Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

INTERVIEW : PATRICE

Patrice

 
Propos recueillis par : Simon Touchard
Photos : Benoit Collin & DR
le mercredi 08 septembre 2010 - 5 946 vues

 Imprimer 
 
    Réactions
 (0)   

Deux ans après son dernier opus,"Free-patri-ation", Patrice revient avec un nouvel album, un nouveau label et une nouvelle tournée française à l'automne. A seulement trente ans, le chanteur "afropéen" vient de parcourir une décennie musicale de bout en bout et ne semble pas prêt à s'arrêter en si bon chemin. Nous l'avons rencontré dans les locaux de Because, à Paris, au lendemain de la fête de la musique.


Reggaefrance / "One"  est ton 5e album. Il sort chez Because Music, un label avec qui tu travailles pour la première fois. Peux-tu nous parler de cette nouvelle collaboration ?
Patrice / En fait je viens de signer avec eux, il y a environ deux semaines. L’album était déjà prêt. C’est la première fois que j’en fais la promotion ici, chez Because. Mais jusqu’ici les choses se passent très bien, on doit pouvoir faire de grandes choses ensemble.
Hier, pour la fête de la musique j’ai joué dans le cadre du festival Africa Pop initié par le label. C'était un plateau d’artistes africains (ndlr : Alpha Blondy, Lokua Kanza, Tumi & The Volume, Smod, Amadou et Mariam, Victor Démé, etc), au château de Vincennes, un endroit magnifique. Je crois que c’était un excellent point de départ à notre relation.

Comment s’est passé ce concert ?
C’était assez court. On a essayé quelques nouvelles chansons. Les musiciens et l’ingénieur ne les connaissent pas encore très bien, je pense que tout ça va se roder et que nous ferons bien mieux dans l’avenir. Mais c’était un bon show.
J’aime l’idée de présenter la culture africaine dans un endroit comme le château de Vincennes. J’aime les contrastes. Si les aristocrates à qui appartenait ce château avaient vu ce qu’il s’est passé hier soir, ils se demanderaient « Mais où va le monde ?! ». C’est ça qui est beau quelque part, détourner l'usage des choses. D’autant plus que les musiciens invités étaient incroyables. Lokua Kanza a joué en acoustique, sans aucune amplification, dans une des salles du château. Une pièce qui, déjà à l'époque, était vouée à accueillir des musiciens. Le son était extraordinaire, c’était vraiment très beau.

On vient de le dire, ce festival avait pour thème l’Afrique et ses artistes. Etant né en Allemagne, te considères-tu comme un artiste africain ?
Oui bien sûr, mon père est africain. Je suis à moitié Sierra Léonais, j’ai beaucoup d’influences mais ma musique est africaine. Je ne dis pas que je ne suis pas européen, mais je dis que je suis africain, c’est clair (rires). Ma perception du monde est différente que si j’étais seulement l’un ou l’autre. De la même manière qu’un homme ne perçoit pas les choses de la même façon qu’une femme. Donc si tu es les deux… (rires) tu auras les deux angles de vue ou alors une perspective totalement différente, qui est unique. Dans mon cas, je ne crois pas que ce soit l’assemblage de deux points de vue. C’est vraiment mon propre truc. Ma musique parle de ça.
C’est dans cet esprit que j’ai appelé mon album "One". Il représente toutes mes influences, mon arbre généalogique. On n’a pas idée de toutes les histoires incroyables qui sont arrivées à nos ancêtres et qui, combinées les unes aux autres, ont fait que nous sommes nés dans tel ou tel contexte. C’est ce que signifie ce titre, « One », toutes nos influences, toutes nos cultures, tout ce qui nous a précédé, se concentrent en nous pour ne faire qu’un.

   Aujourd’hui beaucoup d’artistes n’auraient même pas de carrière sans autotune...    

Demain (le 23 juin, ndlr), en Afrique du Sud, l’Allemagne affrontera le Ghana, sans doute l’équipe africaine la plus prometteuse engagée dans ce mondial. Qui vas-tu supporter ?
C’est une des pires questions que tu puisses me poser ! (rires) Je suis très partagé. Parce que, bien sûr, je vais supporter le Ghana mais l’Allemagne a vraiment besoin de gagner ce match. En fait, je ne sais plus, ils peuvent encore se qualifier tous les deux ? J’aimerais qu’ils se qualifient tous les deux. J’aime vraiment l’équipe allemande en ce moment. Ils sont jeunes et ils sont forts. Ils ont très bien joué leur premier match. Contre l’Australie, c’est vrai, mais ils ont très bien joué. Lors du deuxième match, l’arbitre était carrément dingue ! Il a complètement cassé l’équipe qui n’a pas pu saisir sa chance. Du coup j’ai vraiment envie qu’ils se qualifient, ils le méritent. Mais je suis profondément pour les deux équipes.

Où as-tu enregistré "One" ?
Je l’ai enregistré en majeure partie dans mon propre studio, Supow, à Cologne. J’aime vraiment les équipements vintage, les vieux micros, les vieux instruments, les vieilles machines, etc. J’aime ce son. Je suis un fan des productions Studio One et du son de King Tubby. J’essaye de reproduire ces sonorités tout en les modernisant à ma propre manière. Un peu comme le font les artistes hip hop, en samplant avec des machines type MPC. Mais nous n’utilisons pas de samples, ou plutôt on utilise nos propres samples.

Il y a quand même au moins un sample sur cet album. Tu reprends un titre de Nina Simone, lui-même tiré de la comédie musicale "Hair", Ain’t got no / I got life. On y entend la voix de Nina Simone, samplée justement.
Oui c’est vrai, en fait on le fait souvent mais généralement on se sample nous-mêmes. Ce titre est un peu une exception. C’est évident que dans le temps ils avaient des musiciens incroyables, mais on essaye de faire au mieux pour être à la hauteur, de jouer… « like one » !

Tu as une histoire particulière avec cette chanson ? Pourquoi l’as-tu choisi ?
Nina Simone est tout simplement ma chanteuse préférée, toutes catégories confondues. Elle avait une voix vraiment unique et une façon d’écrire ses textes qui l’était tout autant. Du même niveau que Bob Dylan, presque de la littérature, avec un message fort. Le message de Ain’t got no / I got life me semble très proche du mien. Regarde, dans mon premier album je disais « everyday’s good because of being alive », c’est la même chose. On se plaint de ci, de ça, mais on oublie souvent que ce qui compte avant tout, c’est d’être en vie. On devrait en être heureux et ne pas se focaliser uniquement sur les choses matérielles. Je me suis dit que ce serait une bonne reprise.

Tu en fais d'ailleurs très peu.
Je n’en ai fait qu’une seule auparavant il me semble. Un morceau des Wailers : It hurts to be alone, chanté à l’époque par Junior Braithwaite, pas par Bob Marley. Je ne crois pas que je reprendrais Bob Marley un jour. J’ai trop de respect pour son œuvre et je ne pense pas être capable de l’amener à un autre niveau. Je le fais parfois sur scène, mais sur disque c’est autre chose. Finley Quaye avait fait une bonne reprise de Sun is shining, une version assez rock. Ça peut marcher, mais pas avec moi.

En quoi cet abum diffère des précédents ?
Dans celui-là j’ai travaillé pour la première fois avec des orchestres classiques. J’ai encore ressenti ce sentiment d’émerveillement, de découverte, comme un enfant. J’ai voulu utiliser ces orchestres d’une façon plus rythmique que quand ils jouent de la musique classique. Je ne le fais pas parce que je me sens obligé de faire quelque chose de nouveau mais parce que je n’ai pas envie de m’ennuyer. Je regarde mon travail et je me dis « Ah, ça je l’ai déjà fait, ça je l’ai déjà dit ». A quoi bon le refaire ? Ce qui vient après doit avant tout m’intéresser et me surprendre. J’aime surprendre les gens aussi, ne pas leur donner ce qu’ils attendent.

Tu ne fais pas beaucoup de featurings sur tes albums. Il n'y en a qu'un seul sur celui-là. C'est quelque chose que tu n'aimes pas faire?
Si, bien sûr. Mais ce que je n'aime pas c'est faire un duo avec un artiste parce que c'est bon pour ma côte, parce qu'il est hype. Je travaille généralement avec des gens dont je suis proche, qui font partie de ma famille musicale, de mes amis. Sur "One", j'ai fait un morceau qui s'appelle "Don't cry" avec Laygwan Sharkie. C'est un titre qui avait déjà bien marché en live et sur le net. C'est la première fois qu'on pourra le trouver sur album.

La solitude, le voyage, l’amour sont des thèmes récurrents dans tes textes. A quel point est-ce autobiographique ?
C’est quelque chose entre l’autobiographie et la poésie. La poésie consiste à puiser dans le réel pour l’amener à un autre niveau, à en faire quelque chose de plus théorique. Certains décryptent les choses et en font de la poésie, tandis que d’autres conservent les codes pour en faire quelque chose de plus narratif. Moi, j’aime jouer sur les deux tableaux, qu’il y ait plusieurs niveaux de lecture à mes chansons. Comme s’il y avait un axe horizontal sur lequel se déroulerait l’histoire, et un axe vertical sur lequel on trouverait les différentes interprétations qui peuvent en être faites, la profondeur du texte en quelque sorte. Pour ce qui est des thèmes, du contenu, j’y mets tout ce qui me concerne intimement : l’amour, la spiritualité, des choses comme ça.

Et le voyage en fait bien partie, non ? Tu as d’ailleurs fait récemment un duo avec Féfé du Saian Supa Crew, sur son album "Jeune à la retraite". La chanson s’appelle Ride Home
Oui, en effet. Je crois que c’est une constante dans l’Histoire de l’HUmanité. Partir puis revenir, être enfin chez soi, au milieu des siens, est un peu comme une renaissance. Comme dans la parabole du fils prodigue qui est accueilli à bras ouvert par son père. Son retour à la maison est célébré parce que finalement son véritable destin se trouvait là où il était. Mais il a fallu qu’il s’en écarte pour le réaliser. On doit faire nos propres expériences pour se trouver soi-même et souvent se rendre compte que le fait d’être chez soi est une chance incroyable. Ce n’est pas quelque chose de conscient, tu ne te dis pas « Oh, super, qu’est-ce que je suis bien à la maison », mais tu es plus à même d’en percevoir les bienfaits. C’est comme lorsque tu as faim, tu prépares un bon repas et après tu te sens mieux. C’est la recherche de ce sentiment dont je parle, l’envie d’être au maximum en harmonie avec soi-même.

Peux-tu me parler de ta collaboration avec l’artiste français J.R. (ndlr : street artist, proche notamment du collectif Kourtrajmé) ? Comment l’as-tu rencontré ?
Je l’ai rencontré dans une émission de télé en France il y a environ six ans. J’ai trouvé le personnage intéressant mais je ne le connaissais pas du tout. On est resté en contact par internet, on échangeait des idées, on faisait du "brainstorming", du « soulstorming » (rires). Un jour il m'a annoncé qu'il préparait quelque chose en Sierra Leone, le pays de mon père. Personne ne s'intéresse à ce petit pays d'habitude! J'ai commencé à vraiment me pencher sur son travail et on a fini par se rencontrer à nouveau.

Il a réalisé la pochette de l'album également.
Oui, il a été un des premiers à écouter "One" et je lui demandais souvent son avis sur l'habillage. Il n’était jamais emballé par ce que je lui montrais. J’ai fini par lui proposer de la faire lui-même. Il a accepté. C’est une sorte d’échange qui est venu très naturellement. Je ne me suis jamais vraiment intéressé à l’aspect visuel de mes disques. Mon truc c’est la musique. Je me suis toujours contenté de choisir une photo parmi celles qu'on me proposait et c'est tout. J.R, lui, son truc c’est l’image et rien que l’image. Il est comme moi, sauf que son mode d'expression est différent. C’est la première fois que je vois un de mes albums comme un objet d’art complet qui ne se limite pas à la musique qu’il contient.

Douze ans ont passé depuis ton premier EP « Lions ». On connaît tes influences très variées, du reggae au blues, en passant par le hip hop, la folk, la soul, etc. De quels artistes te sens tu proche aujourd’hui ?
C’est une question difficile. (il réfléchit longuement) ma copine ! (ndlr : la chanteuse Ayo) On est assez proche en effet… Non, sinon je ne vois pas.

Penses-tu que tu aurais répondu la même chose il y a douze ans ?
Non, je n’en sais rien. Je ne suis pas vraiment conscient de ce que je fais. Si j’ai envie de le faire, je le fais, c’est tout. C’est la première fois que je me demande ce que je faisais tout ce temps, en studio. La vraie réponse, c’est que je n’en sais rien. Parfois il faut savoir l’admettre.

Qui apprécies-tu parmi la jeune génération d’artistes jamaïcains ?
J’aime bien Mavado. Jah Cure aussi. Tarrus Riley, bien sûr. J’adore Sizzla, Buju Banton, Anthony B, Capleton. Mais ils ne sont plus vraiment jeunes. Je vieillis ! J’aime beaucoup Queen Ifrica. Mais aujourd’hui beaucoup d’artistes n’auraient même pas de carrière sans autotune. Mavado c’est différent, il a vraiment un bon timbre.


 Imprimer       Réactions
(0)   

RÉACTIONS


Aucune réaction n'a encore été déposée

Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

   
Abijah Sons à l'écoute
  Admiral T Sons à l'écoute
  Admiral Tibet Sons à l'écoute
  Aidonia Sons à l'écoute
  Alaine Sons à l'écoute
  Alborosie Sons à l'écoute
  Alkaline
  Alkaly Sons à l'écoute
  Alozade Sons à l'écoute
  Alpha Blondy
  Alpheus Sons à l'écoute
  Alton Ellis
  Anthony B Sons à l'écoute
  Anthony Cruz Sons à l'écoute
  Anthony Johnson Sons à l'écoute
  Apach Sons à l'écoute
  Assassin Sons à l'écoute
  Avaran
  Azrock Sons à l'écoute
   
Baby Cham Sons à l'écoute
  Baby G Sons à l'écoute
  Barrington Levy Sons à l'écoute
  Bascom X Sons à l'écoute
  Batch Sons à l'écoute
  Bazil
  Beenie Man Sons à l'écoute
  Beres Hammond Sons à l'écoute
  Beta Simon
  Big Youth
  Biga Ranx Sons à l'écoute
  Bitty McLean
  Black Uhuru
  Bling Dawg Sons à l'écoute
  Bob Marley
  Bobby Konders Sons à l'écoute
  Bost & Bim Sons à l'écoute
  Bounty Killer Sons à l'écoute
  Brahim Sons à l'écoute
  Brick & Lace
  Bronco Knowledge
  Broussaï Sons à l'écoute
  Buckey Ranks Sons à l'écoute
  Bugle Sons à l'écoute
  Buju Banton Sons à l'écoute
  Bunny Rugs Sons à l'écoute
  Bunny Wailer
  Burning Spear
  Burro Banton Sons à l'écoute
  Bushman Sons à l'écoute
  Busta Rhymes Sons à l'écoute
  Busy Signal Sons à l'écoute
   
Cali P Sons à l'écoute
  Capleton Sons à l'écoute
  Caporal Nigga Sons à l'écoute
  Carlton Bubblers
  Carlton Livingston
  Cecile Sons à l'écoute
  Charlie Chaplin
  Chezidek Sons à l'écoute
  Chico Sons à l'écoute
  Chrisinti
  Christopher Ellis
  Chronicle
  Chronixx Sons à l'écoute
  Chuck Fender Sons à l'écoute
  Chukki Starr Sons à l'écoute
  Clinton Fearon Sons à l'écoute
  Clive Hunt
  Cocoa Tea Sons à l'écoute
  Collie Buddz Sons à l'écoute
  Conrad Crystal Sons à l'écoute
  Cornell Campbell Sons à l'écoute
  Courtney John Sons à l'écoute
  Crown Prince Sons à l'écoute
  Culture
  Cutty Ranks Sons à l'écoute
   
Daddy Mory Sons à l'écoute
  Daddy Yod Sons à l'écoute
  Damian Marley Sons à l'écoute
  Danakil Sons à l'écoute
  Danny English Sons à l'écoute
  David Rodigan Sons à l'écoute
  Daville Sons à l'écoute
  Daweh Congo Sons à l'écoute
  Dean Fraser Sons à l'écoute
  Delly Ranks Sons à l'écoute
  Demarco
  Dennis Brown Sons à l'écoute
  Determine Sons à l'écoute
  Devonte Sons à l'écoute
  Dezarie Sons à l'écoute
  Diana Rutherford Sons à l'écoute
  Difanga Sons à l'écoute
  Dj Master Will Sons à l'écoute
  Don Carlos Sons à l'écoute
  Don Corleon Sons à l'écoute
  Don Miguel
  Duane Stephenson Sons à l'écoute
  Dub Inc Sons à l'écoute
  Dubmatix
  Dubtonic Kru Sons à l'écoute
   
Earl 16 Sons à l'écoute
  Earl Chinna Smith
  Elephant Man Sons à l'écoute
  Etana Sons à l'écoute
  Everton Blender Sons à l'écoute
   
Fantan Mojah Sons à l'écoute
  Fat Freddy's drop
  Flamengo Sons à l'écoute
  Frankie Paul Sons à l'écoute
  Freddie McGregor Sons à l'écoute
  Frenchie Sons à l'écoute
  Frisco Kid
  Full Hundred sound Sons à l'écoute
  Fundé
  Furybass Sons à l'écoute
  Future Troubles Sons à l'écoute
   
Gappy Ranks Sons à l'écoute
  Garnett Silk
  General B
  General Degree Sons à l'écoute
  General Levy Sons à l'écoute
  Gentleman Sons à l'écoute
  George Nooks
  Ghost Sons à l'écoute
  Ginjah
  Glamma Kid Sons à l'écoute
  Glen Washington Sons à l'écoute
  Gramps Morgan Sons à l'écoute
  Gregory Isaacs Sons à l'écoute
  Groundation
  Gyptian Sons à l'écoute
   
Harry Toddler
  Hawkeye Sons à l'écoute
  Hollie Cook
  Horace Andy
   
I-Octane Sons à l'écoute
  I-Wayne Sons à l'écoute
  Iba MaHr Sons à l'écoute
  Ijahman
  Ill Inspecta Sons à l'écoute
  Iqulah Sons à l'écoute
  Israel Vibration
   
Jabba Sons à l'écoute
  Jah Cure Sons à l'écoute
  Jah Mali Sons à l'écoute
  Jah Mason Sons à l'écoute
  Jah Shaka
  Jah Thunder Sons à l'écoute
  Jah Warrior Sons à l'écoute
  Jah9 Sons à l'écoute
  Jamelody Sons à l'écoute
  Janik Sons à l'écoute
  Jaqee
  Jazzwad Sons à l'écoute
  Jim Murple memorial Sons à l'écoute
  Jimmy Cliff
  John Holt
  Johnny Osbourne Sons à l'écoute
  Josie Mel
  Julian Marley
  Junior Delgado Sons à l'écoute
  Junior Kelly Sons à l'écoute
  Junior Reid Sons à l'écoute
   
K2R Riddim
  Kabaka Pyramid Sons à l'écoute
  Kanka
  Kardinal Offishal Sons à l'écoute
  Ken Boothe Sons à l'écoute
  Khago
  Kiddus I
  King Far I sound
  Kingston Ladies
  Kinkeliba Sons à l'écoute
  Kiprich Sons à l'écoute
  Konshens Sons à l'écoute
  Krys Sons à l'écoute
  Kulcha Knox Sons à l'écoute
  Ky-mani Marley Sons à l'écoute
   
Lady Saw Sons à l'écoute
  Lady Sweety
  Lee Perry
  Lexxus Sons à l'écoute
  Linval Thompson Sons à l'écoute
  Little Espion Sons à l'écoute
  Little Hero Sons à l'écoute
  Livin' Soul
  LKJ
  Lloyd Brown Sons à l'écoute
  LMS Sons à l'écoute
  Lone Ranger
  Loo Ranks Sons à l'écoute
  Lord Kossity Sons à l'écoute
  Louie Culture Sons à l'écoute
  LP International Sons à l'écoute
  Luciano Sons à l'écoute
  Lucky Dube
  Luddy Sons à l'écoute
  Lukie D Sons à l'écoute
  Lusdy Sons à l'écoute
  Lutan Fyah Sons à l'écoute
   
Macka B
  Macka Diamond Sons à l'écoute
  Mad Cobra Sons à l'écoute
  Mad Killah
  Mada nile Sons à l'écoute
  Manasseh Sons à l'écoute
  Manjul
  Marcia Griffiths Sons à l'écoute
  Masicka Sons à l'écoute
  Massive B
  Matinda Sons à l'écoute
  Matisyahu
  Mavado Sons à l'écoute
  Max Romeo Sons à l'écoute
  Merciless Sons à l'écoute
  Meta Dia
  Michael Prophet
  Michael Rose Sons à l'écoute
  Mickee 3000 Sons à l'écoute
  Midnite Sons à l'écoute
  Mighty Crown Sons à l'écoute
  Mighty Diamonds
  Military Man Sons à l'écoute
  Million Stylez Sons à l'écoute
  Mo'Kalamity Sons à l'écoute
  Monty Alexander Sons à l'écoute
  Morgan Heritage Sons à l'écoute
  Moses I Sons à l'écoute
  Mr Vegas Sons à l'écoute
  Ms. Thing
  Munga
  Murray Man Sons à l'écoute
   
Naâman
  Nanko Sons à l'écoute
  Natty Jean
  Natty King
  Natural Black
  Nazareken Tiken Sons à l'écoute
  Neg'Marrons
  Nemo Sons à l'écoute
  Nereus Joseph Sons à l'écoute
  Nicky B Sons à l'écoute
  Niggah Mickey Sons à l'écoute
  Ninjaman
  Norrisman
  Nuttea Sons à l'écoute
   
Omar Perry Sons à l'écoute
   
Pablo Moses
  Papa Tank Sons à l'écoute
  Patrice
  Paul Elliott Sons à l'écoute
  Perfect Sons à l'écoute
  Pierpoljak Sons à l'écoute
  Piratedub Sons à l'écoute
  Popcaan Sons à l'écoute
  Pow Pow
  Pressure Sons à l'écoute
  Prince Alla
  Prince Malachi
  Protoje Sons à l'écoute
  Pupa Jim Sons à l'écoute
   
Queen Ifrica Sons à l'écoute
  Queen Omega Sons à l'écoute
   
Raggasonic
  Raging Fyah Sons à l'écoute
  Ranking Joe Sons à l'écoute
  Ras Attitude Sons à l'écoute
  Ras Mac Bean Sons à l'écoute
  Ras Shiloh
  Red Rat Sons à l'écoute
  Richie Spice Sons à l'écoute
  Rico Rodriguez
  Roberto Sanchez Sons à l'écoute
  Rod Taylor Sons à l'écoute
  Romain Virgo Sons à l'écoute
  Rootz Underground
  Ruff Cutt Sons à l'écoute
   
Saël Sons à l'écoute
  Saïk
  Sanchez Sons à l'écoute
  Sandeeno Sons à l'écoute
  Sean Kingston
  Sean Paul Sons à l'écoute
  Sebastian Sturm Sons à l'écoute
  Seeed
  Sentinel
  Serani Sons à l'écoute
  Serge Gainsbourg
  Seyni
  Shabba Ranks Sons à l'écoute
  Shadow Killa
  Shaggy Sons à l'écoute
  Shockin Murray Sons à l'écoute
  Singing Melody Sons à l'écoute
  Sir Samuel
  Sister Carol Sons à l'écoute
  Sizzla Sons à l'écoute
  Smiling D Sons à l'écoute
  Solo Jah Gunt
  Spanner Banner Sons à l'écoute
  Spragga Benz Sons à l'écoute
  Stanley Beckford Sons à l'écoute
  Starckey Banton Sons à l'écoute
  Steel Pulse Sons à l'écoute
  Stephen Marley Sons à l'écoute
  Stephen McGregor
  Steve Mosco Sons à l'écoute
  Straika D Sons à l'écoute
  Sugar Minott Sons à l'écoute
  Sugar Roy Sons à l'écoute
  Supa John Sons à l'écoute
   
Taïro Sons à l'écoute
  Taiwan MC
  Taj Weekes Sons à l'écoute
  Takana Zion Sons à l'écoute
  Tanto Metro Sons à l'écoute
  Tanya Stephens Sons à l'écoute
  Tarrus Riley Sons à l'écoute
  Tarzan Sons à l'écoute
  Terry Linen Sons à l'écoute
  The Black Seeds
  The Congos Sons à l'écoute
  The Gladiators
  The Pioneers
  The Skatalites
  Third World
  Tiken Jah Fakoly
  Tippa Irie
  Tiwony Sons à l'écoute
  TOK Sons à l'écoute
  Toma  Sons à l'écoute
  Tommy Lee
  Tony Matterhorn Sons à l'écoute
  Tony Rebel Sons à l'écoute
  Tony Tuff
  Toots & The Maytals
  Trinity Sons à l'écoute
  Triston Palmer Sons à l'écoute
  Turbulence Sons à l'écoute
  Twinkle Brothers
  Typical Féfé Sons à l'écoute
   
U-Brown Sons à l'écoute
  U-Roy Sons à l'écoute
  Uman Sons à l'écoute
   
Vybz Kartel Sons à l'écoute
   
Ward 21 Sons à l'écoute
  Warrior King Sons à l'écoute
  Wayne Marshall Sons à l'écoute
  Wayne Wonder Sons à l'écoute
  Willi Williams Sons à l'écoute
  Winston McAnuff Sons à l'écoute
   
Yabby You
  Yahadanai Sons à l'écoute
  Yaniss Odua Sons à l'écoute
  Yellowman Sons à l'écoute
   
Zareb
  Zebra Sons à l'écoute
  Ziggi Recado Sons à l'écoute
  Ziggy Marley
  Zumjay Sons à l'écoute

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Artistes à la une >> Interview
  
Site créé par l'agence© 1999-2017