Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Article

Date de mise en ligne : jeudi 29 novembre 2012 - 5 651 vues

Ernest Ranglin, Robbie Lyn, Sly & Robbie @ Le Bellevilloise, Paris

Un an après un passage en solo, Ernest Ranglin était de retour à la Bellevilloise (Paris), cette fois entouré par Robbie Lyn et Sly & Robbie, sous la bannière des Jamaican Legends. Une soirée pour mélomanes, à la croisée du jazz et du reggae. Lunettes de soleil sur le nez, Robbie Shakespeare s'approche du micro : "Il fait froid dehors, et chaud dedans", dit-il en anglais. C'est lui qui tient ce soir le rôle de maître de cérémonie, mais il ne s'étend pas trop : "je ne veux pas trop parler : nous allons commencer maintenant."

Voir l'album photo      Réactions
(3)   


Il est des soirées auxquelles tout amateur de musique, au sens large, se doit d'assister. La tournée française de ce contingent de légendes jamaïcaines était de celle-là. Imaginez plutôt : Ernest Ranglin, Robbie Lyn, et Sly & Robbie. Que dire si Monty Alexander, initialement prévu mais finalement annulé, avait été présent dans ce quatuor légendaire. C'est ainsi que les Jamaican Legends ont d'abord intégré l'ex-Wailers Tyrone Downie pendant leur tournée cet été, puis enfin Robbie Lyn. Ce spécialiste de l'orgue a traversé les décennies en tant que musicien de studio. Jouant avec Sound Dimension ou le Word Sound & Power de Peter Tosh, il est aussi un fidèle complice de Sly & Robbie. Mais en dépit d'un pedigree impeccable, il n'a pas le profil de jazzman de Monty Alexander, laissant Ernest Ranglin occuper seul le devant de la scène.

80 ans depuis le mois de juin, ce dernier est impressionnant de dynamisme. Pendant les balances, c'est lui qui fait le chef d'orchestre, cale les musiciens et peaufine les intros. Et si Robbie Shakespeare prend les rênes du show, s'improvisant chanteur, c'est bien Ranglin le directeur artistique sur scène, le métier qu'il a exercé pour tous les plus grands producteurs de Jamaïque. Le meilleur guitariste de l'île est toujours un enfant quand il monte sur scène, un large sourire sur le visage. C'est parti pour un voyage jazzy dans le fantastique répertoire de l'île.

Groove incroyable
Le concert emprunte beaucoup ses titres à l'album classique d'Ernest Ranglin, "Below the bassline" (à mettre entre toutes les oreilles), qui reprend justement certains des standards du reggae. Le premier titre à affoler un public plutôt calme est l'essentiel King Tubby meets Rockers Uptown, la lourde rythmique écrite par Augustus Pablo. C'est le premier électrochoc de la soirée, et il y en aura d'autres. Par exemple Satta Massagana, l'hymne rasta des Abyssinians, que Robbie Shakespeare se charge de chanter. Avec les "riddim twins" en section rythmique, Ernest Ranglin et Robbie Lyn ont le meilleur terrain de jeu qu'il soit. Le tempo est d'une précision rare, et le quatuor fait grosse impression. De quoi regretter de ne pas les voir dans un club jazz à l'acoustique mieux réglée.

Les titres s'enchaînent sans trop de surprises : après Lively up yourself de Bob Marley, vient le ska de Ball of Fire (notamment rejoué par les Skatalites), où Ernest Ranglin intègre les notes de l'Ouverture de Guillaume Tell (Rossini). Deux de ses compositions vont s'attirer des applaudissements nourris et les déhanchements du public : Below the bassline, et surtout Surfin, avec son groove incroyable estampillé Studio One. Le studio de Coxsone Dodd sera une nouvelle fois mis à l'honneur avec le You don't love me (No No No) de Dawn Penn, avant que le Taxi riddim de Sly & Robbie, en guise de rappel, ne conclut le concert. Auparavant, Robbie Shakespeare avait présenté la formation en donnant à chacun les titres de Docteur. Une plaisanterie, mais c'est bien sérieux : ces quatre-là n'ont pas volé leurs diplômes.


Article écrit par Sébastien Jobart
Photos : FX Rougeot


Voir l'album photo      Réactions
(3)   

Photos

01. Robbie Lyn, Ernest Ranglin & Robbie Shakespeare (répétitions) - La Bellevilloise (27/11/2012) 02. Sly Dunbar (répétitions) - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 03. Jamaican Legends (répétitions) - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 04. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 05. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 06. Ernest Ranglin & Robbie Shakespeare - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 07. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 08. Robbie Shakespeare - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 09. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 10. Robbie Shakespeare - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 11. Robbie Shakespeare - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 12. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 13. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 14. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 15. Ernest Ranglin- La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 16. Sly Dunbar - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 17. Robbie Lyn - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 18. Sly Dunbar - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012) 19. Ernest Ranglin - La Bellevilloise, Paris (27/11/2012)
  Suivant   
1 2

Réactions

Date de mise en ligne : 29/11/2012
Ernest Ranglin, Robbie Lyn, Sly & Robbie @ Le Bellevilloise, Paris

3 réactions
Appréciation générale :

pour ma part j'ai passé ce soir là une excellente soirée j'aurais souhaité que cela ne se termine jamais, j'espère pouvoir revoir ces artistes mille merci à eux et longue vie

Suis-je le seul à trouver que le duo Sly and Robbie n'est plus que l'ombre de lui même. J'ai vu cette formation au Garance et c'était le pire concert du festi. Le bass-batt était pas carré, ça sonnait impro totale. J'ai beaucoup de respect pour ces musiciens mais je crois vraiment que les tourneurs devraient arrêter de prendre le public reggae pour des défoncés incapable de distinguer un show de qualité. On voit beaucoup trop de concerts à l'arrache.

C'était excellent malgré les quelques bémols réels dont parle cet article. Merci messieurs Ranglin, Dunbar, Shakespeare & Lyn !!


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Votre pub sur Reggaefrance
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2018