Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Article

Date de mise en ligne : dimanche 19 décembre 2004 - 17 169 vues


Winter splash 2004



Pour marquer la sortie des albums respectifs de Richie Spice et Chuck Fender sur le marché anglais, les productions Fifth Element voulaient offrir un show digne de l’événement, visant à présenter les trois principaux membres du crew, les deux cités précédemment ainsi qu’Anthony Cruz. Ajoutez à ça Bushman et Warrior King, passés par là dans la lancée de leur tournée européenne, et aussi Ras Shiloh, invité pour l’occasion, et vous obtenez une des plus belles affiches reggae de l’année 2004 et de quoi entrer dans 2005 sous les meilleurs auspices.

Voir l'album photo      Réactions
(1)   


> Lire l'interview de Chuck Fender
> Lire l'interview de Richie Spice

Renommé Winter Splash pour le coup, cet événement prenait place dans le Stratford Rex, une salle de la banlieue londonienne capable d’accueillir plus de 4000 personnes. Et ce n’était pas trop étant donnée l’affluence ce soir-là. Toute la communauté yardie de Londres semblait s’être passé le mot et la salle était tout simplement comble.
De 8 heures à 10 heures, le temps que les gens arrivent, la salle était chauffée par un sound system et quelques artistes locaux, pas franchement convaincants, mais l’occasion tout de même d’entendre quelques bons tunes.

Puis, les choses sérieuses ont commencé et c’est Warrior King qui était chargé d’ouvrir les hostilités. Après plusieurs semaines de tournée, l’harmonie avec le Grass Root band de Bushman est impeccable et le concert roule tout seul. Même si l’on pourrait regretter que le show de Warrior King ce soir-là ait été une copie conforme de celui qu’il a donné à Paris, on ne dira rien tant cela est bon et sans fausse note. Entrée sur Breath of fresh air donc, enchaînée sur Never go where pagans go. Warrior King enchaîne ses meilleurs tunes (Jah is always there, Powers to chant, Love Jah and live, Rough road, Africa shall be free) et l’ambiance monte d’un cran. Puis, il annonce la sortie prochaine de son nouvel album en chantant un nouveau titre, Can’t get me down, et enfin il finit de mettre ça très haut avec Education is the key et son fameux medley Empress so divine / Virtuous woman.

C’est alors au tour de Bushman d’entrer en scène. Cette fois encore, comme à Paris, il déboule sur Rasta party, puis Nyah man chant, mais l’accueil est tout de suite plus chaleureux que dans la capitale française et le reste du show prend une tournure différente. En effet, le public anglais semble très amateur de Bushman et le chanteur semble le savoir et savoir ce qu’ils aiment en particulier. Ainsi, pas de quart d’heure ganja tunes dans ce show, Bushman mise plutôt sur des chansons posées, qui permettent d’apprécier pleinement sa voix, des chansons au ton plus lover que militant. Et quand on voit le forward qu’il prend sur un tune tel que Arms of a woman, on sait qu’il ne s’est pas trompé et que le public est comblé. Même sa sortie et son rappel sur Fire bun a weak heart ne reçoivent pas un tel soutien.

Une brève pause, le temps pour le band du Fifth Element de se mettre en place et on continue sans attendre avec Ras Shiloh. Entrée tonitruante sur Mt. Zion, le public est en feu. Shiloh apparaît vraiment ravi d’être là et les gens lui rendent bien. Le show fut un peu court, mais permit quand même d’entendre un magnifique Long live the King ou encore quelques reprises bien senties de Garnett Silk (Kingly character, Nothing can divide us, Mama Africa). C’est qu’il a de la voix Ras Shiloh et que quand il s’agît d’honorer la mémoire de feu Garnett Silk, personne ne sait mieux le faire que lui. L’apogée du show est atteinte lors du rappel sur le Lala bella riddim avec un sublime Are you satisfied. Le public semble mystifié par l’énergie et la positivité du chanteur et Shiloh paraîtrait entrer en transe par moment.

Arrive enfin le tour du Fifth Element crew et c’est Anthony Cruz qui ouvre le bal. Entrée superbe sur Mama’s blessing, son titre sur le riddim du moment, I swear. Mr. Cruz fait un show entièrement dédiée aux femmes et est très bien reçu. Ainsi, son titre Mari-wanna, pourtant si bon, est peut-être moins bien soutenu par le public que son fameux cover d’Usher, U got it bad, ou encore Treat dem girls right ou Girls thing. Avant de finir son show, Anthony Cruz convie une femme du public à le rejoindre sur scène, afin de lui exposer sa façon de traiter les filles et de lui chanter une petite chanson d’amour. Il aura beau eu y mettre tout le tact et le respect qu’il pouvait, Anthony Cruz se sera quand même détaché du reste des artistes rastas de la soirée par ses thèmes amoureux et ses dédicaces aux ladies.

C’est Chuck Fender qui succède à Anthony Cruz et avec lui, c’est le feu intégral. D’entrée il pull up plusieurs fois ses tunes et le public réagit on ne peut plus positivement à ce jeu de scène. Tous les singles qui l’ont fait connaître au plus grand nombre, et qui composent d’ailleurs son album, y passent : Ruff out deh, Jah is worthy, There for my people. Son big tune Better days fait l’effet d’une bombe et le forward sur une chanson telle que Poor people cry fait presque peur. Il faut dire que Fender est impressionnant de justesse et de rythme, il chante ses titres à la Perfection, mais en leur insufflant un regain d’énergie franchement appréciable. Le plus grand moment de la soirée se situe à la fin de son show, quand il entonne sa chanson I swear sur le riddim du même nom, qui reçoit d’ailleurs un accueil énorme, et qu’il invite Richie Spice à le rejoindre. C’est comme ça que se déroule le passage du micro, en direct, devant le public et sans interruption. Fender ne quittera d’ailleurs pas la scène, mais se contentera de se mettre un peu en retrait, afin de permettre à Richie Spice de faire le show à son tour.

Profitant donc du riddim qui tourne, Richie Spice entre avec son big tune Marijuana et la foule est euphorique du début à la fin. On entendra tous les plus grands titres du chanteur, de Black like tar à Trouble deh a broad ou encore That ghetto girl, aucun ne sera oublié. Richie Spice aussi reproduit ses chansons à la Perfection et sa performance sur un titre comme Folly living, sur le Blaze riddim, est complètement époustouflante. A un moment, le band fit exploser le public en faisant retentir le Sweet river rock riddim, sachant bien qu’Earth a run red, surtout en Angleterre, était attendue de pied ferme, mais Richie Spice fera durer le plaisir en chantant encore deux ou trois chansons avant de revenir sur un Earth a run red magistral, du pur bonheur. C’est le moment que choisit Richie Spice pour convier à nouveau Chuck Fender pour un très bon Fake smile en duo, puis Anthony Cruz et Ras Shiloh afin de faire tourner les micros sur tous les meilleurs riddims new roots du moment. Si le Fifth Element band n’atteint peut-être pas l’excellence d’un Grass Root band, il sait sérieusement bien se débrouiller. Et puis, ce fut l’occasion d’entendre live des riddims tels que les versions modernisées du Real rock ou du Israelites, mais aussi le Stress, le High praise ou encore le Music man.


Il est presque 3 heures du matin quand tout s’arrête et les gens ne mettent pas longtemps à vider les lieux tant tout le monde est sur les rotules. Tout s’est déroulé dans la meilleure ambiance, les gens en ont largement eu pour leur argent et pour nous, Français, il est juste regrettable qu’il faille encore sortir de nos frontières pour assister à un show d’une telle envergure. Une leçon à retenir pour plus d’un promoteur.


Article écrit par Lexxx T.

Tags : Warrior King (31), Bushman (37), Richie Spice (73), Chuck Fender (38), Anthony Cruz (25), Ras Shiloh (14)

Voir l'album photo      Réactions
(1)   

Photos

Anthony Cruz (Londres - Décembre 2004) Anthony Cruz (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Chuck fender (Londres - Décembre 2004) Le public Ras Shiloh (Londres - Décembre 2004) Ras Shiloh (Londres - Décembre 2004) Ras Shiloh (Londres - Décembre 2004) Ras Shiloh (Londres - Décembre 2004) Ras Shiloh (Londres - Décembre 2004) Richie Spice (Londres - Décembre 2004)
  Suivant   
1 2

Réactions

Date de mise en ligne : 19/12/2004

1 réaction
Appréciation générale :

original lovers tunes riddim cool irie vibes. a ecouter en bonne presence!!! sizzla is big voice in this tune.


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Votre pub sur Reggaefrance
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2019