Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

INTERVIEW : DANAKIL

Danakil

 
Propos recueillis par : Julien Saint-Jours
Photos : Mathieu Large / DR
le mardi 29 décembre 2009 - 24 471 vues

 DANAKIL Dialogue de sourds  Album lié
Dialogue de sou...   
 Tant qu'il y aura  Son à l'écoute
Tant qu'il y au...   
    Imprimer 
 
    Réactions
 (22)   

Neuf ans après ses débuts, Danakil remplissait l'Olympia en octobre dernier à Paris. Entretemps, il y a eu trois albums (dont un live), et les nombreuses tournées. Un bon bout de chemin parcouru en une petite décennie, sur laquelle reviennent avec nous Balik (chanteur) et Das (saxo).


Reggaefrance / Vous jouez ensemble depuis neuf ans. Quel regard portez-vous sur le chemin parcouru,?
Danakil / Balik : On a vraiment vécu ça au jour le jour. C’est sûr que quand tu te retournes neuf ans après, tu analyses les choses différemment de la manière dont tu les as vécues sur le moment. Nous on voit encore ça comme une aventure entre potes. On était ensemble au lycée, on a commencé vraiment pour la musique, pour s’éclater en répétitions et on a toujours vu ça comme ça.

Les sept ou huit tournées qu’on a fait en France, on les concevait dans le même sens, comme le meilleur moyen de passer l’été entre potes en faisant de la musique sur la plage, sans forcément imaginer au début que tout ça, mis bout à bout, puisse nous amener sur un projet de musique en groupe professionnel. On eu la chance de voir nos rêves aboutir, alors qu’on n’osait même pas se dire qu’on pouvait faire de la musique notre vie. L’étape importante, ça a été l’album dans les bacs.

Das : De tournée en tournée le buzz a grandi tout simplement et ça a un peu commencé à se concrétiser pour nous quand on a pu sortir nos albums. On a eu du mal à exister pendant sept ans pour sortir le premier album. Après, tout s’est enchaîné très vite, le deuxième album, les différents partenariats qu’on a eu la chance d’avoir... Avec notre tourneur notamment, qui nous a permis d’atteindre des salles auxquelles on n’avait pas accès auparavant. Et puis il ya eu le festival, puis le live qui est sorti... De fil en aiguille, le buzz s’est fait, et aujourd’hui on a de la chance de pouvoir remplir les salles partout en France.

Vos textes abordent des thèmes aussi variés que la société française, l’exclusion, la France-Afrique, les inégalités Nord-Sud, les choix de vie… Avec un collectif de 8 personnes, comment s’organise l’écriture ?
Balik : On se connaît vraiment bien, les valeurs qu’on partage sont les mêmes, on part en vacances ensemble... Pour la musique, on s’enferme des semaines entières en Province, on a le temps d’échanger et de discuter les thèmes qui nous rassemblent et nous touchent. On discute ensemble de la musique, ensuite c’est moi qui écrit les chansons. De même que chacun va écrire ses propres parties musicales en répétitions, l’idée c’est que j’arrive avec un texte sur lequel travailler, et on se retrouve pour mettre tout en commun. Parfois, le texte change et ne passe pas sur la musique qui était prévue mais sur une autre qui finalement s’y prête mieux. On échange aussi sur le contenu du texte.

Das : On a rencontré tous les cas de figures, on essaie tout. Des fois c’est la musique qui a été modifiée, des fois c’est le texte qui a changé, on essaie vraiment d’obtenir le résultat optimum pour nous.

Quelles sont vos influences musicales ?
Das : Enormément de trios vocaux, les Mighty Diamonds, Israel Vibration, les gros toasters, Third World, très foundation…

Balik : Don Carlos a toujours été un de mes chanteurs préférés. Steel Pulse aussi compte beaucoup pour nous tous, c’est une vibe qui nous correspond. Après, dans la new school j’adore écouter Junior Kelly ou Jah Mason. J’écoute aussi beaucoup de hip hop… peut-être même plus ! J’ai cette influence-là, ce goût, quand j’écoute de la musique j’ai besoin de textes en français, et c’est dans ces moments là que je vais me réfugier dans le hip hop, parce que j’ai besoin de la musique en français mais je n’ai jamais trouvé vraiment satisfaction en reggae français. J’ai beaucoup aimé Brahim mais il n’y en a pas 50 000 autres, donc c’est vrai que lorsque j’écoute de la musique pour mon plaisir j’écoute du reggae jamaïcain, ou anglophone en tout cas.

   Nous, on voit encore ça comme
une aventure entre potes.    

Que pensez-vous du paysage musical jamaïcain actuel ?
Das : C’est marrant que tu en parles parce que j’ai lâché un post hier sur le forum de Reggaefrance pour parler de ça. Pour ma part, il y a deux trucs bien différents qui se font à l’heure actuelle en Jamaïque : les artistes new roots et les artistes dancehall. Dans le new roots il y a plein de choses super bien qui se font, mais le petit côté vocoder personnellement me gonfle à mort. Après il y a le côté Vybz Kartel et compagnie, on adhère beaucoup moins… En fait on n'écoute même pas du tout ! C’est vraiment pas notre truc, que ce soit au niveau des thématiques qu’ils abordent, la vision des femmes... D’une manière général tout ça est très loin de l’esprit du groupe.

Balik : Toute façon, le dancehall, en termes de rythmiques, ça ne nous a jamais fait rêver.

Das : Mais c’est vrai qu’il y a pas mal de nouveaux artistes new roots qui font l’unanimité, les gros tubes sortis dernièrement sur les séries new roots, pour nous c’est parfait… Les derniers sons de Perfect par exemple c’est du lourd. On a eu la chance de faire une tournée avec les Rootz Underground il y a deux mois. Ils sont Jamaïcains, font du roots, ça ne s’était pas vu depuis longtemps et bien voilà c’est une nouvelle génération et ce qu’ils font c’est terrible.

Même si vous avez déjà un peu répondu en disant que ça n’est pas trop votre came, que pensez-vous de la scène reggae française ?
Das : Il y a quand même de bons trucs qui ne sont pas remarqués, dont personne ne parle, comme nous il n’y a pas si longtemps que ça. On croise quand même pas mal de groupes qui méritent d’être découverts, qui chantent en français, qui ont des rythmiques qui tiennent complètement la route.

Qui par exemple ?
Balik : On a nos potes, tous ceux qu’on croise sur la route. On voit souvent les Broussaï, Papa Style et Baldas, deux mecs musicos orchestre qui sont assez incroyables et qui ont un talent fou !

Das : Y a Mo’ Calamity qui envoie du lourd, Brahim qui a sorti son nouvel album récemment, c’est toujours opé, il est backé par des potes aussi, il y a du bon !

En France, le reggae semble enfermé dans un carcan tissé de vert-jaune-rouge et de « rasta c’est cool, rasta c’est bien ».
Das : Pour les médias généralistes c’est sûr que ça pose un gros souci, il y a d’énormes clichés qui sont véhiculés comme gros fumeurs ou fumistes, mais nous on ne se dit pas rastas !

Balik : Je pense sincèrement qu’il faut être honnête avec les gens, il ne faut pas essayer de jouer un personnage… Si tu es né blanc à Paris dans le XVè, que tu te sens « rasta » et que ça te fait du bien (et j’en connais des dizaines !), si c’est un choix qui t’apporte quelque chose de positif, alors tant mieux ! Ca peut transpirer dans le son de certains, mais personnellement je ne vais pas leur jeter la pierre du moment que les mecs sont sincères. Nous on ne vit pas le truc comme ça. On me pose souvent la question en interview, mais moi je ne parle qu’une fois de Dieu dans mes textes, en me demandant ce qu’il pense de ce qu’on fait, si toutefois il existe. Le principal est d’être soi-même et de ne pas se travestir. Si tu as des convictions, exprime les quelles qu’elles soient, mais il ne faut pas le faire juste pour coller à un mouvement, être dans l’air du temps ou pour essayer de te donner un style que tu ne pourras pas défendre puisque ça ne sera pas toi.

L’image que ça donne du reggae c’est un autre problème… Il ne faut pas se voiler la face, il y a énormément de Jamaïcains qu’on voit et qui sont des rastas à proprement parler, qui le revendiquent à mort et pour avoir passé des concerts avec eux et les avoir vu faire, c’est des mecs comme les autres, ils boivent de l’alcool, ils mangent ci ou ça et finalement pour eux aussi c’est institutionnel ce côté « vert-jaune-rouge », « Jah love » ! Ca peut être des mecs adorables, géniaux, sincères, mais dans leur culture et dans la musique telle qu’ils l’ont toujours faite ils sont hyper prédicateurs mais en réalité c’est plus rapport à la musique, à leur nom, à ce qu’ils font et veulent faire que par rapport à des convictions personnelles. Donc parfois ça dépasse leur vrai comportement mais on ne le dit jamais. Je ne dis pas ça péjorativement, c’est juste qu’il y a une espèce de langue de bois dans le reggae. Je ne fais pas de généralités, certains respectent les règles à la lettre d’autres pas, mais au final tous crient le même message et c’est l’essentiel.

Das : C’est vrai que les gars en jouent, ça fait partie de leur image, c’est un truc qu’ils entretiennent. Les média restent énormément dessus ! Un jamaïcain à Paris en interview, si le journaliste n’est pas spécialisé reggae, il lancera presque toujours une allusion sur l’herbe ou sa coupe de cheveux, etc. C’est vrai que ça fait partie des clichés qui circulent dans le reggae mais il en va de même pour le rap ou le heavy metal, chaque style a ses clichés dans les média grand public.



Votre popularité est indiscutable, vous représentez à l’heure actuelle une des entrées les plus accessibles au grand public vers le reggae, que répondez-vous à ceux qui vous considèrent comme un groupe disons « access-reggae » ?
Balik : Ceux qui disent ça sont les mêmes qui, avant qu’on accède à notre public et à l'Olympia, nous boudaient parce qu’on chantait en français. C’est la première fois qu’on me dit que ce qu’on fait est grand public et c’est la première fois aussi qu’on me suggère qu’être grand public pourrait nuire au reggae. Je ne nous ai jamais considérés comme un groupe grand public, le succès est venu petit à petit et on n’a pas vraiment vu la différence arriver parce que les gens venaient à dix de plus puis dix de plus et ainsi de suite…

On est en autoproduction et on a jamais eu personne derrière nous, en terme de communication notamment... Par exemple on n’avait jamais été chroniqués sur votre site alors que ça s’appelle Reggaefrance ! (rires) On a tout fait par nous-mêmes, près de dix ans à distribuer des flyers sur les plages, on a fait ce qu’il fallait alors à ceux qui nous le reprochent j’ai envie de dire que notre public est venu à nous, on ne s’est pas imposés à eux par le biais des média. Ce sont des gens qui ont entendu parler de nous par un pote, un cousin ou un collègue. En dix ans ça fait du monde !

Le truc est vraiment monté comme ça, notre public est fait de gens proches de nous et on le ressent à chaque fois en concert alors on leur parle dans cet esprit-là, comme si on se connaissait un peu. Ils nous suivent et reviennent, les six premiers rangs sont d’ailleurs presque toujours les mêmes quand on fait plusieurs dates dans une région. Le fait d’avoir un groupe reggae grand public devrait être perçu plutôt positivement puisque ça amène les gens vers les autres artistes aussi. Après que des gens n’aiment pas, moi je respecte tous les avis, mais si tu n’aimes pas tu n’écoutes pas et puis c’est tout. On n’a pas besoin d’être aimés de tout le monde, c’est pas du tout le cas, on fait notre musique, nos textes, on a notre vision et on la propose, les gens adhèrent ou pas.

Das : Ca nous arrive, on rencontre des mecs qui viennent nous voir avec scepticisme quand on fait des plateaux avec des Jamaïcains, des « puristes ». A la fin ils viennent nous dire « Danakil j’pouvais pas piffrer, c’est pas ce que j’écouterais tous les jours dans ma stéréo mais j’ai kiffé le concert alors que je ne pensais pas ». On le comprend, on est comme eux, on écoute la même chose, ce n’est pas comme si on passait notre journée à écouter du reggae français ! On sait exactement ce qu’ils nous reprochent, après chacun fait son chemin et pas de soucis.

Le prochain album est sur les rails ?
Balik : On a commencé à travailler un peu sur le prochain album mais on a encore le temps, il est prévu pour le printemps 2011. On a prévu d’enregistrer une partie en Jamaïque, selon les disponibilités des gens quand on va y être début 2010. Pendant la dernière tournée on a rencontré beaucoup de gens avec qui on a envie de faire de la musique, on verra ce qui se présente sur le moment, mais il y aura de bonnes surprises !


 DANAKIL Dialogue de sourds  Album lié
Dialogue de sou...   
 Tant qu'il y aura  Son à l'écoute
Tant qu'il y au...   
    Imprimer       Réactions
(22)   

RÉACTIONS


22 réactions
Appréciation générale :

J'ai vu danakil en live le 25 juin a tournefeuille (31). En premier une chose m'a enormement surpris c'est l'age du public qui connaissait deja danakil. des tronches de premiers de la classe de 14 ans qui fument de la weed por faire style. Franchement ca m'a choqué. Er c'est eux qui connaissaient par coeur les paroles. Affligeant. Je ne connaissait pas danakil mais franchement le live c'était du lourd;du trés lourd. Ils prenaient du plaisir sur scène et ont mis le feu pendant plus d'une heure.et rien que pour ca respect danakil. big up!!!

Au moins ça aura eu le mérite de faire parler les bavards !!:) Même si certaines personnes devraient s'abstenir puisqu'elles ne savent apparemment pas bien lire ... Pour les connaitre personnellement, je le dis de manière sincère, ils n'ont surtout pas la 'grosse tête', !! Bien au contraire ils sont humbles au possible, voire même timides. Ce sont les gars les plus gentils que j'ai rencontré, et je les aime vraiment beaucoup :) Ca me fait mal d'entendre des commentaires aussi dégradant sur ces gars qui ont de grand coeurs et qui se sont battus pour en arriver là où ils sont :(
Allez les voir en concert, discuter avec eux vous changerez surement d'avis.
En attendant Blessed Love à tout le monde et surtout à ceux qui ont défendu les Danaks contre les langues de vipères...'Don't Hazffi dred to be rasta..' et les contraire aussi, c'est pas parce que tu portes les dreads qu t'es rasta, et je ne crois pas avoir jamais entendu Balik crier Jah rastafari! ! donc molo les comments au sujet des dreads, ça c'est vraiment un comment sans aucun intérêt.

Salut tout le monde !
Moi j'ai bien aimé l'interview, même si j'ai dût relire quelque passage pour être sur de ne pas mal comprendre ! Greg j'ai une question pour toi : qu'est ce qu'une réponse subtil pour toi ? Parce que là on leur pose des questions et je trouve leurs réponses sincère. La preuve on débat pour bien comprendre ce qu'ils ont dit. Souvent on a du mal a exprimé clairement ce qu'on pense pour que tout le monde comprenne et qu'il n'y ai pas d'ambigüité. Le seul moyen de se faire une idée est de discuter avec eux.
Sinon je voulais demandé à Rastarafi comment on doit prendre son commentaire : "Au moins une chose est sûre: Danakil possède ses petits soldats prêt à les défendre ses moindres écarts dans sa communication.". Moi perso j'adore Danakil, mais si un jour il disent quelque chose qui ne me plais pas je ne les défendrais pas au contraire.
Enfin bref, pour moi c'est un excellent groupe, très ouvert et conscient. J'espère qu'il le resteront malgré leur succès grandissant.
Big Up

One love mes frères,

Mighty band qu est le Danakil. Goods vibes each time avec eux...humbles... et bon son...me tell ya!!
Big up à eux, et à RF pour l'interview!

ITV sans intérêt à mes yeux, rien de subtil dans les réponses... Bref ca donne pas envie d'écouter!

Bah ouai tous les gouts sont dans la nature! et c sur que les danakils ont une armée de gars pour les défendre!!
en même temps..la je vois pas trop ou est le soucis...je le trouve bien cet interview moi, rien de choquant!
Pareil, pas forcement fan à la base..mais j ai kiffé en live!

k2conscience et ramouch désolé mais la flemme de lire vos messages lol donc je lis en très gros, sorry si j'oublie des trucs!

Sinon ben on est d'accord c'est une bonne chose qu'il ai l'honnêteté de dire qu'il est pas rasta, et je n'ai absolument rien contre le fait qu'il ne le soit pas, no souci!! Mais bon comme je dis je trouve quand même que physiquement c'est comme si il essayait de se faire passer comme tel.. mais bon après voilà c'est un feeling que j'ai eu en les voyant quelques fois en concert, c'est un avis ca n'engage que moi.. donc vous emballez pas svp
Et paraitrait-il que je disrespect danakil?? Je pense pas, c'est bien beau de me parler d' "ouverture d'esprit et de tolérance" quand vous même n'avez pas l'air de tolérer un avis contraire au vôtre lol
Hé oui Ramouch je le redis je trouve que les paroles de Danakil ne sont pas profondes du tout.. après c'est pas pour ca que je leur ai manqué de respect c'est une critique comme une autre..on aime ou on aime pas, ben moi je le dis clairement : j'aime pas..et sorry si je vous ai semblé manquer de respect c'était pas le but, je partageais juste mon avis.

Bless Up

Au moins une chose est sûre: Danakil possède ses petits soldats prêt à les défendre ses moindres écarts dans sa communication.

Yes tout à fait d'accord avec K2conscience et Ramouch'!
Sinon j'étais pas forcément fan mais je les ai vu en concert et je dois dire que j'ai été très agréablement surpris! Son et lyrics au top!
Big up Danakil et bonne continuation

@ Ramouch' ==> +1
Merci d'avoir des yeux, un cerveau et d'associer les deux ;)

allez les gars ya pa besoin d'en faire tout un plat de cette interview! ils disent ce qu'ils disent... tout le monde dit de la merde de temps en temps.
moi j'ai été régisseur d'une salle ou ils passaient en concert (marly le roi en 2k7) et franchement ils ont pas le melon du tout. ils sont peace a part leur ingé son qui se la raconte trop (mais bon je comprends en tant qu'ingé son moi meme le succes monte un peu a la tete). ils sont pas rasta ok ya pa de probleme. kan on voit le nombre de man qui se croit rasta mé qui non jamais ouvert une bible... de plus balik a quand meme une bonne voix et un bon flow et il est trankil; fi real! so ne nous jugeons pas everytime entre nous. fo avancer. big up all reggae music. peace love & Inity. selah

Pour alimenter un peu plus le débat, parce que j'ai envie de m'associer à certaines choses, et d'essayer d'en apporter des nouvelles.. Premièrement je ne comprend pas que des personnes qui aiment, apparemment, le reggae autant que nous tous, profite de la moindre phrase ambigüe ou un peu mal tournée, pour balancer immédiatement derrière sur un groupe qu'ils n'apprécient pas à la base, d'après leurs dires. L'indifférence est parfois preuve de sagesse. Je ne sais pas ce que VOUS avez apportez au reggae français, ou jamaïcain, ou allemand... mais pour moi on fait partis d'une minorité qui écoutent de la bonne musique, qui comporte des beaux messages, et se cracher dessus ne fait rien avancer. De plus il y a parfois un certain manque de respect ( je cite : "L'AUTRE qui prétend....." ou "je préfère des artistes qui ont une vraie profondeur"). Vous vous prenez pour qui pour juger à votre tour les gens, sur des phrases que vous extrapolés, ou pour nommer une personne qui a un prénom ou un surnom "l'autre". Je sais pas ce que vous retenez des artistes que vous aimez vraiment, on en a en commun pourtant, mais je croyais que ceux qui écoutaient du reggae en "profondeur" avait une autre ouverture d'esprit. Deuxièmement, pour ce qui est des locks, du drapeau, etc, ça fait partie d'un mouvement, d'une appartenance, d'un style associé, pas besoin d'être rasta pour ça, c'est pas pour autant qu'il y a des obligations qui vont avec. Les gens qui écoutent du hard rock et s'habillent en noir sont pas des satanistes pour autant, ils font partie d'un mouvement, qui a ses codes, vestimentaires ou de pensées. Je reste perplexe sur vos motivations au dénigrement, même si on est dans un débat légitime sur les sujets évoqués dans l'interview, parce que quand je penche l'oreille sur mon transistor, ben j'ai juste envie d'éteindre, alors si on pouvait au moins se soutenir, au moins de loin, plutôt que se saboter de l'intérieur, pour une musique qu'on aime, et qui est celle qu'on défend, pour avancer ensemble pour la reconnaissance et la promotion du reggae, afin de bouter, en poussant des portes ci et là, cette musique poubelle hors de nos radios et de nos médias en général. Si on apprécie pas, c'est un choix, on écoute pas, de là à balancer à la moindre occasion, au détour d'une phrase ou d'un mot, c'est pas mes valeurs et ma façon de faire. Perso, vous vous en doutiez, je fais partie des accros, alors vous penserez peut être que ma vision est faussée, mais ils deviennent, je dis ça modestement, des potes au fur et à mesure de nos rencontres, et je pense avoir eu et pris le temps de les cerner, et leur sincérité n'est pas discutable (ils nous remercient toujours, et passent échanger, discuter, partager un moment avec nous), après si vous pensez qu'ils ont la grosse tête ou qu'ils crachent dans la soupe, libre à vous. Simplement, pour finir, sur la distinction reggae français/antillais, il était pas question de sectariser le reggae "francophone", mais justement de distinguer le "francophone" et le "français" en soulignant que les sonorités et les riddims sont pas les même. Si on vous suit sur ce terrain glissant, le reggae "ivoirien" de tiken jah fakoly ou d'alpha blondy c'est du reggae "français". Ok les antilles sont françaises, mais aussi loin de la France et aussi proche de la Jamaïque, quelles sont les plus grosses influences? Et, dernière parenthèse, concernant la remarque sur "mon île", cette chanson a pour but l'évasion, un peu de rêve, pour positiver, faut pas chercher une profondeur dans cette chanson particulièrement, c'est juste un message un peu utopiste pour s'évader, fuir la morosité. Alors peut être que ça déssert la cause, mais on fait pas des chansons en fonction des dommages collatéraux que ça peut engendrer, mais avec son âme.
Voila, je pense avoir fait le tour, je veux pas vous convaincre mais vous opposer ma vision, moi je les aime, et j'ai pas fini de les soutenir et de les suivre, où que ce soit, l'aventure ne fait que commencer.
Un gros big up au crew, on est là et vous le savez, dans les starting blocks pour la suite. Ramouch' du Compiègne crew ( P.S.: Dass j'te dois toujours unevidéo!)
Et vive le reggae ska dub.

La phrase de Dass me laisse perplexe:"pour nous tiwoni, straika, yaniss, etc... sont plus des réprésentants du reggae Antillais que français." D'une part les Antilles où vivent ces trois chanteurs sont françaises, et d'autre part, ce n'est pas parce qu'une partie de leurs chansons sont interprétés en créole que l'on doit les classer dans une sous-catégorie. Pourquoi tu veux départementaliser le reggae? Allons dans le même sens que toi: Danakil représente plus le reggae yvelinois que le reggae français: c'est ridicule.

Salut tout le monde,
J allais juste me permettre une petite reponse, notamment pour "yesss" ..mais K2COnscience à complètement expliqué ce qu on voulait dire dans cet interview! Big up et merci pour l'explication de texte! Il est vrai que c est pas tjs facile de retranscrire le" parlé en ecri"t... Quoi qui il en soit, pour être clair avec tout le monde, nous pensons que le reggae francais est en plein devenir, qu il y a de super groupes qu on croise sur la route (cités dans l'itw), qu il y a eu pleins de purs groupes avant nous...même si ce ne sont pas eux qui nous ont le plus influencés,.mais bien les classiques jamaicains...
Après, pour nous, tiwoni, straika, yaniss etc...sont plus des représentants du reggae Antillais que français...avec un pur son qui leur est propre...voila pourquoi on en les cite pas comme artistes de RF.
En ce qui concerne les jamaicains...on ne veut choquer personne...juste raconter nos expériences...ya rien de péjoratif dans ce qui est dit...ou alors c est mal compris...
Big up à tout le monde,
peace
Dass pour danakil

Comme l'a dit Danakil Fan Crew, il faut savoir lire entre les lignes !
Quand Das affirme « Pour les médias généralistes c’est sûr que ça pose un gros souci, il y a d’énormes clichés qui sont véhiculés comme gros fumeurs ou fumistes, mais nous on ne se dit pas rastas ! » il est clair qu’il n’insulte pas les rastas, c’est même plutôt honnête et respectueux de ne pas se déclarer rasta si ils ne se sentent pas légitime.
D’ailleurs Yessss c’est n’importe quoi quand tu dis « Parce que je trouve que leur chanteur qui ne se revendique soi disant pas rasta porte quand même des locks et une barbe et agite fierement sa serviette vert jaune rouge en concert.. lol ». Il y a une différence à faire entre être rasta et avoir des locks ! Balik ne se dit pas rasta, je suppose qu’il mange de la viande et bois de l’alcool, il a juste l’honnêteté intellectuelle et suffisament de respect pour les vrais rastas pour ne pas se déclarer rasta.
Quand il s'agit des groupes français, je cite :
"Qui par exemple ?
Balik : On a nos potes, tous ceux qu’on croise sur la route. On voit souvent les Broussaï, Papa Style et Baldas, deux mecs musicos orchestre qui sont assez incroyables et qui ont un talent fou !
Das : Y a Mo’ Calamity qui envoie du lourd, Brahim qui a sorti son nouvel album récemment, c’est toujours opé, il est backé par des potes aussi, il y a du bon !"
Il parle de la scène francophone actuelle ! A aucun moment il est question de manquer de respect aux Raggasonic, Saï Saï et autres artistes reggae français qui n'ont plus d'actualités !
On est en 2010 dans quelques dizaines d'heures il serait temps d'arrêter de vivre dans le passé comme ça.
Biensûr que les gars de Danakil ont, comme nous tous, été influencés par les anciens ^^
Perso je ne trouve pas des mots de Balik qu'il a le melon, il a l'air super ouvert et peace (« Si tu es né blanc à Paris dans le XVè, que tu te sens « rasta » et que ça te fait du bien (et j’en connais des dizaines !), si c’est un choix qui t’apporte quelque chose de positif, alors tant mieux ! »)
Z'êtes des haters pour dire le contraire... ;)
Ou alors la vérité vous fait trop mal au cœur… Parce que lorsqu'il déclare "Je ne dis pas ça péjorativement, c’est juste qu’il y a une espèce de langue de bois dans le reggae", il a tout dit !!! C'est vrai que la plupart des jamaïcains en disent plus qu'ils en font, il a raison de le dire. C'est pas parce qu'ils sont jamaïcains qu'ils sont des saints, il n'y a qu'à voir le nombre d'histoires judiciaires de nos rudebwoyz préférés ^^ (hein Buju ?!)
Pour ma part je pense qu'ils ont bien résumé le truc en disant qu'il y a des tonnes de talents en reggae francophone, le problème c'est le boycott des médias et donc des majors.
Big up Danakil ! Continuez de ramener un public plus large vers le reggae ! (bah ouai ! entre les mauvais esprits et le ratio mecs/nanas en soirée, c'est pas reluisant le reggae en France alors ça ne peut pas être totalement négatif de s'ouvrir !)

  Suivant   
1 2

Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

   
Abijah Sons à l'écoute
  Admiral T Sons à l'écoute
  Admiral Tibet Sons à l'écoute
  Aidonia Sons à l'écoute
  Alaine Sons à l'écoute
  Alborosie Sons à l'écoute
  Alkaline
  Alkaly Sons à l'écoute
  Alozade Sons à l'écoute
  Alpha Blondy
  Alpheus Sons à l'écoute
  Alton Ellis
  Anthony B Sons à l'écoute
  Anthony Cruz Sons à l'écoute
  Anthony Johnson Sons à l'écoute
  Apach Sons à l'écoute
  Assassin Sons à l'écoute
  Avaran
  Azrock Sons à l'écoute
   
Baby Cham Sons à l'écoute
  Baby G Sons à l'écoute
  Barrington Levy Sons à l'écoute
  Bascom X Sons à l'écoute
  Batch Sons à l'écoute
  Bazil
  Beenie Man Sons à l'écoute
  Beres Hammond Sons à l'écoute
  Beta Simon
  Big Youth
  Biga Ranx Sons à l'écoute
  Bitty McLean
  Black Uhuru
  Bling Dawg Sons à l'écoute
  Bob Marley
  Bobby Konders Sons à l'écoute
  Bost & Bim Sons à l'écoute
  Bounty Killer Sons à l'écoute
  Brahim Sons à l'écoute
  Brick & Lace
  Bronco Knowledge
  Broussaï Sons à l'écoute
  Buckey Ranks Sons à l'écoute
  Bugle Sons à l'écoute
  Buju Banton Sons à l'écoute
  Bunny Rugs Sons à l'écoute
  Bunny Wailer
  Burning Spear
  Burro Banton Sons à l'écoute
  Bushman Sons à l'écoute
  Busta Rhymes Sons à l'écoute
  Busy Signal Sons à l'écoute
   
Cali P Sons à l'écoute
  Capleton Sons à l'écoute
  Caporal Nigga Sons à l'écoute
  Carlton Bubblers
  Carlton Livingston
  Cecile Sons à l'écoute
  Charlie Chaplin
  Chezidek Sons à l'écoute
  Chico Sons à l'écoute
  Chrisinti
  Christopher Ellis
  Chronicle
  Chronixx Sons à l'écoute
  Chuck Fender Sons à l'écoute
  Chukki Starr Sons à l'écoute
  Clinton Fearon Sons à l'écoute
  Clive Hunt
  Cocoa Tea Sons à l'écoute
  Collie Buddz Sons à l'écoute
  Conrad Crystal Sons à l'écoute
  Cornell Campbell Sons à l'écoute
  Courtney John Sons à l'écoute
  Crown Prince Sons à l'écoute
  Culture
  Cutty Ranks Sons à l'écoute
   
Daddy Mory Sons à l'écoute
  Daddy Yod Sons à l'écoute
  Damian Marley Sons à l'écoute
  Danakil Sons à l'écoute
  Danny English Sons à l'écoute
  David Rodigan Sons à l'écoute
  Daville Sons à l'écoute
  Daweh Congo Sons à l'écoute
  Dean Fraser Sons à l'écoute
  Delly Ranks Sons à l'écoute
  Demarco
  Dennis Brown Sons à l'écoute
  Determine Sons à l'écoute
  Devonte Sons à l'écoute
  Dezarie Sons à l'écoute
  Diana Rutherford Sons à l'écoute
  Difanga Sons à l'écoute
  Dj Master Will Sons à l'écoute
  Don Carlos Sons à l'écoute
  Don Corleon Sons à l'écoute
  Don Miguel
  Duane Stephenson Sons à l'écoute
  Dub Inc Sons à l'écoute
  Dubmatix
  Dubtonic Kru Sons à l'écoute
   
Earl 16 Sons à l'écoute
  Earl Chinna Smith
  Elephant Man Sons à l'écoute
  Etana Sons à l'écoute
  Everton Blender Sons à l'écoute
   
Fantan Mojah Sons à l'écoute
  Fat Freddy's drop
  Flamengo Sons à l'écoute
  Frankie Paul Sons à l'écoute
  Freddie McGregor Sons à l'écoute
  Frenchie Sons à l'écoute
  Frisco Kid
  Full Hundred sound Sons à l'écoute
  Fundé
  Furybass Sons à l'écoute
  Future Troubles Sons à l'écoute
   
Gappy Ranks Sons à l'écoute
  Garnett Silk
  General B
  General Degree Sons à l'écoute
  General Levy Sons à l'écoute
  Gentleman Sons à l'écoute
  George Nooks
  Ghost Sons à l'écoute
  Ginjah
  Glamma Kid Sons à l'écoute
  Glen Washington Sons à l'écoute
  Gramps Morgan Sons à l'écoute
  Gregory Isaacs Sons à l'écoute
  Groundation
  Gyptian Sons à l'écoute
   
Harry Toddler
  Hawkeye Sons à l'écoute
  Hollie Cook
  Horace Andy
   
I-Octane Sons à l'écoute
  I-Wayne Sons à l'écoute
  Iba MaHr Sons à l'écoute
  Ijahman
  Ill Inspecta Sons à l'écoute
  Iqulah Sons à l'écoute
  Israel Vibration
   
Jabba Sons à l'écoute
  Jah Cure Sons à l'écoute
  Jah Mali Sons à l'écoute
  Jah Mason Sons à l'écoute
  Jah Shaka
  Jah Thunder Sons à l'écoute
  Jah Warrior Sons à l'écoute
  Jah9 Sons à l'écoute
  Jamelody Sons à l'écoute
  Janik Sons à l'écoute
  Jaqee
  Jazzwad Sons à l'écoute
  Jim Murple memorial Sons à l'écoute
  Jimmy Cliff
  John Holt
  Johnny Osbourne Sons à l'écoute
  Josie Mel
  Julian Marley
  Junior Delgado Sons à l'écoute
  Junior Kelly Sons à l'écoute
  Junior Reid Sons à l'écoute
   
K2R Riddim
  Kabaka Pyramid Sons à l'écoute
  Kanka
  Kardinal Offishal Sons à l'écoute
  Ken Boothe Sons à l'écoute
  Khago
  Kiddus I
  King Far I sound
  Kingston Ladies
  Kinkeliba Sons à l'écoute
  Kiprich Sons à l'écoute
  Konshens Sons à l'écoute
  Krys Sons à l'écoute
  Kulcha Knox Sons à l'écoute
  Ky-mani Marley Sons à l'écoute
   
Lady Saw Sons à l'écoute
  Lady Sweety
  Lee Perry
  Lexxus Sons à l'écoute
  Linval Thompson Sons à l'écoute
  Little Espion Sons à l'écoute
  Little Hero Sons à l'écoute
  Livin' Soul
  LKJ
  Lloyd Brown Sons à l'écoute
  LMS Sons à l'écoute
  Lone Ranger
  Loo Ranks Sons à l'écoute
  Lord Kossity Sons à l'écoute
  Louie Culture Sons à l'écoute
  LP International Sons à l'écoute
  Luciano Sons à l'écoute
  Lucky Dube
  Luddy Sons à l'écoute
  Lukie D Sons à l'écoute
  Lusdy Sons à l'écoute
  Lutan Fyah Sons à l'écoute
   
Macka B
  Macka Diamond Sons à l'écoute
  Mad Cobra Sons à l'écoute
  Mad Killah
  Mada nile Sons à l'écoute
  Manasseh Sons à l'écoute
  Manjul
  Marcia Griffiths Sons à l'écoute
  Masicka Sons à l'écoute
  Massive B
  Matinda Sons à l'écoute
  Matisyahu
  Mavado Sons à l'écoute
  Max Romeo Sons à l'écoute
  Merciless Sons à l'écoute
  Meta Dia
  Michael Prophet
  Michael Rose Sons à l'écoute
  Mickee 3000 Sons à l'écoute
  Midnite Sons à l'écoute
  Mighty Crown Sons à l'écoute
  Mighty Diamonds
  Military Man Sons à l'écoute
  Million Stylez Sons à l'écoute
  Mo'Kalamity Sons à l'écoute
  Monty Alexander Sons à l'écoute
  Morgan Heritage Sons à l'écoute
  Moses I Sons à l'écoute
  Mr Vegas Sons à l'écoute
  Ms. Thing
  Munga
  Murray Man Sons à l'écoute
   
Naâman
  Nanko Sons à l'écoute
  Natty Jean
  Natty King
  Natural Black
  Nazareken Tiken Sons à l'écoute
  Neg'Marrons
  Nemo Sons à l'écoute
  Nereus Joseph Sons à l'écoute
  Nicky B Sons à l'écoute
  Niggah Mickey Sons à l'écoute
  Ninjaman
  Norrisman
  Nuttea Sons à l'écoute
   
Omar Perry Sons à l'écoute
   
Pablo Moses
  Papa Tank Sons à l'écoute
  Patrice
  Paul Elliott Sons à l'écoute
  Perfect Sons à l'écoute
  Pierpoljak Sons à l'écoute
  Piratedub Sons à l'écoute
  Popcaan Sons à l'écoute
  Pow Pow
  Pressure Sons à l'écoute
  Prince Alla
  Prince Malachi
  Protoje Sons à l'écoute
  Pupa Jim Sons à l'écoute
   
Queen Ifrica Sons à l'écoute
  Queen Omega Sons à l'écoute
   
Raggasonic
  Raging Fyah Sons à l'écoute
  Ranking Joe Sons à l'écoute
  Ras Attitude Sons à l'écoute
  Ras Mac Bean Sons à l'écoute
  Ras Shiloh
  Red Rat Sons à l'écoute
  Richie Spice Sons à l'écoute
  Rico Rodriguez
  Roberto Sanchez Sons à l'écoute
  Rod Taylor Sons à l'écoute
  Romain Virgo Sons à l'écoute
  Rootz Underground
  Ruff Cutt Sons à l'écoute
   
Saël Sons à l'écoute
  Saïk
  Sanchez Sons à l'écoute
  Sandeeno Sons à l'écoute
  Sean Kingston
  Sean Paul Sons à l'écoute
  Sebastian Sturm Sons à l'écoute
  Seeed
  Sentinel
  Serani Sons à l'écoute
  Serge Gainsbourg
  Seyni
  Shabba Ranks Sons à l'écoute
  Shadow Killa
  Shaggy Sons à l'écoute
  Shockin Murray Sons à l'écoute
  Singing Melody Sons à l'écoute
  Sir Samuel
  Sister Carol Sons à l'écoute
  Sizzla Sons à l'écoute
  Smiling D Sons à l'écoute
  Solo Jah Gunt
  Spanner Banner Sons à l'écoute
  Spragga Benz Sons à l'écoute
  Stanley Beckford Sons à l'écoute
  Starckey Banton Sons à l'écoute
  Steel Pulse Sons à l'écoute
  Stephen Marley Sons à l'écoute
  Stephen McGregor
  Steve Mosco Sons à l'écoute
  Straika D Sons à l'écoute
  Sugar Minott Sons à l'écoute
  Sugar Roy Sons à l'écoute
  Supa John Sons à l'écoute
   
Taïro Sons à l'écoute
  Taiwan MC
  Taj Weekes Sons à l'écoute
  Takana Zion Sons à l'écoute
  Tanto Metro Sons à l'écoute
  Tanya Stephens Sons à l'écoute
  Tarrus Riley Sons à l'écoute
  Tarzan Sons à l'écoute
  Terry Linen Sons à l'écoute
  The Black Seeds
  The Congos Sons à l'écoute
  The Gladiators
  The Pioneers
  The Skatalites
  Third World
  Tiken Jah Fakoly
  Tippa Irie
  Tiwony Sons à l'écoute
  TOK Sons à l'écoute
  Toma  Sons à l'écoute
  Tommy Lee
  Tony Matterhorn Sons à l'écoute
  Tony Rebel Sons à l'écoute
  Tony Tuff
  Toots & The Maytals
  Trinity Sons à l'écoute
  Triston Palmer Sons à l'écoute
  Turbulence Sons à l'écoute
  Twinkle Brothers
  Typical Féfé Sons à l'écoute
   
U-Brown Sons à l'écoute
  U-Roy Sons à l'écoute
  Uman Sons à l'écoute
   
Vybz Kartel Sons à l'écoute
   
Ward 21 Sons à l'écoute
  Warrior King Sons à l'écoute
  Wayne Marshall Sons à l'écoute
  Wayne Wonder Sons à l'écoute
  Willi Williams Sons à l'écoute
  Winston McAnuff Sons à l'écoute
   
Yabby You
  Yahadanai Sons à l'écoute
  Yaniss Odua Sons à l'écoute
  Yellowman Sons à l'écoute
   
Zareb
  Zebra Sons à l'écoute
  Ziggi Recado Sons à l'écoute
  Ziggy Marley
  Zumjay Sons à l'écoute

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Artistes à la une >> Interview
  
Site créé par l'agence© 1999-2018