Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

INTERVIEW : CHARLES CAMPBELL

Charles Campbell

 
Propos recueillis par : Benoît Georges
Photos : DR
le vendredi 01 mars 2013 - 2 090 vues

 Imprimer 
 
    Réactions
 (3)   

Emancipation Park, en plein cœur de Kingston. Ce joli parc, d’habitude calme, est le lieu d’une agitation matinale inhabituelle : un grand concert, avec une quinzaine d’artistes, doit avoir lieu le soir même pour clôturer le « Reggae month », une série d’événements organisés tout le mois de février depuis 2008. Charles Campbell, responsable du « Reggae month », est sur place et veille aux derniers préparatifs. Dans quelques heures, il pourra souffler, et commencer à travailler sur la prochaine édition de ce rendez-vous annuel.

Charles Campbell est à la tête de Jaria, l’association jamaïcaine de l’industrie du reggae, pour laquelle le « Reggae month » est une vitrine. Créée en 2009, cette organisation professionnelle est désormais une structure bien huilée qui fédère des acteurs très divers du reggae : à son bord, on retrouve aussi bien Michael « Ibo » Cooper de Third World que Winston « Wee Pow » Powell, le boss de Stone Love et représentant des sound-systems.

Directeur de la culture à la fin des années 70 sous le gouvernement de Michael Manley, Charles Campbell fût aussi l’une des chevilles ouvrières du festival Reggae Sunsplash. Longue, fine, mais unique « dreadlocks », sandales… sa simplicité affichée, qui caractérise souvent les intellectuels de gauche, tranche avec son influence dans le milieu musical. Pragmatique et déterminé, il assume parfaitement son rôle de lobbyiste et entend faire avancer les nombreux dossiers dont s’est saisie Jaria. Dernier en date : la création d’une véritable salle de spectacle en Jamaïque, alors que l’île a surtout investi ces dernières années dans les infrastructures sportives.



Reggaefrance / Quelles sont vos fonctions ? Quel est votre parcours professionnel ?
Charles Campbell / Je suis le directeur exécutif de Jaria (JAmaica Reggae Industry Association). Je suis d’abord un promoteur et un producteur d’événements, je connais la logistique et j’ai été directeur des opérations pour le festival Reggae Sunsplash de 1984 à 1994. Je travaille aussi comme journaliste : j’ai une chronique bimensuelle dans le journal Jamaica Observer qui s’appelle « Groundins » où je parle de sujets concernant l’industrie musicale. J’ai toujours été impliqué dans l’industrie musicale puisque j’ai été directeur national de la culture de 1977 à 1981.

Comment s’est construit le projet Jaria ?
Ça a commencé en 2009, mais je dois dire qu’il y a eu beaucoup de tentatives avant cela pour amener un certain niveau d’organisation et plus d’unité dans le secteur de la musique et du divertissement. Traditionnellement, les différents acteurs opéraient en effet dans des secteurs variés et disparates et non comme une seule et même structure. Pour une raison ou une autre, aucune de ces tentatives n’a survécu très longtemps. En 2009, à l’occasion de la préparation du deuxième « Reggae month », un large groupe d’acteurs de l’industrie s’est réuni pour aider à la planification de cet événement. Et nous avons pensé que c’était un moment opportun, car l’industrie était désormais mature et il y avait une somme d’expériences individuelles impressionnante. Nous avons donc entrevu une possibilité d’avoir plus d’impact sur le gouvernement ou dans les sphères internationales si nous pouvions parler d’une seule voix puissante. Pour être honnête, j’ai eu cette idée et je l’ai suggérée à plusieurs personnes. Tout le monde était d’accord pour dire que c’était une opportunité parfaite : utiliser le « Reggae month » pour monter cette association.

Nous avons fondé Jaria en 2009 donc et nous l’avons conçu comme une organisation parapluie, pour couvrir tous les secteurs et les individus impliqués dans le reggae. Par exemple, au comité de direction, cinq sièges sont réservés à des organisations sœurs, comme Jacap (Jamaica Association of Composers, Authors and Publishers) ou Jamms (JAMaica Music Society), qui représente les intérêts des producteurs. Ces deux structures sont des agences de collecte de royalties. Au comité, il y a également la Sound System Association of Jamaica et Javaa (Jamaica Association of Vintage Artists and Affiliates) ou encore Manifesto JA, un groupe de jeunes acteurs de l’industrie qui œuvre dans le domaine social et dans des projets communautaires. Les autres individus sont directement élus par le comité et ils représentent également des secteurs et des intérêts précis : un directeur représente les artistes, un autre les producteurs ou les musiciens, etc.

Quelles sont vos missions, vos objectifs ?
Jaria a avant tout pour vocation d’être un lobby, un groupe de pression. Le « Reggae month » est notre vitrine, un événement porte-drapeau pour nous. Notre comité de direction se réunit tous les 15 jours et nous avons un comité en plénière tous les mois. Notre organisation est guidée par les thèmes qui sont mis à l’ordre du jour par nos membres tous les mois. Nous assumons pleinement notre rôle de lobby pour l’industrie musicale et nous évitons les incursions dans les domaines où nos membres gagnent leur vie : nous ne produisons pas de disques, nous n’organisons pas d’événements, nous ne nous occupons pas de booking, nous sommes une organisation parapluie. Nous organisons malgré tout quelques événements de temps en temps pour collecter des fonds. Nous avons plusieurs projets de festival en Jamaïque. Alors oui, en tant qu’organisation, il nous arrive de produire des événements mais ce n’est pas notre objectif principal.

   L’industrie musicale approuve désormais ce concept de Reggae Month, c’était la première cible que nous avions à convaincre.    

Sur quels sujets Jaria intervient-elle ?
Depuis 2009, nous avons pratiqué du lobbying sur plusieurs sujets, par exemple, la « payola » dans les médias (le fait de payer pour diffuser une chanson, ndlr). Nous avons aussi essayé de garantir que ceux qui utilisent la musique pour un usage public et commercial ont bien payé toutes les royalties aux différentes agences de collecte pour rémunérer tous les créateurs de musique.
Nous intervenons également sur des problèmes législatifs, comme c’est le cas avec le Noise Abatement Act. Nous considérons que cette loi inhibe la capacité de l’industrie musicale à se développer pleinement et nous avons donc conduit une campagne de lobbying plutôt dure auprès du gouvernement pour faire changer certains aspects de la loi. Nous défendons la désignation dans chaque paroisse et chaque ville de zones baptisés « entertainment zones » où la musique peut être jouée sans limite d’heure.

Nous avons mené des actions de lobbying en faveur d’une loi baptisée Entertainment Encouragement Act. Cette loi doit permettre de légiférer sur des mesures incitatives dans la musique, qui vont des droits de douanes pour importer du matériel à la politique fiscale, en passant par les différentes taxes.
Nous nous sommes également battus pour plus d’uniformité et pour déterminer des standards au niveau des autorités locales qui sont chargées de délivrer des licences et des autorisations pour les événements musicaux.
Nous avons enfin fait du lobbying au niveau international, ce qui s’est traduit, par exemple, par la signature d’un « memorandum of understanding » avec le festival Reggae Sun Ska en France.
Nous avons cherché à implanter notre organisation partout dans le monde où le reggae est joué et à établir des relations plus formelles avec les gens impliqués dans la musique. Le but est de fournir une meilleure atmosphère de travail des deux côtés et de proposer, en tant qu’industrie musicale internationale, des mesures d’autorégulation et plus de standardisation, notamment sur les contrats.

Est-ce que Jaria bénéficie d’un soutien gouvernemental, financier ou autre ?
Non, nous dépendons entièrement des cotisations de nos membres et des opérations de levée de fonds que nous pouvons organiser. Nous pouvons compter sur un soutien du secteur public par le biais de sponsoring, comme c’est le cas dans le cadre du « Reggae month », mais ce n’est en aucun cas adéquat et suffisant pour organiser cet événement. Nous nous reposons donc également sur le sponsoring du secteur privé. Globalement, nous pouvons dire que notre organisation est indépendante, non-alignée et non-gouvernementale. Nous avons délibérément maintenu cette approche parce que nos artistes ont tendance à être sceptiques, voire cyniques, à propos de l’implication du gouvernement dans nos affaires.

Parlons un peu plus du « Reggae month » et des cérémonies qui visent à récompenser des artistes. Comment sont-ils choisis ?
Nous avons mis en place un comité national du « Reggae month ». Tous ceux qui sont impliqués dans la musique sont libres de se joindre à nous et d’y participer. Le comité se réunit toutes les deux semaines. Nous commençons dès la fin du « Reggae month » : on se réunit et on planifie l’année suivante. Au sein du comité, il existe un sous-comité dédié aux récompenses (« awards comitee ») où nous proposons à des experts actifs dans le business musical de siéger, de nominer des artistes pour les différentes récompenses et de voter ensuite pour élire les récipiendaires. Il y a cependant deux exceptions : la chanson de l’année et l’artiste de l’année, qui sont deux catégories que nous avons ajoutées récemment. Pour ces deux récompenses, nous invitons le public à participer aux nominations, puis le comité sélectionne les récipiendaires. Ce processus se termine fin novembre, début décembre. Et pour la cérémonie des prix, nous sélectionnons les chansons qui seront associées aux artistes et nous offrons à ces artistes les services d’arrangeurs appropriés pour leur musique, car nous utilisons un orchestre complet. Pendant la cérémonie, n’est jouée que la musique sélectionnée pour les récipiendaires, avec un orchestre.

Avez-vous quand même des critères de sélection ? Je veux dire, est-ce que tout peut passer du moment que c’est jamaïcain et populaire ou est-ce que vous choisissez de mettre en avant tel ou tel artiste ? Vous savez comme moi que certains artistes sont à la fois très populaires et très controversés…
Tout d’abord, nous représentons tous les musiciens et tous les artistes. Mais nous avons aussi établi des standards, comme un code de conduite, et nous pensons que tous les artistes et musiciens doivent y obéir pour que nous puissions promouvoir ou au moins soutenir leur travail. Nous ne sommes pas des censeurs, nous ne sommes pas une police, et nous défendons tous les genres de musique jamaïcaine, dont le dancehall, puisque c’est à cela que vous faites allusion. Nous soutenons le dancehall mais nous n’approuvons ni les mauvais comportements, ni la criminalité, ni les discriminations, qu’elles soient liées au sexe, à la religion ou à d’autres aspects. Nous n’approuvons pas non plus la lubricité, l’obscénité. Notre soutien est donc conditionnel et il faut que la musique soit adaptée à une diffusion radio ou télé. Ca ne nous empêche pas pour autant de faire jouer Capleton, Beenie Man et même Elephant Man.

Vous parliez d’un mémorandum signé avec le festival français Reggae Sun Ska. L’année dernière, la société Music Action qui organise ce festival a officiellement remis une récompense, une première pour une société étrangère.
Comme je le disais, nous avons signé ensemble un « memorandum of understanding » fin 2011. Ils sont également membre de Jaria, en tant qu’affiliés européens. Ce mémorandum couvre des domaines variés : l’emploi - le Reggae Sun Ska n’emploie pour le festival que des personnes membres de Jaria - les échanges culturels – nous proposons de faire s’exercer et répéter des musiciens en Jamaïque et nous envoyons en échange des étudiants jamaïcains en musique pour se produire sur leur festival. Nous avons aussi acté que Jaria serait un médiateur s’ils devaient rencontrer des problèmes de contrat avec des artistes qu’ils auraient engagés.

On entend régulièrement parler des problèmes et des délais pour obtenir des visas. Est-ce que ce genre d’initiative rend la procédure plus facile ?
Je peux juste dire que la représentation française est très contente qu’il y ait une organisation comme Jaria. Les personnes qui candidatent pour des visas peuvent ainsi produire des recommandations indiquant qu’ils sont des artistes authentiques, crédibles et qu’ils travaillent effectivement. Cela permet de gagner du temps pour les visas et cela garantit aussi aux promoteurs que les personnes qu’ils engagent vont respecter leurs obligations.

Quel bilan dressez-vous du dernier « Reggae Month » ?
Nous avons finalement déployé nos ailes et établi notre marque, de façon locale et internationale. Le fait que vous soyez à Kingston aujourd’hui en train de me parler le prouve. La marque « Reggae month » est désormais bien établie, cela nous a pris 5 ans, mais je connais peu de marques internationales qui ont pu se développer en moins de temps. Il est vrai que les années précédentes, à cause de contraintes budgétaires surtout, nous avons dû nous contenter d’événements de plus petite ampleur. En 2012, nous avons eu davantage de soutiens. L’industrie musicale approuve désormais ce concept, c’était la première cible que nous avions à convaincre. Nous devions la convaincre que cela vaut la peine et que ça marche. Et nous avons petit à petit l’accord et le soutien des autorités publiques. Quant au secteur privé, il est en quelques sorte monté à bord en 2012, pas au niveau où nous le souhaiterions et qui serait nécessaire certes, mais le grand succès de l’édition 2012 nous a offert une meilleure visibilité pour rechercher de nouveaux sponsors dans le futur.


 Imprimer       Réactions
(3)   

RÉACTIONS


3 réactions
Appréciation générale :

Super papier ! Bravo à vous !

un papier qui sort des sentiers battus et qui combat en même temps quelques clichés sur le reggae : oui, c'est un gros business en Ja et oui, ça nécessite de bosser sérieusement...
très intéressant, big up unoself RF

Salute.....


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

   
Abijah Sons à l'écoute
  Admiral T Sons à l'écoute
  Admiral Tibet Sons à l'écoute
  Aidonia Sons à l'écoute
  Alaine Sons à l'écoute
  Alborosie Sons à l'écoute
  Alkaline
  Alkaly Sons à l'écoute
  Alozade Sons à l'écoute
  Alpha Blondy
  Alpheus Sons à l'écoute
  Alton Ellis
  Anthony B Sons à l'écoute
  Anthony Cruz Sons à l'écoute
  Anthony Johnson Sons à l'écoute
  Apach Sons à l'écoute
  Assassin Sons à l'écoute
  Avaran
  Azrock Sons à l'écoute
   
Baby Cham Sons à l'écoute
  Baby G Sons à l'écoute
  Barrington Levy Sons à l'écoute
  Bascom X Sons à l'écoute
  Batch Sons à l'écoute
  Bazil
  Beenie Man Sons à l'écoute
  Beres Hammond Sons à l'écoute
  Beta Simon
  Big Youth
  Biga Ranx Sons à l'écoute
  Bitty McLean
  Black Uhuru
  Bling Dawg Sons à l'écoute
  Bob Marley
  Bobby Konders Sons à l'écoute
  Bost & Bim Sons à l'écoute
  Bounty Killer Sons à l'écoute
  Brahim Sons à l'écoute
  Brick & Lace
  Bronco Knowledge
  Broussaï Sons à l'écoute
  Buckey Ranks Sons à l'écoute
  Bugle Sons à l'écoute
  Buju Banton Sons à l'écoute
  Bunny Rugs Sons à l'écoute
  Bunny Wailer
  Burning Spear
  Burro Banton Sons à l'écoute
  Bushman Sons à l'écoute
  Busta Rhymes Sons à l'écoute
  Busy Signal Sons à l'écoute
   
Cali P Sons à l'écoute
  Capleton Sons à l'écoute
  Caporal Nigga Sons à l'écoute
  Carlton Bubblers
  Carlton Livingston
  Cecile Sons à l'écoute
  Charlie Chaplin
  Chezidek Sons à l'écoute
  Chico Sons à l'écoute
  Chrisinti
  Christopher Ellis
  Chronicle
  Chronixx Sons à l'écoute
  Chuck Fender Sons à l'écoute
  Chukki Starr Sons à l'écoute
  Clinton Fearon Sons à l'écoute
  Clive Hunt
  Cocoa Tea Sons à l'écoute
  Collie Buddz Sons à l'écoute
  Conrad Crystal Sons à l'écoute
  Cornell Campbell Sons à l'écoute
  Courtney John Sons à l'écoute
  Crown Prince Sons à l'écoute
  Culture
  Cutty Ranks Sons à l'écoute
   
Daddy Mory Sons à l'écoute
  Daddy Yod Sons à l'écoute
  Damian Marley Sons à l'écoute
  Danakil Sons à l'écoute
  Danny English Sons à l'écoute
  David Rodigan Sons à l'écoute
  Daville Sons à l'écoute
  Daweh Congo Sons à l'écoute
  Dean Fraser Sons à l'écoute
  Delly Ranks Sons à l'écoute
  Demarco
  Dennis Brown
  Determine Sons à l'écoute
  Devonte Sons à l'écoute
  Dezarie Sons à l'écoute
  Diana Rutherford Sons à l'écoute
  Difanga Sons à l'écoute
  Dj Master Will Sons à l'écoute
  Don Carlos Sons à l'écoute
  Don Corleon Sons à l'écoute
  Don Miguel
  Duane Stephenson Sons à l'écoute
  Dub Inc Sons à l'écoute
  Dubmatix
  Dubtonic Kru Sons à l'écoute
   
Earl 16 Sons à l'écoute
  Earl Chinna Smith
  Elephant Man Sons à l'écoute
  Etana Sons à l'écoute
  Everton Blender Sons à l'écoute
   
Fantan Mojah Sons à l'écoute
  Fat Freddy's drop
  Flamengo Sons à l'écoute
  Frankie Paul Sons à l'écoute
  Freddie McGregor Sons à l'écoute
  Frenchie Sons à l'écoute
  Frisco Kid
  Full Hundred sound Sons à l'écoute
  Fundé
  Furybass Sons à l'écoute
  Future Troubles Sons à l'écoute
   
Gappy Ranks Sons à l'écoute
  Garnett Silk
  General B
  General Degree Sons à l'écoute
  General Levy Sons à l'écoute
  Gentleman Sons à l'écoute
  George Nooks
  Ghost Sons à l'écoute
  Ginjah
  Glamma Kid Sons à l'écoute
  Glen Washington Sons à l'écoute
  Gramps Morgan Sons à l'écoute
  Gregory Isaacs Sons à l'écoute
  Groundation
  Gyptian Sons à l'écoute
   
Harry Toddler
  Hawkeye Sons à l'écoute
  Hollie Cook
  Horace Andy
   
I-Octane Sons à l'écoute
  I-Wayne Sons à l'écoute
  Iba MaHr Sons à l'écoute
  Ijahman
  Ill Inspecta Sons à l'écoute
  Iqulah Sons à l'écoute
  Israel Vibration
   
Jabba Sons à l'écoute
  Jah Cure Sons à l'écoute
  Jah Mali Sons à l'écoute
  Jah Mason Sons à l'écoute
  Jah Shaka
  Jah Thunder Sons à l'écoute
  Jah Warrior Sons à l'écoute
  Jah9 Sons à l'écoute
  Jamelody Sons à l'écoute
  Janik Sons à l'écoute
  Jaqee
  Jazzwad Sons à l'écoute
  Jim Murple memorial Sons à l'écoute
  Jimmy Cliff
  John Holt
  Johnny Osbourne Sons à l'écoute
  Josie Mel
  Julian Marley
  Junior Delgado Sons à l'écoute
  Junior Kelly Sons à l'écoute
  Junior Reid Sons à l'écoute
   
K2R Riddim
  Kabaka Pyramid Sons à l'écoute
  Kanka
  Kardinal Offishal Sons à l'écoute
  Ken Boothe Sons à l'écoute
  Khago
  Kiddus I
  King Far I sound
  Kingston Ladies
  Kinkeliba Sons à l'écoute
  Kiprich Sons à l'écoute
  Konshens Sons à l'écoute
  Krys Sons à l'écoute
  Kulcha Knox Sons à l'écoute
  Ky-mani Marley Sons à l'écoute
   
Lady Saw Sons à l'écoute
  Lady Sweety
  Lee Perry
  Lexxus Sons à l'écoute
  Linval Thompson Sons à l'écoute
  Little Espion Sons à l'écoute
  Little Hero Sons à l'écoute
  Livin' Soul
  LKJ
  Lloyd Brown Sons à l'écoute
  LMS Sons à l'écoute
  Lone Ranger
  Loo Ranks Sons à l'écoute
  Lord Kossity Sons à l'écoute
  Louie Culture Sons à l'écoute
  LP International Sons à l'écoute
  Luciano Sons à l'écoute
  Lucky Dube
  Luddy Sons à l'écoute
  Lukie D Sons à l'écoute
  Lusdy Sons à l'écoute
  Lutan Fyah Sons à l'écoute
   
Macka B
  Macka Diamond Sons à l'écoute
  Mad Cobra Sons à l'écoute
  Mad Killah
  Mada nile Sons à l'écoute
  Manasseh Sons à l'écoute
  Manjul
  Marcia Griffiths Sons à l'écoute
  Masicka Sons à l'écoute
  Massive B
  Matinda Sons à l'écoute
  Matisyahu
  Mavado Sons à l'écoute
  Max Romeo Sons à l'écoute
  Merciless Sons à l'écoute
  Meta Dia
  Michael Prophet
  Michael Rose Sons à l'écoute
  Mickee 3000 Sons à l'écoute
  Midnite Sons à l'écoute
  Mighty Crown Sons à l'écoute
  Mighty Diamonds
  Military Man Sons à l'écoute
  Million Stylez Sons à l'écoute
  Mo'Kalamity Sons à l'écoute
  Monty Alexander Sons à l'écoute
  Morgan Heritage Sons à l'écoute
  Moses I Sons à l'écoute
  Mr Vegas Sons à l'écoute
  Ms. Thing
  Munga
  Murray Man Sons à l'écoute
   
Naâman
  Nanko Sons à l'écoute
  Natty Jean
  Natty King
  Natural Black
  Nazareken Tiken Sons à l'écoute
  Neg'Marrons
  Nemo Sons à l'écoute
  Nereus Joseph Sons à l'écoute
  Nicky B Sons à l'écoute
  Niggah Mickey Sons à l'écoute
  Ninjaman
  Norrisman
  Nuttea Sons à l'écoute
   
Omar Perry Sons à l'écoute
   
Pablo Moses
  Papa Tank Sons à l'écoute
  Patrice
  Paul Elliott Sons à l'écoute
  Perfect Sons à l'écoute
  Pierpoljak Sons à l'écoute
  Piratedub Sons à l'écoute
  Popcaan Sons à l'écoute
  Pow Pow
  Pressure Sons à l'écoute
  Prince Alla
  Prince Malachi
  Protoje Sons à l'écoute
  Pupa Jim Sons à l'écoute
   
Queen Ifrica Sons à l'écoute
  Queen Omega Sons à l'écoute
   
Raggasonic
  Raging Fyah Sons à l'écoute
  Ranking Joe Sons à l'écoute
  Ras Attitude Sons à l'écoute
  Ras Mac Bean Sons à l'écoute
  Ras Shiloh
  Red Rat Sons à l'écoute
  Richie Spice Sons à l'écoute
  Rico Rodriguez
  Roberto Sanchez Sons à l'écoute
  Rod Taylor Sons à l'écoute
  Romain Virgo Sons à l'écoute
  Rootz Underground
  Ruff Cutt Sons à l'écoute
   
Saël Sons à l'écoute
  Saïk
  Sanchez Sons à l'écoute
  Sandeeno Sons à l'écoute
  Sean Kingston
  Sean Paul Sons à l'écoute
  Sebastian Sturm Sons à l'écoute
  Seeed
  Sentinel
  Serani Sons à l'écoute
  Serge Gainsbourg
  Seyni
  Shabba Ranks Sons à l'écoute
  Shadow Killa
  Shaggy Sons à l'écoute
  Shockin Murray Sons à l'écoute
  Singing Melody Sons à l'écoute
  Sir Samuel
  Sister Carol Sons à l'écoute
  Sizzla Sons à l'écoute
  Smiling D Sons à l'écoute
  Solo Jah Gunt
  Spanner Banner Sons à l'écoute
  Spragga Benz Sons à l'écoute
  Stanley Beckford Sons à l'écoute
  Starckey Banton Sons à l'écoute
  Steel Pulse Sons à l'écoute
  Stephen Marley Sons à l'écoute
  Stephen McGregor
  Steve Mosco Sons à l'écoute
  Straika D Sons à l'écoute
  Sugar Minott Sons à l'écoute
  Sugar Roy Sons à l'écoute
  Supa John Sons à l'écoute
   
Taïro Sons à l'écoute
  Taj Weekes Sons à l'écoute
  Takana Zion Sons à l'écoute
  Tanto Metro Sons à l'écoute
  Tanya Stephens Sons à l'écoute
  Tarrus Riley Sons à l'écoute
  Tarzan Sons à l'écoute
  Terry Linen Sons à l'écoute
  The Black Seeds
  The Congos Sons à l'écoute
  The Gladiators
  The Pioneers
  The Skatalites
  Third World
  Tiken Jah Fakoly
  Tippa Irie
  Tiwony Sons à l'écoute
  TOK Sons à l'écoute
  Toma  Sons à l'écoute
  Tommy Lee
  Tony Matterhorn Sons à l'écoute
  Tony Rebel Sons à l'écoute
  Tony Tuff
  Toots & The Maytals
  Trinity Sons à l'écoute
  Triston Palmer Sons à l'écoute
  Turbulence Sons à l'écoute
  Twinkle Brothers
  Typical Féfé Sons à l'écoute
   
U-Brown Sons à l'écoute
  U-Roy Sons à l'écoute
  Uman Sons à l'écoute
   
Vybz Kartel Sons à l'écoute
   
Ward 21 Sons à l'écoute
  Warrior King Sons à l'écoute
  Wayne Marshall Sons à l'écoute
  Wayne Wonder Sons à l'écoute
  Willi Williams Sons à l'écoute
  Winston McAnuff Sons à l'écoute
   
Yabby You
  Yahadanai Sons à l'écoute
  Yaniss Odua Sons à l'écoute
  Yellowman Sons à l'écoute
   
Zareb
  Zebra Sons à l'écoute
  Ziggi Recado Sons à l'écoute
  Ziggy Marley
  Zumjay Sons à l'écoute

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Artistes à la une >> Interview
  
Site créé par l'agence© 1999-2014