Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

Article

Date de mise en ligne : lundi 08 mars 2004 - 11 510 vues


Concert : Louie Culture & Freddie McGregor



Deux semaines après Barrington Levy, qui venait célébrer ses 25 ans de carrière à Paris, l’Elysée Montmartre accueillait dimanche dernier un autre vétéran du reggae : Freddie McGregor. L’auteur des classiques Bobby Bobbylon et Big Ship, adepte du Lover Rock, était accompagné pour l’occasion de Louie Culture, pour la première fois en France.

  Réactions
(4)   




En dépit de l’attrait d’une affiche éclectique, c’est dans une salle diminuée et coupée dans sa moitié par un rideau que les deux artistes se sont produits. Le Millenium Band entame le concert par un lourd nyabinghi sur une scène baignant dans un feu de couleurs, avant d’enchaîner sur le célèbre Satta Massa Gana, des Abyssinians. Une deuxième reprise, Zion Gate de Culture, lance avec rythme la soirée.

 


Deux « beautiful sista » , selon les mots du guitariste qui fait office d’introducer, font leur apparition : ce sont les choristes, qui viennent tour à tour se produire sur la scène. L’occasion de découvrir la fille de Freddie McGregor et de Judy Mowatt, qui marche sur les pas de son père : outre un No No No largement suivi par le public, le show reste bloqué sur le registre lover, avec notamment les reprises de Everything I Own de Ken Boothe et No Woman No Cry. Quelques briquets s’allument même ici et là, les bras levés en rythme… Jusqu’à ce que Louie Culture, très en forme, ne vienne faire rebondir l’Elysée Montmartre.



Son entrée sur le Real Rock riddim, suivi du « pull up !» qui va bien, fait l’effet d’une décharge électrique dans la salle. Très à l’aise sur ces riddims acoustiques, Louie Culture enchaîne ses hits aux paroles conscious : Ruddie Don’t Fear, Revolution Song, Grab Your Lass And Come, Nah Go Bow Bogus Badge ou Tune In. Se jouant des variations de rythme, Louie Culture bondit, parcourt la scène de long en large ; l’énergie qu’il déploie est communicative.



Lover Rock
La salle suffisamment chauffée, place au maître de la soirée, pour qui le public féminin a largement répondu présent. Après plus de quarante ans de carrière, Freddie McGregor, que l’on imagine bien finir en crooner chic, à l’image de Gregory Isaacs ou de Ken Boothe, reste fidèle à l’image qu’il s’est forgé en développant un style Lover Rock, distillant sourires, compositions doucereuses, et chant très soul. To Be Poor Is A Crime, Big Ship, Africa Here I Come, Loving Pauper : le tracklisting évite soigneusement ses premiers albums pour Niney et Coxsone Dodd et se concentre sur ses hits internationaux, d’une veine plus crossover. Ce qui n’enlève rien à la qualité de sa prestation, Freddie McGregor chantant parfaitement ses morceaux et faisant habilement participer un public connaisseur.

 


Symptôme d’une soirée qui aura fait la part belle aux reprises, War puis Redemption Song sont chantées en hommage à Bob Marley. Alors que le concert s’achève, Louie Culture revient sur scène pour une combinaison sur la reprise de Pass The Dutchie : Le show aura ainsi beaucoup emprunté aux standards du reggae. Le vaste répertoire de Freddie McGregor ne le justifiait pourtant pas, bien au contraire.


Article écrit par Sébastien Jobart
Photos : Karl Joseph

Tags : Freddie McGregor (32), Louie Culture (7)

  Réactions
(4)   

Réactions

Date de mise en ligne : 08/03/2004

4 réactions
Appréciation générale :

An ké toujou voyé on réèl foss pou tout solda "of my lord".BBIIGG foss pou "LOUIS & FREDDI" pas sé yo ki ka voyé "verity of my king,you know that their is a lot of nyabingis who have the power in this world of rivalry.If you know i mean,it's good".An ka voyé osi on foss maximadaaaaaaa pou tout frè é sè ki ka kouté,konprann é préché vérité a PAPA.



YA,pou tout frè é sè.

Je viens de la Belgique et chez nous les memes artistes viennent (bruxelles, VK) et je vois que partout on adore le studio one, roots reggae, nu-roots, et ces't ca qui mash up di dance from Beljam to France. It's a vibes thing spreading the word of Rastafari, et pas les mots de Sean 'Enriques'Paul qui parle des femmes comme elles ne sont pas de Empress (is not conciesness dem a talk bout)

Big up à ces deux rootsman, meme si Freddie aurait pu effectivement nous faire un petit Bobby Bobylon ou Rastaman Camp... ça sera pr la prochaine fois !!

Ca fait plaisr de voir ces artistes a Paris. Concious et lovers rock réunis !!!
Dommage qu'il n'y ai pas eu une grosse affluence.
Sinon respect aux artistes et au Band le show etait de grande qualité !!!

Blessed !!!


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.


Reportages
Dossiers
Photos reportages

Publicité Votre pub sur Reggaefrance
Espace membres
  
Login :
Password :   
Devenir membre

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Dossiers / Reportages >> Focus
  
Site créé par l'agence© 1999-2018