Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Article

Date de mise en ligne : mercredi 27 avril 2005 - 10 755 vues

UK Cup Clash 2005

16 avril 2005, Stratford Rex
London, UK

Après la Jamaïque en mars, les poids lourds du clash international faisaient leur escale annuelle en Grande-Bretagne le 16 avril 2005 : tout simplement le plus gros clash de l’année en Europe et une étape décisive pour le final qui se tiendra en octobre prochain à New York à l’occasion du World Clash. Comme l’année dernière, Reggaefrance était aux avant-postes pour cet événement d’envergure aux portes de la France.


  Réactions
(6)   


Les règles

Round 1 : pas d'élimination, 10 min.
Round 2 : 2 sounds éliminés, 10 min.
Round 3 : 1 sound éliminé, vocal round (pas de morceaux Dj), 10 min.
Round 4 : 1 sound éliminé, 10 min.
Round 5 : 1 sound éliminé, round de 45 tours, pas de vulgarité (« no profanity »).
Round 6 : Dub fi dub.


Les sounds

Young Hawk: Seul représentant des Etats-Unis, le jeune sound du Bronx faisait figure d’outsider et de proie facile pour les gros sounds contrairement à son nom.
One Love: Après une très bonne prestation au World Clash 2004, le sound italien bénéficiait d’un a-priori positif pour sa deuxième participation au UK clash.
Bass Odyssey: De retour dans l’arène, ce sound de St Ann est un vétéran du clash business. Leur victoire écrasante au Jamaican Clash de Pâques les plaçait en grands favoris. Beaucoup se demandaient avant le clash qui pourrait bien les contrer…
Black Kat: Le grand champion de l’année 2004 a tout raflé l’année dernière et notamment le trophée anglais.
Mighty Crown: Battu de justesse par Black Kat dans le dub-fi-dub l’an dernier, les japonais sont de nouveau prêts à en découdre devant le public anglais.
Tony Matterhorn: Devenu incontournable aussi bien sur la scène clash que dans les meilleures danses de la Jamaïque, l’homme à la cigarette est toujours « mentally ill to kill ».
Immortal: Représentant du Royaume-Uni, ce sound de Birmingham a pour mission principale de redorer le blason britannique après la prestation décevante de Klassique l’année dernière.

L’événement avait lieu cette année dans une salle certes moins tendance que l’Ocean de Hackney mais toujours disponible pour les soirées reggae, le Stratford Rex. Ambiance un peu plus "ruff" avec une unique et longue file d’attente. La salle, vaste et bien aménagée est déjà bondée à notre arrivée : on y circule à peine. Le clash animé par Ninjaman, en tenue asiatique, et Robbo Ranks est prêt à débuter.


Round 1

Young Hawk:
Après une intro nominative, le sound joue des dubplates classiques et des nouveautés annonçant qu’il va se débarrasser de certains morceaux (« get rid of some tunes »). On entendra ainsi Half Pint avec Greetings, Shabba Ranks, I Wayne, Sizzla, Barrington Levy, Bounty Killer, Shinehead... Quelques forwards timides mais sans plus.

Matterhorn:
Se lançant directement dans la bataille, il accuse Young Hawk de se prendre pour des « gunmen » (« gun liar » pour reprendre son expression) et lance Bascom X sur le Hard Time « they don’t have the ak… ». Premier vrai signal de la soirée. Il entame un juggling sur le Drop Leaf avec deux Sizzla, très bien accueillis puis TOK. Le selector Johnny Killa lance le Lion paw de Frisco Kid. Là encore, bonne réaction du public. Tony Matterhorn pense qu’il est temps de passer aux choses sérieuses et descend copieusement tous les sounds présents, s’attirant des huées du public. Mais ses dubs parlent mieux que lui : notamment sur le Applause avec Vybz Kartel, Bounty Killer et Sizzla.

Mighty Crown:
Le sound commence avec une intro acoustique de Tanya Stephens dans le style Killamanjaro puis Sizzla sur le Maroon riddim. Il part ensuite dans un juggling rapide avec Chuck Fender, Fantan Mojah avec Hungry. Sur le Jah Mason Princess gawn le public chante en chœur. Suit Richie Spice pour Foly living. Les réactions du public sont positives. Le sound peut donc attaquer les counteractions. D’abord pour Matterhorn sur le Drop Leaf avec Jah Cure puis un autre dub très bien remanié de TOK, descendant tous les sounds présents : gros forward assuré. Ils jouent alors quelques-uns de leurs dubs classiques de Jah Cure et une counteraction de Sizzla pour Young Hawk, que le public salue à sa juste valeur. Après un bon Luciano, le sound achève sa prestation par Jimmy Cliff en dubplate pour un sublime Many rivers to cross qui enflamme la salle.

One love:
Les Italiens entrent en scène comme d’habitude avec la musique du Parrain puis commencent leur juggling avec des titres qu’on connaît bien : Anthony B, un Chuck Fender joué pour le même clash l’année dernière ou leur série sur le Sweet river rock. Mais force est de constater que le public est peu réceptif. Une combinaison Pinchers / Bounty passe presque inaperçue à cause d’un manque d’animation. On entend quand même un bon Richie Spice destiné à Mighty Crown et Jah Cure. Sur le Drop leaf, ils jouent Sizzla en counteraction et leur version de TOK moins efficace que celle de Mighty Crown. Ils finissent sur Ini Kamoze, Hot stepper, mais le sound n’a pas su s’attirer de gros forwards…

Immortal:
Le sound commence avec des plates très dansantes mais qui déclenchent peu de réactions: Jah Cure avec un Sunny day original, Bascom X et Chuck Fender. Il descend One Love en retournant leur argument mafia avec un Lloyd Parks (We a Mafia) qui fait directement son effet. Le Mc est très présent au mic pour une sélection de bon dubs : sur le Hypocrites, on aura Sanchez et Bushman, ainsi qu’un autre Sanchez sur le Far east. Un premier round correct avec peut-être un peu trop d’animation. Comme le dit Ninjaman : « quand faut tuer, faut tuer et pas parler, trop parler ça fait refroidir le gun. »

Bass Odyssey:
Le sound de St Ann choisit lui aussi une intro acoustique de Tanya Stephens dirigée cette fois contre Black Kat. Bass Odyssey proclame face à Matterhorn et Black Kat qu’ils sont les seuls représentants légitimes de la Jamaïque (« country »). Ils jouent un très bon Chezidek : le public répond à chaque dub. Sur le Miltary, ils sortent Assassin et proposent une counteraction pour One Love : un duo Bounty et Pinchers qui est objectivement bien meilleur. Passant à une autre combinaison, ils posent sur les platines un dub de Sizzla et Vybz Kartel, special « battyman ». Le public est déchaîné.

Black Kat:
Le champion 2004 s’introduit avec un bel a cappella de Lukie D dont il a le secret puis démarre sa sélection avec une counteraction du Jah Mason de Mighty Crown. On sent que Pantha est chaud et, de fait, le public suit bien. Un forward avec Morgan Heritage puis sur le General avec Kartel. Le public reprend en écho la devise « war tanker » de Pantha. Suivent quelques dubs classiques comme Beres Hammond, Sammy Dread, Johnny Osbourne ou Buju Banton.

A la fin du premier round, trois sounds se détachent par leur prestation : Mighty Crown, Bass Odyssey et Black Kat.


Round 2

Young Hawk:
Comme à son habitude, le sound débute avec une fausse interview de Pantha où on l’accuse carrément de zoophilie (bruitage à l’appui). Le public rit. Mais l’humour ne suffit pas dans un clash et le reste du round est boudé, malgré des bons dubs. On entendra plusieurs Capleton, un Kiprich nominatif sur le Cordy roy, un juggling sur le Answer et même un Garnet Silk. Le sound finit avec Reggae ambassador de Third World.

Matterhorn:
Au micro, Matterhorn chauffe d’abord Pantha et lance Pow de Lethal B, un morceau hip-hop qui cartonne en Angleterre. Bien vu. Après quelques facéties sur son célibat, il se lance dans une sélection slackness avec un bon forward pour Anthony B. Sur le riddim Jonkanoo, on a droit à Vybz Kartel pour I never et à Sizzla adressé à Bass Odyssey. Matterhorn tient lui aussi à se revendiquer « from country ». Il joue d’ailleurs un bon Turbulence contre One Love cette fois. Le dernier morceau soulève le public : Fantan Mojah en counteraction qui chante « Pantha ugly, Squingy ugly… » !

Mighty Crown:
Simon reproche aux trois sounds jamaïcains de se disputer leur légitimité et de diviser ainsi le pays. Pour illustrer cela, le sound joue Jah Cure sur le Lalabella: « to divide and rule is their only plan ». Gros froward. Ils enchaînent avec Tanya Stephens It’s a pity. Pour Immortal, ils jouent Maxi Priest (artiste anglais) sur le Drop leaf : les supporters de Birmingham s’agacent qu’on s’en prenne à leur sound. Simon comprend la leçon et s’attaque avec succès aux autres sounds avec Wayne Wonder sur le Punany, un Bounty special sur le Bam bam, John Wayne sur le Heavenless et enfin Spragga Benz sur le Stepz.

One Love:
Les italiens débutent par des dubplates déjà connus : Chuck Fender sur le Natural Mystic et beaucoup de Sizzla qui datent de leur saison 2003. Quelques nouveautés avec une combinaison spéciale Richie Spice / Chuck Fender sur le Blaze et Damian Marley avec Jamrock que le public salue. Ils continuent sur le Drop leaf avec un Bounty spécial un peu décevant. L’arrivé de Lampa Dread à l’animation motive un peu plus le public. Le Chuck Fender custom passe mieux, ainsi que Capleton puis Sizzla sur Promise land. La prestation se conclut par Anthony Johnson, Soundclash, un morceau qu’on a plus l’habitude d’entendre dans un premier round.

Immortal:
Soutenu par son public, Immortal débute son set par Estelle (artiste rap de Londres), puis Sizzla sur une instru de Dre. Ils envoient à One Love une counteraction de Jamrock : « welcome to England ». Après le Stalag (Candyman, Vybz Kartel), le sound accélère dans le bashment en jouant le Military avec Elephant Man et deux Bounty. Ils enchaînent sur le Sick avec Frisco et Bounty. Ils jouent eux aussi un Turbulence et finissent assez classiquement avec TOK. Les supporters d’Immortal sont bruyants mais le sound bénéficie de peu de forwards massifs de toute la salle.

Bass Odyssey:
Squingy s’adresse directement à Immortal: « vous voulez tester un sound jamaïcain sur Bounty ? Je vais vous montrer comment on joue Bounty. » Et c’est chose faite avec deux Bounty sur le Duck puis des dubs classiques du Warlord sur le Punany. Le public est ravi de pouvoir ré-entendre ces anthems de Bass Odyssey. Ils jouent ensuite Beenie Man et, sur le Love punany bad, Vybz Kartel et le dernier hit d’Assassin, As a man. Ils finissent par un morceau spécial pour Mighty Crown : un dub de Prince Buster qu’ils ont l’habitude de jouer se retourne contre eux. Un round impressionnant, presque uniquement dancehall avec des artistes de poids.

Black Kat:
Le set de Pantha débute par son dub de Sanchez reprenant l’hymne jamaïcain. Le sound enchaîne sur le Sleng teng avec notamment Capleton, Anthony B ou Ninjaman, puis sur le Sick pour un juggling archi-connu : Beenie Man, Bounty Killer, Elephant Man, Chronicle. Un round un peu trop convenu.

Après ce round dominé par le set de Bass Odyssey, le vote d’élimination à main levé est très clair: Young Hawk et One Love doivent être éliminés.


Round 3 (strictly vocal)

Matterhorn:
Il débute avec Beres Hammond « Tell the story of what Matterhorn can do », suivi de Freddie McGregor puis de Glen Washington Glory. Les dubs sont joués très rapidement et il continue ensuite avec Terry Linen puis Luciano Who could it be suivi de Tristan Palmer sur le Entertainment. Il ne récolte pourtant pas de gros forwards en jouant les dubs de cette façon mais il continue sur le même rythme avec John Holt puis Culture See dem a come et enchaîne encore un hit avec Ken Boothe Everything I own en version clash. Les speeches sont confus, il termine sur le Things and time avec Admiral Tibet puis Yami Bolo et Barrington Levy, sous les huées d’une partie du public.

Mighty Crown:
Ils entrent en scène sur un a capella de John Holt et attaquent directement Matterhorn avec Beres Hammond, « Waiting fi murder a sound ». Ils enchaînent alors avec leur riddim anthem pour Jah Cure et Morgan Heritage : gros forward. Ils passent ensuite sur le Far East riddim avec Sanchez « Here I am », continuent avec Beres et Marcia Griffith pour une magnifique combinaison puis un Michael Prophet « Killing You », excellent. Encore un Beres Hammond, One dance, suivi sur le même riddim de Johnny Osbourne pour Pressure me et de Frankie Paul. Le festival continue avec Junior Murvin sur le Real rock « Sound boy don’t put your hat » puis Cocoa Tea avec Time will tell pour un énorme forward. Ils finissent avec Luciano, Richie Spice et un « ganja tune » très efficace.

Immortal:
Ils attaquent Mighty Crown en les traitant de clones et jouent John Holt, Stealing, puis traitent Squingy de crackhead et enchaînent avec Police in Helicopter puis Max Romeo en version clash pour Chase the devil. Le public semble apprécier l’audace des anglais, la suite est du même niveau avec Beres Hammond puis un Sanchez, Hit song directement adressé à Black Kat comme les trois très bons Gregory Issacs qui soulèvent le public pour un forward énorme sur Night Nurse en version clash. Les anglais sont survoltés et envoient un Don Carlos puis Alton Ellis « I'm just a sound ». Ils terminent avec une counteraction du Jah Cure de Mighty Crown pour finir cet excellent round.

Bass Odyssey
Squingy félicite Immortal pour son round et envoie un Cocoa Tea sur le stalag: « Glory Hallelujah » puis un Sanchez. Ils enchaînent avec Beres Hammond Come down father pour un gros forward. Le public est encore en folie sur le Admiral Tibet Serious time. Squingy accuse Mighty Crown et Matterhorn d’avoir rejoué des « ganja tunes » alors que la meilleure ganja vient de St Ann et envoie un « dem a come ina di bush » sur le Heavenless, dévastateur. Mighty Crown est ensuite la cible avec Junior Murvin sur le Real rock en nominatif pour une excellente counteraction. Et le sound finira ce round avec Jimmy Cliff The harder they come pour un autre gros forward.

Black Kat:
Le sound commence avec Sanchez « You want war » sur le Real rock puis un Beres Hammond « Kill dem Black Kat ». Le killing continue avec Ras Shiloh « Onto the graveyard they go » puis un Damian Marley (More justice) très limite puisqu’on peut considérer que le couplet est toasté. Il se relance avec Terry Linen « Clash is over » mais le public n’est pas conquis. Encore un Sanchez « Frenzy » en regular puis un Bushman avant de finir avec Luciano.

Le vote éliminatoire est assez serré avec Matterhorn et Black Kat au coude à coude. On vote plusieurs fois et finalement c’est Matterhorn qui est lâché par le public.


Round 4

Mighty Crown:
Les japonais annoncent des « extra tunes » pour ce round. Ils s’attaquent aux sounds qui restent et en particulier à Bass Odyssey avec des dubs de Junior Kelly, Sizzla ou Buju Banton. Mais les exclusivités ne se font pas attendre avec une sélecrtion hip-hop tout simplement intestable: Ja Rule, Akon pour un énorme forward, Sizzla sur la même instru, Lil John, Fat Joe et enfin 50 Cent. Cette prestation de haut niveau se conclu par une combinaison Buju Banton et Ninjaman. Le public n’en croit pas ses oreilles !

Immortal:
Le Mc, toujours aussi dynamique, salue les crews anglais et lance un Cobra sur le Applause : grosse impression dans la salle. Reprenant ensuite le Punany, ils jouent Junior Cat, Ninjaman (leur 50 Cent en réponse à Mighty Crown), Sizzla, Buju Banton et encore Sizzla pour un « ganja tune ». Ils suivent ensuite sur le Sleng Teng avec une bonne sélection : Cobra, Sizzla, Ninjaman. On arrive à la fin du round avec Elephant Man sur le Stepz et enfin Josey Wales. Le public est agréablement surpris par ce nouveau venu qui est encore plein de ressources.

Bass Odyssey:
C’est là que se joue la bataille pour la Jamaïque entre Pantha et Squingy. Mais ils n’oublient pas les autres adversaires. Pour Mighty Crown et Immortal, c’est Cobra qui reprend le morceau de Fat Joe pour un énorme forward. Démonstration rapide sur le Sleng teng avec notamment Singer G. Continuant dans le bashment, le sound lance Bounty sur le Mud up et un Spragga spécial contre Mighty Crown. Le public suit sur tous les sons dont un excellent Richie Spice. Squingy annonce qu’il représente St Ann et doit donc jouer pour finir un artiste de St Ann: c’est Little Hero, qu’on découvre sur un dubplate dévastateur fait sur mesure.

Black Kat:
Pantha revient sur l’élimination de Matterhorn et lance un Cocoa Tea nominatif contre celui-ci. C’est un mauvais calcul. Il joue quelques uns de ses anthems sur le Answer, puis Buju sur le Shine and criss et une combinaison Baby Cham et Mr Vegas sur le même riddim. Des morceaux trop connus et trop vieux pour faire leur effet. Pantha essaye de se rattraper sur le Showtime avec Assassin, Beenie Man et Bounty. On a dit tout au long du clash que le chat noir avait neuf vies, mais il semble qu’à ce stade Black Kat les ait toutes épuisées.

On vote donc clairement pour éliminer Black Kat après un round sans ambiguïté. Place donc au 5ème round avec ses règles très anglaises: il faudra certes faire la guerre, mais comme des gentlemen.


Round 5

Mighty Crown:
Simon s’adapte parfaitement à ces nouvelles règles et anime un juggling rapide avec de très bons morceaux dans des styles très différents (Prince Buster, Barrington Levy).Ils n’oublient pas de saluer le style anglais avec le 45 tours de Tabby « Cat » Kelly Don’t call us immigrants. Un morceau qui ne manque pas d’à propos.

Immortal:
Le Mc argumente contre Mighty Crown sans vulgarité: « vous parler de flingues mais au Japon même la police n’a pas de gun, ils ont des sifflets ! » On assiste à une bonne sélection avec Super Cat, Dennis Brown, Gigsy King ou Frankie Paul.

Bass Odyssey:
Ils n’ont même pas le temps de jouer un disque ! Le Mc Squingy lance un « pussyhole » fatal dès l’entrée en scène. La violation des règles est évidente pour le public. Incroyable !
Une partie du public est clairement mécontente, pourtant, deux ans auparavant, Black Kat qui menait le clash a été éliminé de la même façon.


Dub fi Dub

Mighty Crown 1: Le sound se fait huer même s’il explique qu’il n’est pas responsable de l’élimination de Bass Odyssey. Il joue Uton Green Bloom bloom.
Immortal 1: Le public ne cesse de huer. Immortal joue Scion Success Don’t dead already.

MC 2: Bob Andy et Marcia Griffith
I 2 : Mighty Diamonds

Le tune est donné à Immortal par Robbo Ranks, alors que ce n’était pas du tout clair. Sammy T s’énerve et ne veut plus jouer, affirmant que ça n’honore pas sa réputation de clasher dans ces conditions, alors que le duel devait clairement se jouer avec Bass Odyssey. Finalement Robbo Ranks rejuge le tune et le public le donne à Mighty Crown, ce qui était largement mérité, car les supporters de Immortal utilisaient des cornes de brume à outrance.

MC 3 : Israël Vibration
I 3 : Yellowman sous quelques huées

MC 4 : Courtney Melody « Can’t kill a ninja »
I 4: Courtney Melody Dangerous

MC 5: morceau ska
I 5: Papa Levy

MC 6: Cocoa Tea We do the killing. Sammy T s’empare du trophée !
I 6: Larry Marshall Nanny goat

MC 7: Beres Hammond irrégular
I 7: Beres Hammond original mais trop mou

A 6 contre 1, il est impossible à Immortal de revenir au score. Le public félicite chaleureusement Mighty Crown. Ce fut un UK Clash de grande qualité, les sounds ne cessant de se répondre sur les mêmes riddims ou les mêmes artistes, et plein de surprises.
On a souvent reproché à Mighty Crown d’être irrégulier avec des rounds anthologiques et d’autres plutôt faibles. Pour ce UK clash 2005, le sound japonais a, au contraire, été très régulier sur toute la durée de la compétition. Immortal, qui ne s’attendait certainement pas à arriver jusqu’au Dub fi dub, a dépassé son objectif : il a non seulement fait honneur au public anglais et mais aussi montré qu’il pouvait tenir tête à des sounds plus expérimentés. On a été également étonné par le manque évident de préparation de la part de One Love et de Black Kat. Mighty Crown conclut en donnant rendez vous à Bass Odyssey pour le World Clash à New York ainsi qu’à Immortal, qu’on devrait retrouver bientôt en compétition.


Big up : Selecta Turna & Father B from Birmingham !


Article écrit par Benoit Georges & Polo

Tags : Tony Matterhorn (39), UK (52), Sound system (191), Soundclash (89)

  Réactions
(6)   

Réactions

Date de mise en ligne : 27/04/2005
UK Cup Clash 2005

6 réactions
Appréciation générale :

Baaaaaad bad résumé, comme d'habitude!!!!!! C terrible pour les petits sounds pour se tenir informé des riddims qui marchent bien en sound system; en tout cas gros boulot, thx a lot!!!
Bless

bad = mortel en quelque sorte
donc c'est gooood !

Perso j y etais.
Completement ouf.
Big up Mighty Crown. Ils meritaient grave de gagner. Un ptit peu decu de pas avoir vu une final Bass Odissey/Mighty Crown, mais bon, ca le faisait quand meme.
Matterhorn, c'est une baltringue, genre a se la peter moi je suis jamaican y a que moi ki gere les clash, toujours avec sopn drapeau...

Si vous voulez ecouter le clash go to
http://www.bbc.co.uk/1xtra/dancehall

ecoute j'etais la bas le resumé est pas mal et framchement les tune il etais mallad mais immortal ne meritais pas pour moi 1-mighty crown 2- bass odyssé 3-tony matterhorn
http://djmflo.skyblog.com

non je trouve pas
cest tres cool
tu imagine le bulot mec!

Bad résumé !!!!!!Merci.


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Votre pub sur Reggaefrance
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2019