute
  Avaran
  Azrock Sons à l'écoute
   
Baby Cham Sons à l'écoute
  Baby G Sons à l'écoute
  Barrington Levy Sons à l'écoute
  Bascom X Sons à l'écoute
  Batch Sons à l'écoute
  Bazil
  Beenie Man Sons à l'écoute
  Beres Hammond Sons à l'écoute
  Beta Simon
  Big Youth
  Biga Ranx Sons à l'écoute
  Bitty McLean
  Black Uhuru
  Bling Dawg Sons à l'écoute
  Bob Marley
  Bobby Konders Sons à l'écoute
  Bost & Bim Sons à l'écoute
  Bounty Killer Sons à l'écoute
  Brahim Sons à l'écoute
  Brick & Lace
  Bronco Knowledge
  Broussaï Sons à l'écoute
  Buckey Ranks Sons à l'écoute
  Bugle Sons à l'écoute
  Buju Banton Sons à l'écoute
  Bunny Rugs Sons à l'écoute
  Bunny Wailer
  Burning Spear
  Burro Banton Sons à l'écoute
  Bushman Sons à l'écoute
  Busta Rhymes Sons à l'écoute
  Busy Signal Sons à l'écoute
   
Cali P Sons à l'écoute
  Capleton Sons à l'écoute
  Caporal Nigga Sons à l'écoute
  Carlton Bubblers
  Carlton Livingston
  Cecile Sons à l'écoute
  Charlie Chaplin
  Chezidek Sons à l'écoute
  Chico Sons à l'écoute
  Chrisinti
  Christopher Ellis
  Chronicle
  Chronixx Sons à l'écoute
  Chuck Fender Sons à l'écoute
  Chukki Starr Sons à l'écoute
  Clinton Fearon Sons à l'écoute
  Clive Hunt
  Cocoa Tea Sons à l'écoute
  Collie Buddz Sons à l'écoute
  Conrad Crystal Sons à l'écoute
  Cornell Campbell Sons à l'écoute
  Courtney John Sons à l'écoute
  Crown Prince Sons à l'écoute
  Culture
  Cutty Ranks Sons à l'écoute
   
Daddy Mory Sons à l'écoute
  Daddy Yod Sons à l'écoute
  Damian Marley Sons à l'écoute
  Danakil Sons à l'écoute
  Danny English Sons à l'écoute
  David Rodigan Sons à l'écoute
  Daville Sons à l'écoute
  Daweh Congo Sons à l'écoute
  Dean Fraser Sons à l'écoute
  Delly Ranks Sons à l'écoute
  Demarco
  Dennis Brown Sons à l'écoute
  Determine Sons à l'écoute
  Devonte Sons à l'écoute
  Dezarie Sons à l'écoute
  Diana Rutherford Sons à l'écoute
  Difanga Sons à l'écoute
  Dj Master Will Sons à l'écoute
  Don Carlos Sons à l'écoute
  Don Corleon Sons à l'écoute
  Don Miguel
  Duane Stephenson Sons à l'écoute
  Dub Inc Sons à l'écoute
  Dubmatix
  Dubtonic Kru Sons à l'écoute
   
Earl 16 Sons à l'écoute
  Earl Chinna Smith
  Elephant Man Sons à l'écoute
  Etana Sons à l'écoute
  Everton Blender Sons à l'écoute
   
Fantan Mojah Sons à l'écoute
  Fat Freddy's drop
  Flamengo Sons à l'écoute
  Frankie Paul Sons à l'écoute
  Freddie McGregor Sons à l'écoute
  Frenchie Sons à l'écoute
  Frisco Kid
  Full Hundred sound Sons à l'écoute
  Fundé
  Furybass Sons à l'écoute
  Future Troubles Sons à l'écoute
   
Gappy Ranks Sons à l'écoute
  Garnett Silk
  General B
  General Degree Sons à l'écoute
  General Levy Sons à l'écoute
  Gentleman Sons à l'écoute
  George Nooks
  Ghost Sons à l'écoute
  Ginjah
  Glamma Kid Sons à l'écoute
  Glen Washington Sons à l'écoute
  Gramps Morgan Sons à l'écoute
  Gregory Isaacs Sons à l'écoute
  Groundation
  Gyptian Sons à l'écoute
   
Harry Toddler
  Hawkeye Sons à l'écoute
  Hollie Cook
  Horace Andy
   
I-Octane Sons à l'écoute
  I-Wayne Sons à l'écoute
  Iba MaHr Sons à l'écoute
  Ijahman
  Ill Inspecta Sons à l'écoute
  Iqulah Sons à l'écoute
  Israel Vibration
   
Jabba Sons à l'écoute
  Jah Cure Sons à l'écoute
  Jah Mali Sons à l'écoute
  Jah Mason Sons à l'écoute
  Jah Shaka
  Jah Thunder Sons à l'écoute
  Jah Warrior Sons à l'écoute
  Jah9 Sons à l'écoute
  Jamelody Sons à l'écoute
  Janik Sons à l'écoute
  Jaqee
  Jazzwad Sons à l'écoute
  Jim Murple memorial Sons à l'écoute
  Jimmy Cliff
  John Holt
  Johnny Osbourne Sons à l'écoute
  Josie Mel
  Julian Marley
  Junior Delgado Sons à l'écoute
  Junior Kelly Sons à l'écoute
  Junior Reid Sons à l'écoute
   
K2R Riddim
  Kabaka Pyramid Sons à l'écoute
  Kanka
  Kardinal Offishal Sons à l'écoute
  Ken Boothe Sons à l'écoute
  Khago
  Kiddus I
  King Far I sound
  Kingston Ladies
  Kinkeliba Sons à l'écoute
  Kiprich Sons à l'écoute
  Konshens Sons à l'écoute
  Krys Sons à l'écoute
  Kulcha Knox Sons à l'écoute
  Ky-mani Marley Sons à l'écoute
   
Lady Saw Sons à l'écoute
  Lady Sweety
  Lee Perry
  Lexxus Sons à l'écoute
  Linval Thompson Sons à l'écoute
  Little Espion Sons à l'écoute
  Little Hero Sons à l'écoute
  Livin' Soul
  LKJ
  Lloyd Brown Sons à l'écoute
  LMS Sons à l'écoute
  Lone Ranger
  Loo Ranks Sons à l'écoute
  Lord Kossity Sons à l'écoute
  Louie Culture Sons à l'écoute
  LP International Sons à l'écoute
  Luciano Sons à l'écoute
  Lucky Dube
  Luddy Sons à l'écoute
  Lukie D Sons à l'écoute
  Lusdy Sons à l'écoute
  Lutan Fyah Sons à l'écoute
   
Macka B
  Macka Diamond Sons à l'écoute
  Mad Cobra Sons à l'écoute
  Mad Killah
  Mada nile Sons à l'écoute
  Manasseh Sons à l'écoute
  Manjul
  Marcia Griffiths Sons à l'écoute
  Masicka Sons à l'écoute
  Massive B
  Matinda Sons à l'écoute
  Matisyahu
  Mavado Sons à l'écoute
  Max Romeo Sons à l'écoute
  Merciless Sons à l'écoute
  Meta Dia
  Michael Prophet
  Michael Rose Sons à l'écoute
  Mickee 3000 Sons à l'écoute
  Midnite Sons à l'écoute
  Mighty Crown Sons à l'écoute
  Mighty Diamonds
  Military Man Sons à l'écoute
  Million Stylez Sons à l'écoute
  Mo'Kalamity Sons à l'écoute
  Monty Alexander Sons à l'écoute
  Morgan Heritage Sons à l'écoute
  Moses I Sons à l'écoute
  Mr Vegas Sons à l'écoute
  Ms. Thing
  Munga
  Murray Man Sons à l'écoute
   
Naâman
  Nanko Sons à l'écoute
  Natty Jean
  Natty King
  Natural Black
  Nazareken Tiken Sons à l'écoute
  Neg'Marrons
  Nemo Sons à l'écoute
  Nereus Joseph Sons à l'écoute
  Nicky B Sons à l'écoute
  Niggah Mickey Sons à l'écoute
  Ninjaman
  Norrisman
  Nuttea Sons à l'écoute
   
Omar Perry Sons à l'écoute
   
Pablo Moses
  Papa Tank Sons à l'écoute
  Patrice
  Paul Elliott Sons à l'écoute
  Perfect Sons à l'écoute
  Pierpoljak Sons à l'écoute
  Piratedub Sons à l'écoute
  Popcaan Sons à l'écoute
  Pow Pow
  Pressure Sons à l'écoute
  Prince Alla
  Prince Malachi
  Protoje Sons à l'écoute
  Pupa Jim Sons à l'écoute
   
Queen Ifrica Sons à l'écoute
  Queen Omega Sons à l'écoute
   
Raggasonic
  Raging Fyah Sons à l'écoute
  Ranking Joe Sons à l'écoute
  Ras Attitude Sons à l'écoute
  Ras Mac Bean Sons à l'écoute
  Ras Shiloh
  Red Rat Sons à l'écoute
  Richie Spice Sons à l'écoute
  Rico Rodriguez
  Roberto Sanchez Sons à l'écoute
  Rod Taylor Sons à l'écoute
  Romain Virgo Sons à l'écoute
  Rootz Underground
  Ruff Cutt Sons à l'écoute
   
Saël Sons à l'écoute
  Saïk
  Sanchez Sons à l'écoute
  Sandeeno Sons à l'écoute
  Sean Kingston
  Sean Paul Sons à l'écoute
  Sebastian Sturm Sons à l'écoute
  Seeed
  Sentinel
  Serani Sons à l'écoute
  Serge Gainsbourg
  Seyni
  Shabba Ranks Sons à l'écoute
  Shadow Killa
  Shaggy Sons à l'écoute
  Shockin Murray Sons à l'écoute
  Singing Melody Sons à l'écoute
  Sir Samuel
  Sister Carol Sons à l'écoute
  Sizzla Sons à l'écoute
  Smiling D Sons à l'écoute
  Solo Jah Gunt
  Spanner Banner Sons à l'écoute
  Spragga Benz Sons à l'écoute
  Stanley Beckford Sons à l'écoute
  Starckey Banton Sons à l'écoute
  Steel Pulse Sons à l'écoute
  Stephen Marley Sons à l'écoute
  Stephen McGregor
  Steve Mosco Sons à l'écoute
  Straika D Sons à l'écoute
  Sugar Minott Sons à l'écoute
  Sugar Roy Sons à l'écoute
  Supa John Sons à l'écoute
   
Taïro Sons à l'écoute
  Taiwan MC
  Taj Weekes Sons à l'écoute
  Takana Zion Sons à l'écoute
  Tanto Metro Sons à l'écoute
  Tanya Stephens Sons à l'écoute
  Tarrus Riley Sons à l'écoute
  Tarzan Sons à l'écoute
  Terry Linen Sons à l'écoute
  The Black Seeds
  The Congos Sons à l'écoute
  The Gladiators
  The Pioneers
  The Skatalites
  Third World
  Tiken Jah Fakoly
  Tippa Irie
  Tiwony Sons à l'écoute
  TOK Sons à l'écoute
  Toma  Sons à l'écoute
  Tommy Lee
  Tony Matterhorn Sons à l'écoute
  Tony Rebel Sons à l'écoute
  Tony Tuff
  Toots & The Maytals
  Trinity Sons à l'écoute
  Triston Palmer Sons à l'écoute
  Turbulence Sons à l'écoute
  Twinkle Brothers
  Typical Féfé Sons à l'écoute
   
U-Brown Sons à l'écoute
  U-Roy Sons à l'écoute
  Uman Sons à l'écoute
   
Vybz Kartel Sons à l'écoute
   
Ward 21 Sons à l'écoute
  Warrior King Sons à l'écoute
  Wayne Marshall Sons à l'écoute
  Wayne Wonder Sons à l'écoute
  Willi Williams Sons à l'écoute
  Winston McAnuff Sons à l'écoute
   
Yabby You
  Yahadanai Sons à l'écoute
  Yaniss Odua Sons à l'écoute
  Yellowman Sons à l'écoute
   
Zareb
  Zebra Sons à l'écoute
  Ziggi Recado Sons à l'écoute
  Ziggy Marley
  Zumjay Sons à l'écoute

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Artistes à la une >> Interview
  
Site créé par l'agence© 1999-2019