Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Article

Date de mise en ligne : lundi 24 septembre 2012 - 9 817 vues

Rude Boy Story, l'aventure indépendante de Dub Inc

Finalement Dub Inc (comme Incorporation) aurait pu s'appeler Dub Ind (comme indépendant). C'est l'un des messages de "Rude Boy Story", le documentaire réalisé et autoproduit par Kamir Meridja.

  Réactions
(2)   


Fruit de trois années d'aventure aux côtés de Dub Inc, "Rude Boy Story" se nourrit d'un paradoxe : Dub Inc est à la fois populaire et peu - ou pas - représenté dans les médias dits traditionnels. "On n'est pas fashion", peut-on entendre dans le film. Un constat source de "frustration", mais par ailleurs assumé : "On n'a jamais joué le jeu, le jeu du single par exemple", souffle face caméra Aurélien "Komlan" Zohou, l'autre chanteur. La singularité de Dub Inc - et du docu de Kamir Meridja - réside dans cet entre-deux permanent. Elle est d'ailleurs très bien expliquée par Mike, de Sinsemilia, dont le témoignage met au passage en lumière la difficulté de l'après-surmédiatisation.

Bouche à oreille, proximité avec le public, débrouille, galères, belles rencontres… : Dub Inc, c'est l'art de la démerde organisée et jubilatoire. "Le parti pris pour moi était de pouvoir témoigner de la démarche de ce groupe. C'est un film qui présente une autre manière de faire de la musique, et de porter un projet en 2012", confiait Kamir Meridja mardi 18 septembre, lors de l'avant-première du docu à Paris, au cinéma Le Balzac, aux abords des Champs-Elysées.

On y découvre évidemment divers facettes de la vie d'un groupe : interviews, enregistrements en studio ou de dub plates, voyages (dont celui, fédérateur pour le groupe, en Jamaïque en janvier 2009)... Les concerts, aussi (et les titres phares qui vont avec : Rude Boy, Murderer, Métissage…). Ceux qui drainent les foules, sur les scènes de Barcelone, Berlin, Ostrada, Alger… ; ceux qui ont lieu dans des bars plus ou moins chaleureux (il faut voir le grand écart entre la froideur d'un bar de NYC et la ferveur d'un rade portugais) ; ou encore ces concerts porteurs de sens à Saint-Etienne, au Palais des Spectacles, en 2004, puis au Zénith, en octobre 2008.

"Pas de limite"
Kamir Meridja interroge des artistes qui gravitent, de près ou de loin, autour de Dub Inc : Mike de Sinsemilia, David de Babylon Circus ("Ils ont choisi le "do it yourself", et "they did it!") ou encore Tiken Jah Fakoly, qui salue le "parcours exemplaire" du groupe stéphanois. Le chanteur ivoirien, qui a notamment collaboré sur l'album "Diversité" (2003), apparaît lors de son concert réalisé avec le groupe stéphanois en mars 2004, concert qui a permis (via l'association Synapse) la construction d'une école à Touroni, en Côte d'Ivoire. "C'est un groupe qui a un message, qui ne fait pas que chanter", ajoute Tiken.

Lesdits messages sont distillés lors d'interviews données aux médias (dont celle, amusante, réalisée dans les locaux de la radio new-yorkaise WHCR), mais aussi par les membres du groupe eux-mêmes : "L'indépendance, pour nous, c'est ça : s'amuser à faire ce que l'on veut, parce qu'on en a envie. On ne se fixe pas de limites", résume Zigo, le batteur, dont le franc-parler imagé et drôle fait mouche à chacune de ses interventions. L'histoire de cette "bande de potes de lycées" (dixit Jeje, le guitariste) est ainsi habilement résumée par Kamir Meridja, dans un documentaire réussi, et apte à éclairer les initiés comme les non-initiés du groupe de "Sainté".

Saint-Etienne, on y revient. Dans le premier chapitre de "Rude Boy Story", intitulé "Day after day", le réalisateur zoome sur les racines de Dub Inc, par le biais d'images d'archives de la scène locale stéphanoise, ou d'interviews d'acteurs de la vie associative. A l'heure de résumer le côté aventurier de Dub Inc, Kamir Meridja a sans doute trouvé en Rachid el-Hadak, boxeur stéphanois, le meilleur interlocuteur : "C'est mouiller le maillot, comme à l'époque de 76, la grande époque des Verts !" Pour Dub Inc, c'est le vert d'un espoir régénérant.

"Rude Boy Story", les projections :
Le 25 septembre : Cinéma Le Club – Grenoble (38)
Du 26 septembre au 2 octobre : Cinéma le Comoedia - Lyon (69)
Du 26 septembre au 9 octobre: Cinéma le Mélies – Villeneuve D'Ascq (59)
Le 27 septembre : Espace Louis Aragon – St-Vallier (71)
Le 29 septembre : Cinéma Family – Saint-Just-Saint-Rambert (42)
Et toujours à l'affiche au Cinéma le Méliès de St-Etienne (42)


La bande-annonce :





Article écrit par FX Rougeot
Photos : Toine (DR)

Tags : Dub Inc (78), Cinéma et reggae (37)

  Réactions
(2)   

Réactions

Date de mise en ligne : 24/09/2012
Rude Boy Story, l'aventure indépendante de Dub Inc

2 réactions
Appréciation générale :

Du lourd, du tres tres lourd ! un groupe qui comme dit dans l'article n'es pas assez ou pas representé par les medias, pourtant je le considere comme un exellent groupe, professionnel et fidèle a lui meme ! Hate de voir ce reportage u_u
A partager

Super article ! Hate de voir ça....


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Votre pub sur Reggaefrance
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2019