Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

  
Album: CHUCK FENDER - Fulfillment

CHUCK FENDER

Fulfillment



Date de sortie :
18/01/2010

Label :
VP Records

Tracklist :
1. I am for the poor
2. Heights
3. Getting serious
4. Survivor
5. Cold for the money
6. Bad boy feat. Sammy Dread
7. Thin line feat. I Wayne
8. Herbalist farmer
9. Oh lord forgive them
10. The devil is a liar
11. Tough time feat. Bushman
12. Want to be free
13. Girl you make me cry
14. Why should I
15. Our father


Artiste lié :
  • Chuck Fender
  •  Son à l'écoute


    CHRONIQUE


      Réactions 
    (3)   
    Chronique écrite par François-Xavier Rougeot
    le lundi 08 mars 2010 - 15 659 vues


    Trois secondes. C'est le temps qu'il aura fallu à Chuck Fender pour signer d'un fracassant autographe son entrée dans Fulfillment, son troisième album (si l'on excepte son "live In San Francisco" sorti en 2009 chez 2b1 Records, dispo en import) après Better Days (2004, Fifth Element records) et The Living Fire (Greensleeves). "A The Living Fyah !", s'exclame-t-il comme pour rappeler à chacun sa volonté récente de faire de son fameux gimmick son nom de scène. "Quand les gens vont l’entendre, ils sauront que le jugement arrive avec moi", argumentait le singjay pour expliquer son choix.

    Sur cet opus distribué par VP Records, Chuck "The Living Fire" Fender change de nom, pas de crédo. "I am for the poor", rappelle d'emblée le "Poor people defender", chevauchant avec son énergie débordante le Ghetto riddim concocté par Kemar Mc Gregor (du label No Doubt), à la production (avec Shane Brown et Marvin) de la majorité de quinze titres de Fulfillment. "Si le pauvre vient frapper a ta porte, ne lui tourne pas le dos", prévient-il, prenant, fidèle à son habitude, les problèmes de société à bras le corps.

    De ce côté-là, pas de surprise : Chuck Fender tient ce même discours engagé qui a assis sa réputation, menant la fronde avec une gravité qu'il retranscrit si bien sur "The Devil is a Liar". On pourra toujours lui reprocher l'aspect compilation de ce LP, fourni en riddims déjà anciens (83, Nylon, Rock Steady, Drop It, Sweet...), mais la qualité de ceux-ci additionnés à sa capacité à les magnifier (Survivor, Herbalist Farmer...), à rallumer leur flamme, fait de Fulfillment l'album le plus abouti de Chuck Fender. Sans doute aussi parce qu'en espaçant de la sorte ses productions, l'enfant de Brooklyn a pris le temps d'épurer son chant, jadis décrié pour sa justesse.

    Jadis ? Au début de la décennie, lorsqu'il faisait encore partie du Fifth Element. Aux côtés de son ancien compère Richie Spice, dont les lyrics de "Youths dem so Cold" sont presque réveillées quand Fender demande à la jeunesse "de ne pas vendre (son) âme pour de l'argent" sur un "Cold for the Money" ravageur.

    Dans sa "mission musicale pour éradiquer la négativité, la corruption et les malfaisants de la Jamaïque et du monde", Chuck Fender sait s'entourer, faisant appel, comme ce fut le cas sur "The Living Fire", à trois invités. A la différence que si seul "Coming Over" avec Cherine Anderson avait marqué les esprits il y a trois ans, les duos avec Bushman (Thoug Time), I Wayne (Thin Line) et Sammy Dread (Bad Boy) sortent tous du lot. Surtout ce dernier, porté par un indémodable M16 riddim et par l'addition judicieuse du puncheur Fender et du relaxant Dread. Tandis qu'on invite chacun à jeter un oeil au clip de Bad Boy, morceau de tête de Fulfillment, Fender choisit un clap de fin "zen" (si, si...) à son album. Rythmes nyabinghi (Want to be Free, Our Father), chanson d'amour (Girl you make me cry), texte pieu (Why Should I), Fender assouvit son besoin d'épanouissement (Fulfillment) dans un calme ultime. "Pourquoi aurais-je peur ? Le Seigneur est avec moi", souffle-t-il. La torche est devenue flamme, mais le feu continue à vivre. Pour bien plus que trois secondes.

    3 réactions

    trop puissant la chanson bad boy avec sammy dread, j'adore ces gimmiks de voix

    Du lourd cet album, jah bless

    The living Fyah ecouter d'urgence la tune Bad boy avec Sammy Dread


    Ajouter une réaction :
     Note :
     Nom : *
     E-mail :
     Commentaire : *
     
    Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
    L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

    REACTIONS


    3 réactions
    Appréciation générale :

    trop puissant la chanson bad boy avec sammy dread, j'adore ces gimmiks de voix

    Du lourd cet album, jah bless

    The living Fyah ecouter d'urgence la tune Bad boy avec Sammy Dread


    Ajouter une réaction :
     Note :
     Nom : *
     E-mail :
     Commentaire : *
     
    Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
    L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.
     

    Région: 

    Prochain concerts / sounds :
    Ina rub a dub style # - 16/11
    Demolisha 20th birthd - 06/12

    Disquaires Reggae :
    Patate records - Paris

    Emissions de radio :
    Sunday culture - Dim
    Party time - Dim
    Interview william wesley - 1.0

    News du Reggae et du Dancehall
    Chroniques CD/DVD/Livres
    Riddims à découvrir
    Charts riddims - Classement hebdo des singles

    Publicité Votre pub sur Reggaefrance
    Espace membres
      
    Login :
    Password :   
    Devenir membre

     
     Vous êtes ici : Accueil >> Actualités / News / Riddims reggae >> Chroniques Reggae / Dancehall >> Chronique
      
    Site créé par l'agence© 1999-2019