Actualites Reggae / Dancehall - Albums - Riddims Reportages & Dossiers reggae Tous les artistes Reggae / Dancehall Sons & Videos Reggae Forum Reggaefrance - Reggae / Dancehall

Voir ce site en Francais  View this website in English
  

INTERVIEW : BORIS LUTANIE

Boris Lutanie

 
Propos recueillis par : Sébastien Jobart
Photos : DR
le jeudi 07 mars 2013 - 11 516 vues

 Imprimer 
 
    Réactions
 (2)   

Spécialiste de Rasta en France, Boris Lutanie a écrit de nombreux articles sur le sujet dans plusieurs magazines : Watch Dis, Radikal, Ragga et Reggae Vibes Magazine. Ecrit à quatre mains avec l'anthropologue Jakes Homiak, son dernier ouvrage, "Rastafari, de la révélation à la révolution", regroupe justement des articles publiés dans Reggae Vibes entre 2010 et 2012.
La Holy Piby, la "Bible de l'Homme noir", Leonard Howell, Joseph Nathaniel Hibbert, et Pa Ashanti, la visite de Sélassié en 1966, le rôle de Bob Marley… On s'immerge ainsi dans la riche histoire du mouvement. Entretien.



Reggaefrance / Rasta, c'est avant tout une vision noire de la religion ?
Boris Lutanie / Au début vingtième du siècle, l'idée d'un Christ noir, ou d'une divinité noire, en tout cas d'une vision noire de la spiritualité, se dessine dans ce qu’on désigne globalement sous le nom d'"éthiopianisme", ou d'"éthiopisme ». Cela va prendre pour quelques individus la dimension d’une véritable révélation lors du couronnement d'Hailé Sélassié le 2 novembre 1930. Un certain nombre de personnages vont corréler cet événement à des passages bibliques, à des prophéties attribuées à Marcus Garvey, et comme on l'aborde dans le premier chapitre, à un personnage qui s'appelle Robert Athlyi Rogers et qui va publier en 1924 une petite bible noire « The Holy Piby ». On l'appelle la « Bible éthiopienne », ou la « Bible africaine », car un certain nombre de personnes vont y voir la prophétie, ou les prophéties qui annoncent l'avènement d'Hailé Sélassié quelques années plus tard.

En fait, le mouvement Rasta est complètement décentralisé et se compose d'une multitude de petites chapelles.
Exactement, et cela avant même la naissance du mouvement Rasta. Certaines sont plus ou moins en rupture de ban avec des mouvements religieux plus officiels. Aux USA, un certain nombre de mouvements politico-religieux noirs apparaissent dans les années 20, associées de près ou de loin au garveyisme. Il y a par exemple les Juifs noirs à Harlem, ou la NOI et bien d’autres congrégations qui sont un petit peu dissidentes par rapport au protestantisme et aux autres confessions reconnues. Cette contestation afro-américaine via le médium religieux est également présente au sein des Caraïbes, bien sûr, et en Afrique dans les églises dites zionistes et éthiopiennes… Un certain nombre d’extraits bibliques sont réinterprétés dans ce contexte de mise en cause de l’ordre dominant, du colonialisme. Ils vont catalyser le mouvement de mécontentement anticolonial perceptible dans ces années-là. Il y a effectivement un souffle religieux, qui est diffus avec une attente messianique, l’attente d'un rédempteur qui viendrait libérer le peuple noir en Afrique et dans le Nouveau Monde. L'Ethiopie, dans ces années-là, est le seul pays africain qui n'a pas été colonisé. Lorsque le pays va être agressé en 1935 par l'Italie fasciste, une solidarité pro-éthiopienne se manifeste très fortement dans les Caraïbes et en Amérique. En 1932, le Négus est sacré « Roi des rois, Seigneur des seigneurs, Lion conquérant de la tribu de Judah » et ses titres apparaissent à plusieurs reprises dans la Bible : des individus tels que Leonard Percival Howell, Joseph Nathaniel Hibbert, Henry Archibald Dunkley ou Robert Hinds y voient l'accomplissement des Saintes écritures, des prophéties prononcées par Marcus Garvey, James Morris Webb ou Robert Athlyi Rogers, qui lui aussi était un membre de l'UNIA.


Priest Dermot Fagan, leader de la communauté « Emperor Haile Selassie I School of Vision, Bible Study, Prophecies, and Sabbath Worship », Blue Mountains (Février 2012 / © Boris Lutanie)


Outre Robert Athlyi Rogers, le livre met en avant trois personnages : Leonard Howell, Joseph Nathaniel Hibbert, et Pa Ashanti.
On connaît Leonard Howell à travers les travaux de Robert Hill, d’Hélène Lee ("Le Premier Rasta", disponible en livre et en DVD, ndlr). On connaît moins des personnages qui sont apparus exactement à la même époque qu'Howell, et qui pour certains ont cheminé un moment à ses côtés. L'un d'entre eux est Joseph Hibbert qui lui aussi est un grand voyageur, et qui revient en Jamaïque en 1931, un an avant Howell. Lui aussi va prêcher cette nouvelle spiritualité. Un autre, dont on parlera dans le prochain livre avec Robert Hill qui a eu l’occasion de s’entretenir avec lui, est Henry Archibald Dunkley, un marin. Ce sont des personnalités fortes qui sont parties de Jamaïque pour parcourir le monde et qui y reviennent à peu près au même moment, après le couronnement du Négus pour diffuser cette nouvelle doctrine subversive.

   Dès le début du mouvement, il y a cette remise en cause de la tutelle coloniale et des autorités jamaïcaines    

Cette doctrine varie selon ces personnages : chacun défend sa vision.
Tous ces personnages n’ont pas exactement la même conception, la même vision de Rastafari. Ils vont y inclure chacun leur propre sensibilité. Il y a toujours eu beaucoup de diversité au sein du mouvement. C'est plutôt une bonne chose. On a souvent reproché au mouvement son côté désorganisé, mais c'est aussi ce qui constitue sa richesse, sa complexité et sa liberté. Il n'a jamais été centralisé dans une seule organisation. La plupart des Rastas n'appartiennent pas une organisation d'ailleurs. Il y a une variété de confréries, de groupes et d'organisations, c'est une mosaïque d’influences et non une église hiérarchisée. Il y a une aspiration forte à l'unité tout en préservant la diversité de ses expressions. Depuis le début, la Bible est utilisée par les Rastas. Certains acceptent la Bible de A à Z, comme les Twelves Tribes of Israel, ou l'école de la Vision, qui considèrent que tous les passages de la Bible sont valables. D'autres sont plus sélectifs, et opèrent une lecture entre les lignes. En fait, la Bible a accompagné l'esclavage, au travers de la conversion forcée des esclaves. Il y a un phénomène d'attirance et de répulsion pour ce texte. C’est un rapport assez ambivalent : le texte biblique a été à la fois un instrument d'assujettissement par les esclavagistes, et aussi une arme utilisée par les Rastas contre le système colonial et l'oppresseur en se réappropriant ce texte. Il y a un double aspect, positif et négatif, de ce texte. Certains y adhèrent pleinement, d'autres de façon partielle. D'autres encore la rejettent.

Pa Ashanti, le troisième personnage, va importer les tambours Burrus dans les cérémonies Rastas.
Les tambourinaires Burrus et la communauté Rasta sont naturellement attirées l’une par l’autre, chacune vit en marge de l’ordre social et il va y avoir un phénomène de fusion mutuelle. Les Rastas vont s'approprier les kete drums, ce qu'on va appeler les percussions Nyahbinghi (le trio de tambours funde, repeater et bass drum). On connait tous l'apport de Count Ossie et de son groupe The Mystic Revelation of Rastafari. Pa Ashanti est un personnage un peu plus en retrait de l'histoire officielle, mais qui est tout aussi important. Il fait partie de cette nouvelle génération de dreadlocks, à la fin des années 40, début 50, qui rompt avec la précédente, celle de Howell, Hibbert et Dunkley. Cette nouvelle génération de Rastas radicaux va instaurer de nouveaux codes culturels. Ils vont s'approprier ces tambours Nyabinghi, créer leur propre rythmique avec les chants, les psalmodies et les louanges qui les accompagnent. Pa Ashanti représente cette part immergée de l'histoire, que Jakes a redécouvert pour une très large part. On a essayé de lui rendre hommage car il n'apparaît presque nulle part. Pour la petite histoire, il avait enregistré une grounation avec Lee Perry mais il semblerait que les bandes aient brûlé dans l'incendie du Black Ark. Il me semble que cela s'appelait "Pa Ashanti slaughter the dragon" (Pa Ashanti terrasse le dragon, ndlr). Il apparait aussi dans le documentaire "Rastafari Voices", qu'on peut visionner sur Internet.

Dès la naissance, le mouvement Rasta remet en cause le système colonial et il est donc pourchassé par la police.
Même avant l'émergence du mouvement Rasta au début des années 30, il y a un certain nombre de groupes un peu dans le sillage de Robert Athlyi Rogers comme The Hamatic Church ou le mouvement de Bedward qui vont être persécutés. On accusera les Rastas de blasphème, d'inciter à la haine entre les communautés, et de remettre en cause la légitimité de la couronne britannique, puisqu'ils considèrent qu'Hailé Sélassié est leur roi, et non plus le roi Georges. Dès les premiers rassemblements Rasta, il y a cette remise en cause de la tutelle coloniale et des autorités jamaïcaines. Le mouvement apparait comme séditieux et sera très durement réprimé par les autorités avant et après l’indépendance.


Wika Ipple frappe de sa mailloche le bass drum dans l’enceinte du tabernacle Nyahbinghi de Scotts Pass. (Mars 2012 / © Boris Lutanie)


La ganja joue-t-elle un rôle dans cette persécution ? C'est notamment ce qui cause les raids sur le Pinnacle de Howell.
C'est utilisé comme un prétexte pour mettre fin au Pinnacle. La commune du Pinnacle dirigée par Howell apparaît au regard du pouvoir en place comme une contre-société. La ganja n'est pas vraiment un problème au début des années 30. C’est une pratique populaire qui n’est pas exclusive aux Rastas. La sacralisation de la ganja, comme le port des dreadlocks, apparaît avec la génération de Pa Ashanti, à la fin des années 40, début des années 50. C'est une codification culturelle qu'ils vont créer, ce qu'ils appellent la Livity, tout un mode de vie avec des codes, rites et des symboles. La ganja n'est pas vénérée dès le début du mouvement, mais est très largement utilisée au sein de la population de façon non rituelle. La ganja était en Jamaïque depuis longtemps, après l'émancipation, quand les travailleurs indiens et africains sont embauchés sous contrat après l'abolition de l'esclavage. Les ethnobotanistes pensent que ce sont très certainement les Indiens qui auraient apporté ces graines avec eux.

Un moment déterminant est la visite de Sélassié en Jamaïque en 1966. Le gouvernement espérait que Sélassié nie sa dimension divine. Non seulement il ne la nie pas, mais il montre du respect et de la considération pour les Rastas…
Le gouvernement jamaïcain pensait pouvoir discréditer publiquement les Rastas en espérant qu'Hailé Sélassié allait faire une déclaration niant toute dimension divine. C’était un pari risqué ! Ça a été un moment charnière dans le mouvement puisqu’effectivement, non seulement il n'a pas rejeté les Rastas, mais il les a reçus. Il y a eu plusieurs audiences privées pendant son séjour, dont l'une où il a remis des médailles à certains représentants du mouvement le 22 avril 1966. Cela a contrecarré les plans du gouvernement jamaïcain, et ça a accéléré le développement du mouvement qui a pris beaucoup d'importance après sa visite. Des jeunes comme Bob Marley d'ailleurs, qui n'était pas là, mais commencera dès son retour l'année suivante à se faire pousser les locks. C'est vraiment un moment crucial pour le mouvement. Chacun a son anecdote personnelle sur cette journée particulière. Il est difficile de faire la part entre ce qui relève de la mythologie ou de la véracité factuelle, mais ce n'est pas vraiment ce qui est important. Beaucoup de gens se sont personnellement senties investies par une connexion personnelle avec le Négus, et se réclament parfois d'une communion directe avec lui. C'est un moment encore très présent dans les mémoires et dans les discussions.

Bob Marley a joué un rôle primordial dans la diffusion du message Rasta.
Dès le début, Bob Marley va rencontrer Mortimer Planno, un patriarche Nyahbinghi très respecté. Ensuite, il va rejoindre une nouvelle congrégation, les Douze Tribus d'Israël, qui apparaît en 1968. Avant sa mort, il va se convertir au christianisme éthiopien et on a beaucoup glosé ici et là sur cette histoire. Il a traversé ainsi toutes les mouvances Rastas. On ne peut pas voir ça de façon chronologique et exclusive, ce serait trop simpliste. Ce n'est pas parce qu'il était dans les Douze Tribus qu'il a renié les Nyahbinghi et ce n’est pas non plus parce qu’il a été baptisé par l’église orthodoxe éthiopienne qu’il a renié son attachement à Rastafari. C'est plus complexe que cela. Il y a un principe de libre association et de libre circulation au sein des groupes et communautés Rastas. Quand il a séjourné à Londres, Bob Marley participait à des réunions de l'Ethiopian World Federation. Il connaissait aussi les Bobo Ashanti de Bull Bay… Il a toujours eu la volonté d'unifier le mouvement, et le regret qu'il soit trop fragmenté, et ne parvienne pas à parler d'une seule voix. C'est un personnage extrêmement important pour la diffusion internationale du mouvement. S'il a pris aujourd'hui une dimension planétaire, c'est bien à Bob Marley qu'on le doit.


Ce porteur de bannière Boboshanti brandit fièrement le drapeau marqué du «R» qui indique la droiture des fidèles, la « Righteousness », Bobo Hill, Bull Bay (Mars 2012 / © Boris Lutanie)


Si les années 70 ont vu l'essor des Twelves Tribes of Israel, les années 90 vont mettre en avant un autre groupe, les Bobos Ashantis. C'est une vision beaucoup plus stricte…
Il y a eu toute la période des années 80, pendant laquelle les Rastas perdent un peu de terrain, alors que les gun lyrics et le slackness se développent. Il y a ensuite le renouveau roots avec Garnett Silk, et enfin des nouvelles figures comme Sizzla, Capleton ou Anthony B qui vont populariser les Bobos Ashantis, et leur leader Prince Emmanuel. Ils ont en effet une vision beaucoup plus rigoureuse et ecclésiastique. C’est un ordre de prêtrise. C'est très ambivalent d'ailleurs quand on parle des Bobos car il y a un écart assez flagrant entre le phénomène musical Bobo dans le reggae et les Boboshanti qui vivent dans la communauté Rastafari à Bobo Hill sur les hauteurs de Bull Bay. Au sein de cette communauté très monastique, le reggae n'y a pas droit de cité. Les tambours nyabinghi sont la seule musique qui y est jouée. Capleton et Sizzla ont eu un contact avec la communauté mais ils se sont développés par la suite à la marge, Sizzla avec son Judgment Yard ou Capleton avec sa David House.

Peut-on alors véritablement parler d'artistes Bobos ?
C'est un peu problématique effectivement… Le reggae est considéré par les Bobos comme une musique profane dans le meilleur des cas, et dans le pire comme une musique commerciale, voire diabolique par certains. En d’autres termes, une industrie babylonienne qui pratique la marchandisation de la culture Rasta. C'est donc assez ambigu.

Aujourd'hui, le mouvement est-il uni ou reste-t-il fragmenté ?
Il y a une diversité de groupes qui coexistent dans le mouvement tels que les Nyahbinghi, les Boboshanti, la Fédération mondiale éthiopienne, les Douze Tribus, l’IEWF, le Millenium Council, les Orthodoxes… Bref, ce sont des organisations, des fraternités, des congrégations qui structurent historiquement le mouvement. Mais la plupart des Rastas dans le monde sont des personnalités indépendantes de toute affiliation. Aujourd'hui, la génération des patriarches Dreadlocks dont faisait partie Pa Ashanti est malheureusement en train de s'éteindre. De fait, il y a un phénomène de renouveau générationnel. Récemment, le mouvement a connu plusieurs polémiques avec Bunny Wailer (contre le film "Marley" puis Snoop Dogg), avec Sizzla (qui aurait été proclamé Président du mouvement Rasta par quelques figures) ou encore la pseudo conversion de Snoop Dogg qui apparaît pour beaucoup comme un événement purement médiatique, dont on ne connaît pas vraiment les tenants et les aboutissants. On ne sait pas trop si tout ça relève du coup de pub ou s'il y a d'autres enjeux sous-jacents. Toutes ces controverses ont tendance à jeter de la confusion ainsi que des tensions au sein du mouvement, qui se cherche un petit peu en ce moment. On arrive peut-être à la fin d'un cycle et au début d’un autre. Time will tell

"Rastafari - De la Révélation à la révolution"
Par Jakes Homiak et Boris Lutanie
Editions Joffrain-Garain
Paru / 19,95 €


 Imprimer       Réactions
(2)   

RÉACTIONS


2 réactions
Appréciation générale :

Yes I un bel entretien de Boris Lutanie..
Pour les plus curiex et les autres, Boris a participé à notre projet de montage de l'exposition DISCOVERING RASTAFARI dont Jakes Homiak était le conservateur.
Alors à tous ceux qui auraient manqué cette exposition évènement de Washington DC, RBR offre l'entrée!!!
Une vidéospective inédite et 100% made by RBR!
www.rootsblogreggae.com

big ! super instructif. je vais chopé le bouquin direct. respect pour le taf de boris lutanie et de reggaefrance.


Ajouter une réaction :
 Note :
 Nom : *
 E-mail :
 Commentaire : *
 
Vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, raciste, diffamatoires, menaçants ou tout autre message qui violerait les lois en vigueur.
L'adresse IP de chaque message est enregistrée afin de faire respecter ces conditions.

   
Abijah Sons à l'écoute
  Admiral T Sons à l'écoute
  Admiral Tibet Sons à l'écoute
  Aidonia Sons à l'écoute
  Alaine Sons à l'écoute
  Alborosie Sons à l'écoute
  Alkaline
  Alkaly Sons à l'écoute
  Alozade Sons à l'écoute
  Alpha Blondy
  Alpheus Sons à l'écoute
  Alton Ellis
  Anthony B Sons à l'écoute
  Anthony Cruz Sons à l'écoute
  Anthony Johnson Sons à l'écoute
  Apach Sons à l'écoute
  Assassin Sons à l'écoute
  Avaran
  Azrock Sons à l'écoute
   
Baby Cham Sons à l'écoute
  Baby G Sons à l'écoute
  Barrington Levy Sons à l'écoute
  Bascom X Sons à l'écoute
  Batch Sons à l'écoute
  Bazil
  Beenie Man Sons à l'écoute
  Beres Hammond Sons à l'écoute
  Beta Simon
  Big Youth
  Biga Ranx Sons à l'écoute
  Bitty McLean
  Black Uhuru
  Bling Dawg Sons à l'écoute
  Bob Marley
  Bobby Konders Sons à l'écoute
  Bost & Bim Sons à l'écoute
  Bounty Killer Sons à l'écoute
  Brahim Sons à l'écoute
  Brick & Lace
  Bronco Knowledge
  Broussaï Sons à l'écoute
  Buckey Ranks Sons à l'écoute
  Bugle Sons à l'écoute
  Buju Banton Sons à l'écoute
  Bunny Rugs Sons à l'écoute
  Bunny Wailer
  Burning Spear
  Burro Banton Sons à l'écoute
  Bushman Sons à l'écoute
  Busta Rhymes Sons à l'écoute
  Busy Signal Sons à l'écoute
   
Cali P Sons à l'écoute
  Capleton Sons à l'écoute
  Caporal Nigga Sons à l'écoute
  Carlton Bubblers
  Carlton Livingston
  Cecile Sons à l'écoute
  Charlie Chaplin
  Chezidek Sons à l'écoute
  Chico Sons à l'écoute
  Chrisinti
  Christopher Ellis
  Chronicle
  Chronixx Sons à l'écoute
  Chuck Fender Sons à l'écoute
  Chukki Starr Sons à l'écoute
  Clinton Fearon Sons à l'écoute
  Clive Hunt
  Cocoa Tea Sons à l'écoute
  Collie Buddz Sons à l'écoute
  Conrad Crystal Sons à l'écoute
  Cornell Campbell Sons à l'écoute
  Courtney John Sons à l'écoute
  Crown Prince Sons à l'écoute
  Culture
  Cutty Ranks Sons à l'écoute
   
Daddy Mory Sons à l'écoute
  Daddy Yod Sons à l'écoute
  Damian Marley Sons à l'écoute
  Danakil Sons à l'écoute
  Danny English Sons à l'écoute
  David Rodigan Sons à l'écoute
  Daville Sons à l'écoute
  Daweh Congo Sons à l'écoute
  Dean Fraser Sons à l'écoute
  Delly Ranks Sons à l'écoute
  Demarco
  Dennis Brown Sons à l'écoute
  Determine Sons à l'écoute
  Devonte Sons à l'écoute
  Dezarie Sons à l'écoute
  Diana Rutherford Sons à l'écoute
  Difanga Sons à l'écoute
  Dj Master Will Sons à l'écoute
  Don Carlos Sons à l'écoute
  Don Corleon Sons à l'écoute
  Don Miguel
  Duane Stephenson Sons à l'écoute
  Dub Inc Sons à l'écoute
  Dubmatix
  Dubtonic Kru Sons à l'écoute
   
Earl 16 Sons à l'écoute
  Earl Chinna Smith
  Elephant Man Sons à l'écoute
  Etana Sons à l'écoute
  Everton Blender Sons à l'écoute
   
Fantan Mojah Sons à l'écoute
  Fat Freddy's drop
  Flamengo Sons à l'écoute
  Frankie Paul Sons à l'écoute
  Freddie McGregor Sons à l'écoute
  Frenchie Sons à l'écoute
  Frisco Kid
  Full Hundred sound Sons à l'écoute
  Fundé
  Furybass Sons à l'écoute
  Future Troubles Sons à l'écoute
   
Gappy Ranks Sons à l'écoute
  Garnett Silk
  General B
  General Degree Sons à l'écoute
  General Levy Sons à l'écoute
  Gentleman Sons à l'écoute
  George Nooks
  Ghost Sons à l'écoute
  Ginjah
  Glamma Kid Sons à l'écoute
  Glen Washington Sons à l'écoute
  Gramps Morgan Sons à l'écoute
  Gregory Isaacs Sons à l'écoute
  Groundation
  Gyptian Sons à l'écoute
   
Harry Toddler
  Hawkeye Sons à l'écoute
  Hollie Cook
  Horace Andy
   
I-Octane Sons à l'écoute
  I-Wayne Sons à l'écoute
  Iba MaHr Sons à l'écoute
  Ijahman
  Ill Inspecta Sons à l'écoute
  Iqulah Sons à l'écoute
  Israel Vibration
   
Jabba Sons à l'écoute
  Jah Cure Sons à l'écoute
  Jah Mali Sons à l'écoute
  Jah Mason Sons à l'écoute
  Jah Shaka
  Jah Thunder Sons à l'écoute
  Jah Warrior Sons à l'écoute
  Jah9 Sons à l'écoute
  Jamelody Sons à l'écoute
  Janik Sons à l'écoute
  Jaqee
  Jazzwad Sons à l'écoute
  Jim Murple memorial Sons à l'écoute
  Jimmy Cliff
  John Holt
  Johnny Osbourne Sons à l'écoute
  Josie Mel
  Julian Marley
  Junior Delgado Sons à l'écoute
  Junior Kelly Sons à l'écoute
  Junior Reid Sons à l'écoute
   
K2R Riddim
  Kabaka Pyramid Sons à l'écoute
  Kanka
  Kardinal Offishal Sons à l'écoute
  Ken Boothe Sons à l'écoute
  Khago
  Kiddus I
  King Far I sound
  Kingston Ladies
  Kinkeliba Sons à l'écoute
  Kiprich Sons à l'écoute
  Konshens Sons à l'écoute
  Krys Sons à l'écoute
  Kulcha Knox Sons à l'écoute
  Ky-mani Marley Sons à l'écoute
   
Lady Saw Sons à l'écoute
  Lady Sweety
  Lee Perry
  Lexxus Sons à l'écoute
  Linval Thompson Sons à l'écoute
  Little Espion Sons à l'écoute
  Little Hero Sons à l'écoute
  Livin' Soul
  LKJ
  Lloyd Brown Sons à l'écoute
  LMS Sons à l'écoute
  Lone Ranger
  Loo Ranks Sons à l'écoute
  Lord Kossity Sons à l'écoute
  Louie Culture Sons à l'écoute
  LP International Sons à l'écoute
  Luciano Sons à l'écoute
  Lucky Dube
  Luddy Sons à l'écoute
  Lukie D Sons à l'écoute
  Lusdy Sons à l'écoute
  Lutan Fyah Sons à l'écoute
   
Macka B
  Macka Diamond Sons à l'écoute
  Mad Cobra Sons à l'écoute
  Mad Killah
  Mada nile Sons à l'écoute
  Manasseh Sons à l'écoute
  Manjul
  Marcia Griffiths Sons à l'écoute
  Masicka Sons à l'écoute
  Massive B
  Matinda Sons à l'écoute
  Matisyahu
  Mavado Sons à l'écoute
  Max Romeo Sons à l'écoute
  Merciless Sons à l'écoute
  Meta Dia
  Michael Prophet
  Michael Rose Sons à l'écoute
  Mickee 3000 Sons à l'écoute
  Midnite Sons à l'écoute
  Mighty Crown Sons à l'écoute
  Mighty Diamonds
  Military Man Sons à l'écoute
  Million Stylez Sons à l'écoute
  Mo'Kalamity Sons à l'écoute
  Monty Alexander Sons à l'écoute
  Morgan Heritage Sons à l'écoute
  Moses I Sons à l'écoute
  Mr Vegas Sons à l'écoute
  Ms. Thing
  Munga
  Murray Man Sons à l'écoute
   
Naâman
  Nanko Sons à l'écoute
  Natty Jean
  Natty King
  Natural Black
  Nazareken Tiken Sons à l'écoute
  Neg'Marrons
  Nemo Sons à l'écoute
  Nereus Joseph Sons à l'écoute
  Nicky B Sons à l'écoute
  Niggah Mickey Sons à l'écoute
  Ninjaman
  Norrisman
  Nuttea Sons à l'écoute
   
Omar Perry Sons à l'écoute
   
Pablo Moses
  Papa Tank Sons à l'écoute
  Patrice
  Paul Elliott Sons à l'écoute
  Perfect Sons à l'écoute
  Pierpoljak Sons à l'écoute
  Piratedub Sons à l'écoute
  Popcaan Sons à l'écoute
  Pow Pow
  Pressure Sons à l'écoute
  Prince Alla
  Prince Malachi
  Protoje Sons à l'écoute
  Pupa Jim Sons à l'écoute
   
Queen Ifrica Sons à l'écoute
  Queen Omega Sons à l'écoute
   
Raggasonic
  Raging Fyah Sons à l'écoute
  Ranking Joe Sons à l'écoute
  Ras Attitude Sons à l'écoute
  Ras Mac Bean Sons à l'écoute
  Ras Shiloh
  Red Rat Sons à l'écoute
  Richie Spice Sons à l'écoute
  Rico Rodriguez
  Roberto Sanchez Sons à l'écoute
  Rod Taylor Sons à l'écoute
  Romain Virgo Sons à l'écoute
  Rootz Underground
  Ruff Cutt Sons à l'écoute
   
Saël Sons à l'écoute
  Saïk
  Sanchez Sons à l'écoute
  Sandeeno Sons à l'écoute
  Sean Kingston
  Sean Paul Sons à l'écoute
  Sebastian Sturm Sons à l'écoute
  Seeed
  Sentinel
  Serani Sons à l'écoute
  Serge Gainsbourg
  Seyni
  Shabba Ranks Sons à l'écoute
  Shadow Killa
  Shaggy Sons à l'écoute
  Shockin Murray Sons à l'écoute
  Singing Melody Sons à l'écoute
  Sir Samuel
  Sister Carol Sons à l'écoute
  Sizzla Sons à l'écoute
  Smiling D Sons à l'écoute
  Solo Jah Gunt
  Spanner Banner Sons à l'écoute
  Spragga Benz Sons à l'écoute
  Stanley Beckford Sons à l'écoute
  Starckey Banton Sons à l'écoute
  Steel Pulse Sons à l'écoute
  Stephen Marley Sons à l'écoute
  Stephen McGregor
  Steve Mosco Sons à l'écoute
  Straika D Sons à l'écoute
  Sugar Minott Sons à l'écoute
  Sugar Roy Sons à l'écoute
  Supa John Sons à l'écoute
   
Taïro Sons à l'écoute
  Taiwan MC
  Taj Weekes Sons à l'écoute
  Takana Zion Sons à l'écoute
  Tanto Metro Sons à l'écoute
  Tanya Stephens Sons à l'écoute
  Tarrus Riley Sons à l'écoute
  Tarzan Sons à l'écoute
  Terry Linen Sons à l'écoute
  The Black Seeds
  The Congos Sons à l'écoute
  The Gladiators
  The Pioneers
  The Skatalites
  Third World
  Tiken Jah Fakoly
  Tippa Irie
  Tiwony Sons à l'écoute
  TOK Sons à l'écoute
  Toma  Sons à l'écoute
  Tommy Lee
  Tony Matterhorn Sons à l'écoute
  Tony Rebel Sons à l'écoute
  Tony Tuff
  Toots & The Maytals
  Trinity Sons à l'écoute
  Triston Palmer Sons à l'écoute
  Turbulence Sons à l'écoute
  Twinkle Brothers
  Typical Féfé Sons à l'écoute
   
U-Brown Sons à l'écoute
  U-Roy Sons à l'écoute
  Uman Sons à l'écoute
   
Vybz Kartel Sons à l'écoute
   
Ward 21 Sons à l'écoute
  Warrior King Sons à l'écoute
  Wayne Marshall Sons à l'écoute
  Wayne Wonder Sons à l'écoute
  Willi Williams Sons à l'écoute
  Winston McAnuff Sons à l'écoute
   
Yabby You
  Yahadanai Sons à l'écoute
  Yaniss Odua Sons à l'écoute
  Yellowman Sons à l'écoute
   
Zareb
  Zebra Sons à l'écoute
  Ziggi Recado Sons à l'écoute
  Ziggy Marley
  Zumjay Sons à l'écoute

 
 Vous êtes ici : Accueil >> Artistes à la une >> Interview
  
Site créé par l'agence© 1999-2019